Le plus beau des cantiques

Ses yeux sont comme des colombes au bord d’un ruisseau qui baignent dans le lait et reposent, tranquilles. 34 Vers toi-même va mon amie/ Révèle-moi ton désir enfoui/ « Vers toi-même va mon amie »/ Aurais-je perdu la raison/ Que de vouloir en ma passion/ Devancer la claire vision/ Ou nos (...)

Tel est mon bien-aimé ; tel est mon aimé, filles de Jérusalem. Vivre à toi seul, être une graine en votre cœur/ Toute entière une offrande à la vie/ S’enfoncer et traverser l’obscure épaisseur/ Et si dans la nuit le silence n’est plus qu’un cri/ Tendre les bras pour mieux se sentir soulevée/ Tout (...)

Mon bien-aimé est clair et vermeil : on le distingue entre dix mille ! Jésus, me voici désormais/ Offrande d’amour et de paix/ Sous le voile de l’espérance/ Embrasez-moi de silence/ Pour demeurer, comme Marie,/ Heureuse du don de ma vie/ Elle est toute à Lui, comme il est tout à elle./ Mon (...)

Je vous en conjure, filles de Jérusalem, si vous trouvez mon bien-aimé, que lui direz-vous ? Que je suis malade d’amour. O mon aimé, / Je suis tienne, / La possession, / Mais la terre me retient dans son écorce, / Quand bien même je mettrais toutes mes forces, / Avec mon désir et (...)

x, g/ Ouvre-moi, ma sœur, mon amie, ma colombe, ma toute pure, car ma tête est humide de rosée et mes boucles, des gouttes de la nuit. 30 31 O dis-moi, ou es-tu ? D’où vient ce cœur de pierre ? « O dis-moi, ou es-tu ?/ D’où (...)

O Mystère plus grand que l’abime, O Refuge et Présence intime O Mystère plus grand que l’abime/ O Refuge et Présence intime/ O Beauté secrète et sublime !/ Je ne désire plus que vous !/ Oh Jésus, quel mystère que ta Présence d’Amour, ton Eucharistie qui reprend tout, elle restaure tout, elle conserve (...)

27 Mais au ravissement de la foi seulement, voici le glorifié en son dépouillement Ô vaste solitude où s’est noyé le cœur/ Dilaté, liquéfié de perles de langueur/ Il soupire, vibrant d’une mesure hors du temps/ À l’aube de son éternité, son amant. / Touché, transpercé dans sa robe de lis blancs/ L’amour (...)

Qu’il entre dans son jardin, mon bien-aimé, qu’il en mange les fruits délicieux. « En Lui jouissons désormais, Dans le secret, sans aucun bruit. » ‘Mais c’est de nuit’ chante le poète. « Eperdue » elle se retrouve au matin. ‘Le trésor de la mère appartient à l’enfant’. Marie contient sa (...)

h) Langue de feu, viens ranimer, Mon désir trop longtemps enfoui Langue de feu, viens ranimer/ Mon désir trop longtemps enfoui/ Viens fortifier ma liberté/ De n’être en toi qu’un seul esprit/ Et si mes yeux restent aveugles/ Que mon cœur s’irradie/ Pour vivre l’éternel baiser/ Des maintenant en Jésus (...)

Vivre à toi seul, être une graine en votre cœur oh Jésus. S’enfoncer et traverser l’obscure épaisseur/ Et si dans la nuit le silence n’est plus qu’un cri/ Tendre les bras pour mieux se sentir soulevée/ Tout lâcher pour embrasser la vie/ Et s’ouvrir au ciel, en lui s’enraciner/ Caresser la brise et danser (...)

Articles : 0 | 10 | 20 | 30 | 40 | Tout afficher