Dimanche 19 octobre 2014

La source de la vie dans le Don de Dieu.

La source de la vie dans le Don de Dieu. Le mystère de l’Esprit Saint nous est donné à contempler. “Dieu créa l’homme à son image, II les créa homme et femme”. [47]. Pour le Chrétien, l’origine de l’humanité est divine. La “paternité maternité” humaine est “signe” de la Paternité divine. A cause de la brisure de l’origine, cette "image et ressemblance de Dieu" a été troublée et déformée. Cependant, quand un homme et une femme s’aiment, ils “provoquent” par leur présence un amour réciproque chez l’autre, et dans cet amour est éveillée une connaissance de soi, un amour de soi fondamental à toute vie humaine. Celui qui aime ainsi est présent à l’autre, il existe dans sa pensée qui lui rappelle son visage, bien mieux, son être profond. II existe encore en l’autre dans sa volonté, c’est-à-dire dans son vouloir aimer, car l’amour est toujours un choix libre qui demande un consentement, à renouveler sans cesse. L’Aimé prend en effet place dans l’aimant, mystérieusement comme dans un autre lui-même. Il se retrouve en lui-même grâce à l’aimé qui le provoque à habiter le plus secret de son cœur, là où l’Amour réside. N’est-ce pas cet amour qui rend l’aimé si présent qu’il lui dicte désormais le comportement de l’amour qui est devenu nouvelle vie. L’Aimé prend en place dans l’aimant, mystérieusement, comme dans un autre lui-même.

Il y a dans cette communication de l’amour humain un “vestige” de la “production” de l’Amour, de la “spiration” d’Amour au sens où l’un “aspire” l’amour de l’autre et réciproquement. Nous remonterons ainsi à la Source de toute vie, de tout Amour pour entrer dans l’intelligence du mystère de notre vie divine. Notre humanité peut avec raison dire Dieu. A la naissance de l’enfant, l’amour de la maman va faire advenir l’amour en attente dans le cœur de l’enfant ! En effet quelque chose de “natif’ va se réaliser au moment du premier sourire de la mère pour l’enfant et de l’enfant pour sa mère (il en est de même pour le père). Cet amour en jaillissement est annonce “archaïque”, dans l’homme et la femme créés à l’image de Dieu, de ce mystère que les théologiens appellent "la spiration" d’Amour du Père et du Fils : mystère de l’Esprit Saint qui nous est donné à contempler. Deux êtres qui s’aiment tendent à ne faire qu’un en l’Amour provoqué dans le cœur de l’autre. Cet amour donne vie, nourrit, donne saveur et goût de vivre : Vivre, c’est aimer.

A Cana, la mère de Jésus est saisie par la misère des époux qui célèbrent leurs noces. [48] Le vin exprime la joie de vivre, la joie de célébrer la vie qui se donne dans ce mystère de noces, dans ce lieu de l’Amour. « Ta Parole est pour moi un vin délicieux » [49] dit l’épouse du cantique des cantiques. Il s’agit donc aussi du manque de la parole de Dieu dans ce signe de Jésus. Devant le manque Marie se tourne vers Jésus pour crier la douleur de son cœur : “Ils n’ont plus de vin…” [50] Qui comprendra combien ce cri est le retentissement du cri de l’humanité si fortement enraciné dans le cœur de Jésus. Ce cri, est la raison de la venue du Christ en ce monde. II est I’Époux divin qui est venu pour que son Épouse humanité ait la vie, la vie de son Amour sans mesure. La joie de vivre, la joie de célébrer la vie se donne dans le mystère des noces, dans ce lieu de l’Amour. Le cri de Marie résonne en Jésus avec une intensité inouïe “Femme, que me veux-tu ? Mon heure est-elle déjà venue ? ” [50] La Passion est là, profilée, signalée par “l’heure”. “Qu’y a-t-il entre toi et moi, Femme, “ [50] dit Jésus. C’est encore pour elle une œuvre de maternité divine, la mère a le souci du « bien » de ses enfants. Jésus va obéira la Femme. Derrière la Parole de Marie, résonne déjà la volonté du Père. Dans ce premier miracle, qu’Il réalise à la demande de la « Femme », Il manifeste comment l’œuvre d’Amour de la Rédemption se réalisera avec le consentement et la demande de l’humanité. En Jésus et Marie se vit un Amour plus grand que Celui des époux de Cana. II est l’origine de tout Amour en humanité car II s’origine dans l’Amour primordial et générateur d’Amour du Père et du Fils. Entre ce “moi et toi” se dresse déjà la Croix de Jérusalem, le lieu de l’expression du plus grand Amour que jamais l’humanité n’a porté. « Ce moi et toi » va se vivre désormais au quotidien de nos vies.