Samedi 2 juillet 2016

14e dimanche du temps ordinaire, année C

Le Seigneur en désigna soixante–douze autres et les envoya devant lui, deux à deux, dans toute ville et en tout lieu où lui–même devait se rendre.

Is. 66, 10-14 Ps. 65 Ga. 6, 14-18 Lc. 10, 1-12.17-20

  • Le dimanche 3 juillet 2016 iCal
    Semaine 11 à 20 : 14e dimanche du temps ordinaire, année C

Jésus leur disait : La moisson est grande, mais il y a peu d’ouvriers.

Priez donc le maître de la moisson d’envoyer des ouvriers dans sa moisson. Allez ! Je vous envoie comme des agneaux au milieu des loups." C’est Dieu qui nous prépare pour la Mission, il ne peut envoyer que des agneaux, ceux qui ont répondu à son appel. « Priez, » est la directive que Jésus nous donne face au manque d’ouvriers pour la moisson. Il nous faut donc nous installer durablement dans la prière, dans l’imploration avec confiance, et dans l’action de grâce. Notre prière n’est pas seulement un moment passager de notre vie en Église, mais elle est une intercession permanente afin de ne pas devenir un loup. C’est dans la prière que nous comprenons que c’est possible de nous mettre en route à la suite de Jésus doux et humble, pour être témoin de la victoire de son amour. Alors, c’est l’œuvre de Dieu qui se fait, et nous sommes heureux de donner notre vie à la suite de Jésus. Nous avons reçu la Paix de Dieu par ceux qui ont donné leur vie pour que nous ayons la vie ! La Paix est un don précieux qui nous donne la capacité d’entrer en communion avec les autres. Elle nous transforme et nous libère de tout ce qui nous enferme. L’Esprit Saint qui nous donne la Paix est à l’œuvre dans l’annonce du Royaume, c’est ainsi que la Parole de Dieu est annoncée. Envoyés deux par deux, les disciples racontent que même les esprits mauvais leurs sont soumis.

"Dans toute ville où vous entrerez et où l’on vous accueillera, mangez ce qu’on vous offrira. Demeurez dans cette maison–là, mangez et buvez ce qu’on vous donnera, car l’ouvrier mérite son salaire. Ne passez pas de maison en maison. Guérissez les malades qui s’y trouveront, et dites–leur : « Le règne de Dieu s’est approché de vous. » Les ouvriers du Royaume ont parfois l’impression que le monde est à l’abandon, que des secteurs entiers de la mission sont en friche. En réalité, là où nous ne voyons que des herbes folles, Dieu voit déjà la moisson qui lève, dans l’Esprit Saint. Dès lors que les disciples lui sont présents dans la prière et dans la Paix, l’Esprit Saint est au profond d’eux-mêmes, il fait naître en chacun le goût du Royaume de Dieu. Ce goût de l’Autre, de la Vie véritable de Dieu est contagieux, il renverse les obstacles, et il donne de parler de Dieu dans sa Présence. Jésus nous demande d’annoncer la paix dans une annonce qui vient du plus profond de nous-mêmes, l’autre est alors transformé. L’Esprit Saint est le formidable Don que Jésus lègue à la communauté ! Nous prions avec confiance, certains de la victoire de Jésus. Nous sommes si heureux de rejoindre l’idée de Dieu, le projet séculaire et universel de Dieu pour notre salut. Nous prions en contemplant le cœur de Dieu qui met sa joie à dépasser nos espérances.

"Je vous ai donné l’autorité pour marcher sur les serpents et les scorpions, et sur toute la puissance de l’ennemi, et rien ne pourra vous faire de mal. Nous sommes avec le Christ vainqueur de tout mal, et nous sommes encore sur le rivage du monde. Nous ne sommes pas absents des souffrances du monde. La détresse et la mort du monde est inscrite au plus profond de notre cœur. Nous l’accueillons et nous la donnons à Jésus qui peut la guérir. Sur notre route, des frères nous ont annoncé le mystère de Dieu. Avec Jésus, nous sommes entrés dans le sanctuaire et invités à l’Eucharistie. A la table de la Trinité sainte, nous avons été régénérés dans le Cœur blessé de l’Agneau. L’Église est un mystère d’offrande qui continue l’œuvre de Jésus dans le monde, grâce à la Passion et à la Résurrection de Jésus. Sauvés, nous devenons sauveurs pour nos frères, si nous ne retenons rien pour nous, et que nous offrons toute notre vie. Nous entrons dans la victoire de Jésus, dans son travail d’enfantement, dans la joie du semeur. Nous partageons déjà avec lui la beauté de la récolte. La paix de la Résurrection du Seigneur Jésus est à l’œuvre, nous cultivons cette paix en nous.

Nous demandons la grâce de resplendir du mystère de Jésus dans le monde.

Vos témoignages