Vendredi 11 août 2017 — Dernier ajout jeudi 14 septembre 2017

14 Jésus est mis au tombeau

14 - Jésus est mis au tombeau
info document - JPEG - 147.1 ko

Qui s’est inquiété
qu’il ait été retranché de la terre des vivants ?
On lui a donné un sépulcre avec les impies
et son tombeau est avec le riche. Isaïe 53, 8-9 - Quatrième chant du Serviteur souffrant

Marie est seule désormais.
Jésus son enfant, “le Verbe fait chair,” a dit toutes les Paroles de la vie éternelle. Le Fils du Père, celui qu’elle a choisi, l’engendré du Père, est dans le sein de la terre, comme il a été caché dans son sein. Pour nous situer comme enfant du Père, il nous faut entrer dans le mystère de Jésus par Marie désormais. L’Esprit Saint, le Don qui a été fait à Marie, va nous permettre d’entrer dans ce mystère de notre filiation, le mystère d’une nouvelle vie d’Amour. Avec Marie nous attendons que la Parole de Jésus se réalise, "le troisième jour, il ressuscite." Il nous faut être devenu enfant de Dieu pour parler à Dieu comme à un Père véritable. Pour nous révéler son mystère, Dieu a choisi une femme, Marie. II a envoyé dans nos cœurs l’Esprit Saint qui nous permet de dire "Abba", Papa chéri. Dans la Passion de Jésus, nous avons compris à quel point il nous aime ! Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné le Fils unique.

C’est l’humanité de Marie que le Père a choisie pour y faire germer le Sauveur. C’est cette humanité que Jésus a “prise” pour y faire advenir le Salut par sa Passion d’Amour. Par sa Passion et sa Résurrection, cette humanité nouvelle est désormais la nôtre. Il nous faut demander la grâce d’être fils avec Jésus, en Lui, par Lui et pour Lui. C’est réaliser le désir de Jésus que de se tourner vers Marie sa mère : “Voici ta mère”. Il faut reconnaître et accueillir la maternité divine de Marie pour devenir aussi son fils : « Voici ton fils. » Marie veut former en nous l’enfant du Père. L’Esprit Saint, mystère de l’Amour du Père et du Fils, s’est "lié" au mystère de Marie, “L’Esprit Saint viendra sur toi.” L’Esprit Saint accueilli demeure en elle pour pouvoir "porter" la souffrance de Jésus. Cette “demeure” devient jaillissement d’Amour, Source de vie jaillissant en vie éternelle. Marie a devant elle le Fils qui n’est que Oui à son Père. Avec lui, Marie entre dans une nouvelle fécondité. Elle est devenue “la vivante,” celle que Dieu prend pour nous donner la vie divine. Le secret de la Vie divine est une Personne, l’Esprit Saint. C’est Lui qui désormais anime notre vie humaine. La révélation de Dieu dans le Christ demeure un secret ! Le pauvre, qui rejoint le Christ dans son mystère, pourra l’exprimer de façon unique.

Le mystère de l’Amour de Dieu est toujours offert : “Dieu personne ne l’a jamais vu, le Fils unique qui est dans le Sein du Père, lui l’a fait connaître.” Nous contemplons le Rayonnement de cet Amour nouveau pour une humanité nouvelle dans l’Eucharistie : “C’est mon Corps livré pour vous, c’est mon Sang versé pour vous.” Ce Nouvel Amour crucifié et glorifié est chanté désormais par toute notre vie. Cette vie nouvelle est partagée et reçue par les pauvres qui ont besoin de Dieu pour vivre. Il est bon de vivre et d’habiter notre humanité divinisée dans le Christ. Notre cœur entre en Adoration devant ce mystère de Dieu venu habiter parmi nous. Advenir à cette contemplation, c’est se laisser par transformer par Marie notre mère et entrer dans une filiation nouvelle, offerte aux enfants de Dieu. La confiance en Jésus est nécessaire pour les "serviteurs" que nous sommes devenus. En accueillant les pauvres que Jésus nous envoie, c’est Jésus lui-même que nous accueillons. Nous choisissons d’entrer dans le secret de l’Amour du Père. Au plus secret de notre cœur, le Christ invisible, toujours vivant, se tient là. Nous pouvons contempler ce mystère de l’Amour sans limite qui nous est ainsi révélé. Marie est la première en chemin qui nous ouvre la porte mystérieuse de la demeure de Dieu.

Marie est la mère du Nouvel Adam qui la sauve, et en qui prend corps une humanité nouvelle. La création nouvelle trouve sa vie enracinée en Jésus, son Enfant divin. Marie est au cœur de la lutte décrite par l’Apocalypse, la femme couronnée d’étoiles, femme face à l’antique serpent, ce dragon qui s’apprête à dévorer l’enfant à naître. Conduite au désert de la Passion de Jésus, elle y est protégée. C’est la raison pour laquelle trouvent refuge en elle tous les déshérités du monde. Marie participe à l’œuvre de sanctification du monde avec Jésus son Fils. Tout en Marie est brûlé au feu de cet Amour nouveau. II ne reste en elle qu’un Oui, un oui total, irréversible, semblable au Oui de Jésus. Nous pouvons, par grâce, retrouver une identité nouvelle. Le miséricordieux reconnaît son enfant en tout pauvre. Marie sait la Puissance de salut de Dieu, de son Fils Sauveur. En Jésus, elle innocente tous ceux qui tournent vers elle son visage. Nous pouvons entrer dans l’action de grâce, participer à ce mystère. C’est le nouveau Peuple de Dieu, le Corps du Christ, qui par amour, se laisse contenir dans le sein de la Femme, la mère « du Fils unique qui est dans le sein du Père, » est celui qui contient tout.

info document - JPEG - 288.3 ko

En tes mains je remets mon esprit ;
tu me rachètes, Seigneur, Dieu de vérité. (…)
Tu ne m’as pas livré aux mains de l’ennemi ;
devant moi, tu as ouvert un passage. Psaume 30, 6-9

Mon cœur exulte, mon âme est en fête,
ma chair elle-même repose en confiance :
tu ne peux m’abandonner à la mort
ni laisser ton ami voir la corruption. Psaume 15, 9-10