Le plus beau des cantiques

O mon amant, mon absolu ; C’est ton amour qui m’a conçu O mon amant, mon absolu C’est ton amour qui m’a conçu Vois en ton ciel, je m’abandonne Sous ton regard qui me façonne Si tu savais, ma fiancée Mon âme en toi s’est liquéfiée Demeure en moi, nous porterons Les fruits qui de nous deux naitront. O mon (...)

d Mon amant a pris son envol et l’ombre se meurt sur le sol. A travers les feuilles du pommier/ Nos regards se sont rencontrés/ Mon amant a pris son envol et l’ombre se meurt sur le sol/ O dérobe-moi mon amant/ Ou fais de mon corps ton froment/ Tout est grâce ! L’Amour déjà veut (...)

« O dis-moi, ou es-tu ? D’où vient ce cœur de pierre ? « O dis-moi, ou es-tu ? D’où vient ce cœur de pierre ? Mais pour les gouverner, Il offrit son image Et l’homme d’un baiser reçu l’humble visage Libre de partager son cœur comme son âme Dieu fit de son côté le soutien d’une femme Mais sa chair, son (...)

n) Viens fortifier ma liberté, de n’être en toi qu’un seul esprit 10 L’aimée de Marie épie son chemin, elle lui a tout offert. Sa vie comme la sienne est désormais à l’Unique Bien Aimé. L’Esprit Saint est devenu sa seule Lumière. « Sans autre lumière que celle qui brille dans mon cœur, » dit le (...)

d Mon amant a pris son envol et l’ombre se meurt sur le sol. A travers les feuilles du pommier/ Nos regards se sont rencontrés/ Mon amant a pris son envol et l’ombre se meurt sur le sol/ O dérobe-moi mon amant/ Ou fais de mon corps ton froment/ Tout est grâce ! L’Amour déjà veut (...)

w)« Ne désespère pas espérance/ Ne pense pas être oubliée/ Ferme les yeux et fais confiance/ Il reviendra ton bien aimé ! /Je ne crains plus leurs échardes/ A travers la cité, j’irai/ Plus loin que les lieux désolés/ J’irai par-delà les déserts/ Les sables brulants des vipères/ Les sommets de solitude/ Les (...)

v) Ô toi qui demeures en tout lieu, toi la Beauté, mes yeux s’abîment à te chercher sans te trouver ! 4 Du cœur ouvert de Dieu en Croix/ Qui enivre de la vraie joie/ Etoile du nouveau matin/ Source jaillie en plein désert/ Qui calme la soif et la faim/. « Ô toi qui demeures en tout lieu, toi (...)

e (s) Et n’avoir de déploiement, que les bras étendus, sans appui mais soutenus, pour l’extrême épanchement, Nous aimons rejoindre l’audace de Paul : « Pour moi vivre, c’est le Christ, je suis un crucifié pour le monde, et le monde est un crucifié pour moi ! » Et n’avoir de déploiement que les bras (...)

r Ô quand donc pourrais-je contempler la beauté de Celui qui m’insuffle la vie ? 8 Ô quand donc pourrais-je contempler la beauté/ De Celui qui m’insuffle la vie ?/ Mon cœur latent ne bat que pour Lui/ Il bat d’un désir que je ne peux exprimer. / C’est un gémissement, comme un cri intérieur/ (...)

c) « Le verbe s’élance et la beauté jaillit » Touche du silence sur les eaux de la nuit/ Le verbe s’élance et la beauté jaillit/ Lumière sans déclin, Roi de la création/ Le monde est un jardin qui célèbre son Nom/ « Le verbe s’élance et la beauté jaillit » Seule la flamme d’Amour réjouit désormais (...)

0 | 10 | 20 | Tout afficher