Vendredi 5 août 2016 — Dernier ajout samedi 6 août 2016

19e dimanche du temps ordinaire, année C

Heureux les serviteurs que le maître, à son arrivée, trouvera en train de veiller.

Sg. 18, 6-9 Ps. 32 He. 11, 8-19 Lc. 12, 32-48

  • Le dimanche 7 août 2016 iCal
    Semaine 11 à 20 : 19e dimanche du temps ordinaire, année C

"Restez en tenue de service, et gardez vos lampes allumées.

info document - JPEG - 261.8 ko

Soyez comme des gens qui attendent leur maître à son retour des noces, pour lui ouvrir dès qu’il arrivera et frappera à la porte. Heureux les serviteurs que le maître, à son arrivée, trouvera en train de veiller. Amen, je vous le dis : il prendra la tenue de service, les fera passer à table et les servira chacun à son tour. S’il revient vers minuit ou plus tard encore et qu’il les trouve ainsi, heureux sont-ils ! Jésus voudrait que la Bonne Nouvelle de son Amour nous atteigne au cœur, pour que nous puissions envisager un changement, une conversion à l’écoute de la Parole de Dieu. Il nous appelle à faire preuve de disponibilité en nous libérant de tous nos soucis. Le Royaume de Dieu nous est donné, encore faut-il que nous le désirions, le Maitre nous attend pour nous servir ! Il n’est pas facile pour nous, dans la nuit de la foi, d’être attentifs, désireux d’un Royaume que nous ne voyons pas. Là où est notre trésor, là aussi est notre cœur. L’Evangile nous appelle à aimer Dieu davantage, pas seulement pour nous-mêmes, mais pour lui, pour l’humanité. Cet approfondissement de l’amour demande que nous nous perdions comme centre, que nous nous décentrions de nous-mêmes pour être tout ouvert à l’Amour.

"Sois sans crainte, petit troupeau, car votre Père a trouvé bon de vous donner le Royaume." Vendez ce que vous avez et donnez-le en aumône. Faites-vous une bourse qui ne s’use pas, un trésor inépuisable dans les cieux, là où le voleur n’approche pas, où la mite ne ronge pas. Car là où est votre trésor, là aussi sera votre cœur. Vous le savez bien : si le maître de maison connaissait l’heure où le voleur doit venir, il ne laisserait pas percer le mur de sa maison. Vous aussi, tenez-vous prêts : c’est à l’heure où vous n’y penserez pas que le Fils de l’homme viendra. » Le serviteur qui attend le retour de son maître l’attend en préparant ce qu’il veut accomplir. Il ne s’agit pas de faire autre chose pendant ce temps d’attente, que ce que veut notre maître. C’est l’Amour tout nouveau du Royaume que nous désirons. Nous savons que nous risquons de le délaisser, car nous sommes pris par les choses ce monde ! Nous considérons que nous sommes là pour recevoir la volonté de Dieu, pour répondre à ses attentes. Nous gagnons le bonheur de pouvoir l’écouter, de l’entendre se révéler, et nous entrons en dialogue permanent avec lui. Jésus nous réintroduit dans le mystère de notre filiation divine, car nous sommes l’enfant bien aimé du Père. Ce trésor est caché au plus profond de nous-mêmes, il nous faut en prendre soin. Les différentes veilles de l’Évangile nous remettent devant « l’heure » de la Passion de Jésus pour nous ! En effet Jésus prépare le Royaume en donnant sa vie pour que nous ayons une vie nouvelle, l’amour infini de Dieu pour nous.

"Pierre dit alors : « Seigneur, cette parabole s’adresse-t-elle à nous, ou à tout le monde ? » Le Seigneur répond : « Quel est donc l’intendant fidèle et sensé à qui le maître confiera la charge de ses domestiques pour leur donner, en temps voulu, leur part de blé ? Heureux serviteur, que son maître, en arrivant, trouvera à son travail. Vraiment, je vous le déclare : il lui confiera la charge de tous ses biens. Mais si le même serviteur se dit : ’Mon maître tarde à venir,’ et s’il se met à frapper serviteurs et servantes, à manger, à boire et à s’enivrer, son maître viendra le jour où il ne l’attend pas et à l’heure qu’il n’a pas prévue ; il se séparera de lui et le mettra parmi les infidèles. Le serviteur qui, connaissant la volonté de son maître, n’a pourtant rien préparé, ni accompli cette volonté, recevra un grand nombre de coups. Mais celui qui ne la connaissait pas, et qui a mérité des coups pour sa conduite, n’en recevra qu’un petit nombre. A qui l’on a beaucoup donné, on demandera beaucoup ; à qui l’on a beaucoup confié, on réclamera davantage. Jésus nous invite à entrer en relation avec lui, dans une attitude d’écoute simple et profonde. Il nous demande une attitude de vigilance, pour nous laisser conduire par lui vers l’Amour. Le Royaume de Dieu est un Royaume ouvert qui nous entraine à œuvrer pour qu’il se réalise déjà par nos actes de compassion. Se faire des bourses qui ne s’usent pas, se faire un trésor dans les cieux. Car là où est notre trésor, là aussi sera notre cœur, nous découvrons ainsi en nous de nouveaux aspects de notre être qui grandit en Amour de plus en plus.

Nous demandons la grâce de chercher le Royaume de Dieu et sa justice.