Mardi 17 juillet 2018

16e dimanche du temps ordinaire, année B

Jésus leur dit : « Venez à l’écart dans un endroit désert, et reposez-vous un peu. »

Jr . 23, 1-6 Ps. 22 Ep. 2, 13-18 Mc. 6, 30-34

  • Le dimanche 22 juillet 2018 iCal
    semaine 11 à 20 : 16e dimanche du temps ordinaire, année B

Les Apôtres se réunissent auprès de Jésus, et lui rapportent tout ce qu’ils ont fait et enseigné.

Jésus leur dit : « Venez à l’écart dans un endroit désert, et reposez-vous un peu. » De fait, les arrivants et les partants étaient si nombreux qu’on n’avait même pas le temps de manger. Tout joyeux, les Douze reviennent de leur première mission, ils étaient partis deux par deux pour proclamer partout qu’il fallait se convertir, pour chasser les démons et guérir des malades. Et les voilà de retour, heureux de la confiance que Jésus leur a faite, mais fatigués après cette longue tournée. Une journée de repos en communauté avec Jésus, voilà bien une grâce à ne pas manquer ! Jésus le premier se réservait des moments de gratuité pour la prière, c’est la joie de rencontrer à nouveau Jésus. L’action commencée par Jésus se continue à travers eux, alors ils racontent ce qui s’est fait ! Les Apôtres ont commencé à sentir le poids de la mission, il fallait que tout près de Jésus, ils retrouvent la force dont ils avaient besoin : Ils comprennent alors que Jésus prend sur lui à la fois sa mission et celle qu’ils ont à accomplir ! C’est en effet de Lui que la mission est accomplie. Le salut qui s’est opéré en eux, c’est Jésus qui l’a accompli. Ils ne sont pas la source de leur action, Jésus leur demande de demeurer en lui qui est la source. Il envoie ses disciples deux par deux, il leur assure que l’Esprit Saint sera avec eux, mais ils doivent demeurer dans le regard du Père. Sauvés, ils deviennent sauveurs avec Jésus !

Ils partirent donc dans la barque pour un endroit désert, à l’écart. Les gens les virent s’éloigner, et beaucoup les reconnurent. Alors, à pied, de toutes les villes, ils coururent là-bas et arrivèrent avant eux. Les initiatives de Jésus se reposant ou faisant reposer ses disciples cachent un mystère. Jésus est entouré, serré, harcelé du matin au soir ; les disciples n’ont même pas le temps de manger, pour faire face à toutes les visites ; les gens, les pauvres, les malades sont là, qui se pressent et qui attendent, et Jésus s’en va. Jésus accepte les contraintes de la prudence, ce sera le repos avec Lui, pour l’écouter et pour tout lui confier. Arrivé à cet endroit, Jésus voit la foule, mu par l’Esprit Saint il va au devant de cette foule. Il prend sur lui les séparations, « Par sa chair crucifiée, il a fait tomber ce qui les séparait : le mur de la haine. » Jésus, dans l’Esprit Saint unifie, il s’est engagé dans un corps à corps, dans un cœur à cœur avec l’humanité ! Il vient au secours des hommes dans leur misère. Ce combat se terminera sur le lieu du Calvaire. Grâce au corps que Marie lui a donné, grâce au cœur de chair qu’elle lui a tissé, Il nous sauve ! Grâce à ce sang versé qui manifeste véritablement sa vie donnée, Il a ainsi réconcilié l’humanité. Il l’aura réunie en un seul corps comme lui-même, avec Marie, il ne fait qu’un seul Corps : Le nouvel Adam, la nouvelle Ève, unis sous le regard du Père. « En sa personne, il a tué la haine. » Jean, qui a reçu Marie, qui s’est mis à l’école de Marie, parlera de sa gloire. Ce mystère est déjà un mystère de gloire.

« En débarquant, Jésus vit une grande foule. Il fut saisi de pitié envers eux, parce qu’ils étaient comme des brebis sans berger. Alors, il se mit à les instruire longuement. » A partir des collines avoisinant le lac, les pauvres n’ont pas quitté des yeux la barque de Jésus qui s’éloignait. En voyant quelle direction elle prenait, beaucoup ont compris en quel endroit Jésus menait son équipe. Devant ces milliers d’assoiffés, Jésus éprouve une immense pitié. Il les voit tous, là sur la berge, comme des brebis sans berger, avec, dans les yeux et dans le cœur, une immense espérance. Berger modèle, il leur donne la nourriture essentielle : sa parole. Longuement il leur parle du Père, de son amour et de sa volonté. Aujourd’hui Jésus nous sauve et nous participons à son salut. Les disciples ont encore entre eux des disputes, mais déjà, ils participent à cette paix que Jésus est venu apporter. Jésus donne une parole de vie : Heureux, vous les pauvres, faites du bien à ceux qui vous persécutent ; bénissez, ne maudissez jamais, dites du bien. Les Apôtres sont témoins que déjà la puissance du mal recule devant la présence de Jésus.

Nous demandons la foi qui nous ouvre un chemin de salut, la grâce de continuer l’œuvre de Jésus.

Vos témoignages

  • Jérôme 19 juillet 2015 11:39

    Merci pour cette belle méditation sur l’évangile. Prions pour que tout chrétien se trouve digne de l ’Amour d’un tel Sauveur, qu’on puisse en témoigner.