Menu de navigation
Samedi 7 juillet 2012

14e dimanche du temps ordinaire, année B

Quelle est cette sagesse qui lui a été donnée, et ces grands miracles qui se réalisent par ses mains ?

Éz. 2, 2-5 Ps. 122 2 Co. 12, 7-10 Mc. 6, 1-6

  • Le dimanche 8 juillet 2012 de 00 :00 à 23 :30 iCal
    semaine 11 à 20 : 14e dimanche du temps ordinaire, année B

« Jésus est parti pour son pays, et ses disciples le suivent. Le jour du sabbat, il se mit à enseigner dans la synagogue. »

Les nombreux auditeurs, frappés d’étonnement, disaient : « D’où cela lui vient-il ? Quelle est cette sagesse qui lui a été donnée, et ces grands miracles qui se réalisent par ses mains ? L’annonce de la bonne nouvelle par Jésus se fait dans la pauvreté. Marie se mêle à la foule pour le regarder et l’écouter. Elle voit que son fils n’est ni accueilli ni aimé par ceux qui ont du pouvoir. « N’est-il pas le charpentier, le fils de Marie, » dit-on de lui ! Jésus entre dans sa vie publique par un chemin d’humilité et de pauvreté. Il est Fils de Dieu, c’est son Secret d’Amour. Il est le Fils bien-aimé du Père qui a créé le monde mais le monde n’a pas accueilli. L’œuvre de Dieu se réalise par le cœur des pauvres. Le chemin de Jésus est plus facile à suivre si nous restons dans la simplicité de Dieu. « J’accepte de grand cœur pour le Christ, les faiblesses, les insultes, les contraintes, les persécutions et les situations angoissantes, » dit l’apôtre. La pauvretés est le seul moyen pour vaincre l’orgueil, c’est l’exigence de la nouvelle évangélisation.

N’est-il pas le charpentier, le fils de Marie, et le frère de Jacques, de José, de Jude et de Simon ? Ses sœurs ne sont-elles pas ici chez nous ? » Et ils étaient profondément choqués à cause de lui. Une petite histoire vraie nous aide à entrer dans ce chemin d’humilité. Dominique est légèrement handicapé, c’est lui qui va réconcilier deux familles opposées par l’intermédiaire d’un lapin à nourrir pendant les vacances ! Il y avait beaucoup d’inimitié entre ces deux familles. Mais il fallait nourrir le lapin de Dominique qui partait en vacances pendant le mois d’août. Alors le « pauvre » Dominique, va aborder le « pauvre paysan » du village, sans aucun a priori. Les pauvres sont inventifs dans leur pauvreté ! « Un lapin ça mange et ça ne part en vacances dit le paysan ». La grâce avait préparé le chemin de réconciliation grâce à Dominique qui a aborder cette famille en difficulté avec la sienne à cause de son handicap et de sa foi chrétienne.

« Jésus leur disait : « Un prophète n’est méprisé que dans son pays, sa famille et sa propre maison. » Et là il ne pouvait accomplir aucun miracle ; il guérit seulement quelques malades en leur imposant les mains. Il s’étonna de leur manque de foi. Alors il parcourait les villages d’alentour en enseignant. » Si nous continuons cette histoire de Dominique, c’est de cette foi en l’autre dont il est porteur, la foi en cet homme ennemi de sa famille ! Devant ce lapin, cette pauvre petite bête, celui qui ne supportait pas la famille de Dominique était lui-même un pauvre : On ne va tout de même pas faire mourir ce lapin pour partir en vacances ! « Donne moi ton lapin et je le nourrirai » ! En aimant ce petit lapin, c’était Dominique qui était aimé. Et Dominique aimait celui qui s’occupait de son petit lapin. Dominique a ensuite emmené cet homme dans son foyer, et il l’a emmené à la Chapelle, près de Jésus. Les pauvres vont leur chemin et Jésus les remet debout. Dominique a été, sans le savoir, chercher le cœur de cet homme avec son petit lapin : Mystère du rayonnement des pauvres, mystère de ce Dieu amour, qui passe « en dessous » de l’orgueil des sages et des savants.

Nous demandons la grâce d’entendre la Parole vivante de Jésus.