Mardi 22 août 2017

21e dimanche du temps ordinaire, année A

Jésus leur demanda : « Et vous, que dites-vous ? Pour vous, qui suis-je ? »

Is. 22, 19-23 Ps. 137 Rm. 11, 33-36 Mt. 16, 13-20

  • Le dimanche 27 août 2017 iCal
    Semaine 21 à 30 : 21e dimanche du temps ordinaire, année A

" Jésus, arrivé dans la région de Césarée-de-Philippe, demandait à ses disciples : « Au dire des gens, qui est le Fils de l’homme ? »

info document - JPEG - 133.1 ko

Ils répondirent : « Pour les uns, Jean le Baptiste ; pour d’autres, Élie ; pour d’autres encore, Jérémie ou l’un des prophètes. » La question de Jésus : « Au dire des gens, qui est le Fils de l’Homme ? » est un peu comme le bilan du ministère de Jésus en Galilée. Après sa prédication, ses journées remplies de guérisons et de miracles, les gens sont encore divisés à son sujet. L’idée leur vient de le comparer à Jérémie ou Jean-Baptiste, ou encore au prophète Élie. La question de Jésus nous interpelle, il nous faut donner aussi notre réponse. Hérode dira : « C’est Jean-Baptiste que j’ai fait décapiter qui est ressuscité. » D’autres disent : « C’est Elie, » connu comme celui qui opère de grands prodiges. Jésus est perçu comme celui qui arrête la tempête, guérit les infirmes et chasse les démons. « C’est Jérémie, disent encore d’autres ou l’un des prophètes. » Jérémie explique à Israël que la déportation à Babylone est due au fait que le peuple a abandonné les commandements du Seigneur. Celui qui s’éloigne de Dieu, continue à être aimé de lui, mais il perd sa bénédiction. Jésus, à la suite de Jérémie, est donc alors perçu comme celui qui rappelle que l’alliance avec Dieu est une alliance où les deux parties s’engagent. Le Seigneur donne sa Grâce, mais le peuple doit choisir librement de le suivre.

"Jésus leur demanda : « Et vous, que dites-vous ? Pour vous, qui suis-je ? » Alors Simon-Pierre prit la parole et dit : « Tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant ! » Prenant la parole à son tour, Jésus lui dit : « Heureux es-tu, Simon fils de Yonas : ce n’est pas la chair et le sang qui t’ont révélé cela, mais mon Père qui est aux cieux. La profession de foi de Pierre : « Tu es le Messie, le Fils du Dieu vivant, » est dans la suite de ce que disent les hommes. Jésus manifeste que la réponse de Simon va beaucoup plus loin que la chair et le sang. « La chair et le sang, » c’est l’homme laissé à ses limites, inapte à la nouveauté de Dieu. Simon s’est laissé enseigner par Dieu, il a laissé Dieu le « tirer vers Jésus. » L’Esprit-Saint veut nous accorder la grâce que Pierre a reçue afin de reconnaître en Jésus, le Messie, celui qui nous sauve, car il nous aime. Sa Miséricorde est infinie et sa volonté est que nous le connaissions et que nous l’aimions. Jésus est l’amour, le Sauveur qui nous attire, il nous donne de vivre en joie et en paix. La profession de foi de Pierre marque un grand tournant dans la vie publique de Jésus qui va désormais privilégier la formation de ses disciples. Il va leur annoncer sa passion et sa résurrection. C’est dans cette disposition du cœur que nous nous laissons entrainer avec le secours de l’Esprit Saint en reconnaissant que tout est de Lui, par Lui et pour Lui.

"Et moi, je te le déclare : Tu es Pierre, et sur cette pierre je bâtirai mon Église ; et la puissance de la Mort ne l’emportera pas sur elle. Je te donnerai les clés du royaume des Cieux : tout ce que tu auras lié sur la terre sera lié dans les cieux, et tout ce que tu auras délié sur la terre sera délié dans les cieux. » Alors, Jésus ordonna aux disciples de ne dire à personne que c’était lui le Christ. Jésus fait de Simon fils de Yonas un « Bienheureux. » C’est le bonheur annoncé à ceux qui font le pas de la foi, et qui osent tout miser sur la parole de l’Ami. Jésus lui donne un nom nouveau, qui sera programme de vie : « Tu es kîfa’, tu es la Pierre, tu es le Rocher. » C’est une parole créatrice, Jésus dit, et il fait. Désormais Simon le pécheur sera rocher de l’édification de l’Église de Jésus. Nous sommes les pierres vivantes, insérées dans la construction, et nous avons à devenir avec Jésus des pierres de fondation dans son œuvre. Il nous faut cesser de tout ramener aux proportions de notre intelligence et de notre cœur, et oser dire à Jésus notre foi. Nous entrons alors dans le bonheur de Jésus notre Sauveur. Il est la plénitude de la Révélation, il suscite le cœur de notre foi, de notre relation à Dieu. Avec Jésus, une espérance et une confiance nous sont données pour avancer dans la grâce, dans la lumière et l’amour de Dieu. Jésus, le fils du Dieu vivant, nous introduit dans la filiation divine grâce au Saint Esprit qui nous est révélé.

Nous demandons à l’Esprit Saint la grâce de renouveler notre foi en Jésus qui témoigne de son Père.

Vos témoignages