Mardi 31 juillet 2018

27e dimanche du temps ordinaire, année B

Jésus se fâcha et leur dit : « Laissez les enfants venir à moi. Ne les empêchez pas, car le royaume de Dieu est à ceux qui leur ressemblent.

Gn. 2, 18-24 Ps. 127 He. 2, 9-11 Mc. 10, 2-16

  • Le dimanche 7 octobre 2018 iCal
    Semaine 21 à 30 : 27e dimanche du temps ordinaire, année B

Des pharisiens abordèrent Jésus et pour le mettre à l’épreuve, ils lui demandaient : « Est-il permis à un mari de renvoyer sa femme ? »

La clarté et cette netteté de Jésus dans le contexte actuel peut nous mettre en difficulté. Il est délicat d’affirmer ces vérités aujourd’hui. Nous connaissons tous des couples qui se sont séparés, et nous connaissons les blessures et les douleurs que portent ces personnes ainsi que leurs enfants. Conscients de ces douleurs, il nous est nous faut les soulager et les aider dans la mesure de notre possible. Ces personnes sont d’accord avec le texte de l’Evangile. Il nous faut être fidèles à la Parole de Jésus et être accueillant pour les personnes qui ont vécu un échec dans leur relation conjugale ! Jésus nous conduit dans la voie de l’unité et de la fidélité. Mais construire cette unité et cette fidélité est une épreuve à laquelle beaucoup d’entre nous ne sont pas préparés. Nous prions pour nos familles afin quelles trouvent la beauté du plan d’Amour de Dieu sur elles. Quelle que soit la manière dont nous ayons été conçu, quel que soit l’accueil que nous avons reçu de nos parents, le commandement de Dieu se réalise après de très longues années de purification. Nous sommes témoins des souffrances, des blessures que peuvent infliger un papa, une maman, à son enfant. Mais nous sommes aussi témoins des blessures que des enfants peuvent générer. Ces souffrances se reproduisent souvent de générations en générations. Ces blessures de l’enfance ne sont pas pas sans lien avec ce que vivent aujourd’hui beaucoup de couples divisés. « Derrière » la vie des enfants se reproduit la vie des adultes. Pourtant nous sommes créés par Dieu à l’image de son Amour fidèle, pleinement unifié dans l’Amour. Nous sommes appelés à refléter entre nous cette unité de l’Amour : Etre fidèle comme Dieu est fidèle, faire confiance comme Dieu fait confiance à notre liberté. Nous voulons vivre dans la communion comme Dieu est communion d’amour, Père- Fils et -Saint Esprit.

Jésus répliqua : « C’est en raison de votre endurcissement qu’il a formulé cette loi. Mais, au commencement de la création, il les fit homme et femme. A cause de cela, l’homme quittera son père et sa mère, il s’attachera à sa femme, et tous deux ne feront plus qu’un. Ainsi, ils ne sont plus deux, mais ils ne font qu’un. Donc, ce que Dieu a uni, que l’homme ne le sépare pas ! » Notre origine contient tous les déploiements du don de Dieu car nous réalisons une « unité » de nos parents dans le plan de l’amour de Dieu sur nous ! Dieu a prévu pour nous un papa et une maman qui sont ses « instruments vivants ! » Ils vont permettre à notre vie de surgir, reconnaître cette présence du Dieu Amour dans notre vie est très guérissant. Mais pour accueillir cette Parole, il nous faut en entendre toute la force spirituelle. Jésus souligne la dimension spirituelle du couple, ce petit mot « un, » qui a un sens bien particulier : « Écoute Israël, le Seigneur, notre Dieu, est un. » Nous sommes image de Dieu et c’est le Seigneur qui nous unifie. Une humanité nouvelle, régénérée par la Passion de Jésus et la compassion de Marie peut renaître. Une nouvelle vie divine est enfantée en nous par la Croix de Jésus, Marie ainsi que Jean l’Apôtre y sont présents. Jésus qui a été abaissé, a souffert la Passion, il a trouvé en Marie une grande compassion. Au pied de la Croix, elle est la Femme qui est devenue notre mère en Jésus son fils crucifié.

On présentait à Jésus des enfants pour les lui faire toucher ; mais les disciples les écartèrent vivement. Voyant cela, Jésus se fâcha et leur dit : « Laissez les enfants venir à moi. Ne les empêchez pas, car le royaume de Dieu est à ceux qui leur ressemblent. Amen, je vous le dis : celui qui n’accueille pas le royaume de Dieu à la manière d’un enfant n’y entrera pas. » Il les embrassait et les bénissait en leur imposant les mains. Le fruit de l’Amour humain, est lié à l’Amour divin. Il est engagé dans la voie de l’unité, de la fidélité et de la fécondité. Les deux parents ne sont pas seuls dans cet engagement. Sans la présence de Dieu à nos côtés, pourrions-nous réussir notre engagement à aimer pour toujours une même personne ? Cela demande un véritable dépassement de soi qui est toujours héroïque. C’est pourquoi la présence et l’aide de Dieu-Trinité qui est communion d’amour est l’appui nécessaire pour mener à bien notre engagement. C’est l’Esprit Saint, qui uni à notre esprit, peut nous permettre d’aller, infiniment au-delà de ce que nous pouvons concevoir de l’amour. Peu à peu notre amour humain est conduit et transformé pour participer à l’amour même du Père pour le Fils. Nous devenons ainsi participants de l’amour de Dieu. La Sainte Famille de Marie et de Joseph, avec Jésus, nous fait contempler une famille très heureuse. Jésus, le Verbe Eternel de Dieu, le Fils bien-aimé du Père a pris chair de la Vierge Marie dans une famille humaine. Grâce à Lui, nous accédons à la filiation divine, à l’épanouissement de la famille humaine dans l’amour. Cette vie nouvelle est donnée dans la famille, dans l’Eglise. Dieu qui est à l’origine de notre vie à la création du monde, bâtit pour l’homme une compagne qui lui soit assortie. Nous contemplons le fondement de l’œuvre de Création de Dieu qui est profonde et fondamentale à la formation de toute société.

Nous demandons la grâce pour nos familles et pour toutes les familles du monde.

Vos témoignages

  • Geneviève 4 octobre 2015 18:59

    Merci pour cette délicatesse, Père Gilbert ; vous connaissez l’humanité. Un très grand merci pour vos paroles qui inspirent