Samedi 23 avril 2016 — Dernier ajout jeudi 21 avril 2016

5e dimanche de Pâques, année C

Jésus dit : Maintenant le Fils de l’homme a été glorifié, et Dieu a été glorifié en lui. Si Dieu a été glorifié en lui, Dieu aussi le glorifiera en lui, il le glorifiera aussitôt.

Ac. 14,21b-27
Ps. 144
Ap. 21,1-5a
Jn. 13,31-33a.34-35

  • Le dimanche 24 avril 2016 iCal
    5e semaine de Pâques : 5e dimanche de Pâques, année C

Quand il fut sorti, Jésus déclara : « Maintenant le Fils de l’homme est glorifié, et Dieu est glorifié en lui.

Si Dieu est glorifié en lui, Dieu en retour lui donnera sa propre gloire ; et il la lui donnera bientôt. Jésus est vendu au grand prêtre par Judas ! « Maintenant, dit Jésus, le fils de l’homme est glorifié. » Nous pourrions penser le contraire ! Or Jésus relève le défi de l’Amour vainqueur. Nous sommes dans la peine quand l’adversité est là et que le trouble nous angoisse ! Nous avons de la peine à dire : « Maintenant, le Fils de l’homme est glorifié en moi. » La détresse et la misère de l’humanité est prise dans le mystère de Jésus qui nous sauve. Notre cœur peut déjà brûler d’amour en vérité, mais nous sommes toujours dans la nuit et là, il fait froid. Notre monde intérieur peut être dans le froid et dans l’orage, nous avons l’impression que la charité s’est refroidie, qu’elle n’existe plus. Cependant l’Amour infini de Dieu travaille au plus profond de notre être. « Comme je vous ai aimés, aimez-vous les uns les autres, » est au cœur du message de l’Evangile. Nous nous rappelons la dureté des pharisiens et des scribes qui veulent prendre Jésus au piège de leurs questions.

Mes petits enfants, je suis encore avec vous, mais pour peu de temps, et vous me chercherez. J’ai dit aux Juifs : Là où je m’en vais, vous ne pouvez pas y aller. Je vous le dis maintenant à vous aussi. Jésus nous demande de demeurer dans son Amour. Il nous demande d’aimer comme lui, quand nous ne comprenons pas le mal qui s’abat sur nous. La place que nous donnons à l’autre dans notre vie et dans notre cœur ne va pas changer à cause de l’épreuve. Le Christ nous a montré le chemin de l’amour fraternel qui repose sur la vérité, le don, le pardon. Jésus a tout donné, tout ce qu’il a reçu de son Père. Quand nous sommes dans l’épreuve, nous nous mettons à genoux et nous disons à Jésus combien nous avons besoin de lui, alors il prend en nous la première place. Ce n’est pas dans les moments où tout va bien que nous prions le plus, car c’est dans les moments difficiles que nous nous appuyons plus encore sur la prière, dans la foi. « Le Fils de l’homme est glorifié, » l’amour infini de Dieu envahit son cœur éternellement. Même si apparemment, de l’extérieur, c’est le froid le plus glacial, la colère la plus grande, la haine la plus forte, la trahison de l’amour, Jésus triomphe. Si l’amour de Jésus a triomphé du mal au Golgota, c’est pour qu’il triomphe encore en nous quand nous sommes dans des situations d’épreuves ! Au moment où Judas est sorti pour le livrer, quand Jésus essuiera l’attaque la plus radicale qu’il devra affronter, l’enfer, Jésus dira : « Le fils de l’homme est glorifié. » C’est le plein soleil de l’amour dans lequel l’humanité est victorieuse à jamais.

« Je vous donne un commandement nouveau : c’est de vous aimer les uns les autres. Comme je vous ai aimés, vous aussi aimez-vous les uns les autres. Ce qui montrera à tous les hommes que vous êtes mes disciples, c’est l’amour que vous aurez les uns pour les autres. » Jésus nous a donné sa propre vie pour que nous vivions de lui. A sa suite, nous voulons donner le meilleur de nous-mêmes, sans réserve et sans calcul. Nous acceptons aussi les dons qui nous sont faits, comme Jésus a accepté de Marie le don de sa vie en ce monde.
Nous acceptons tout ce que l’autre, même le pire de nos ennemis, peut nous apporter, comme un don de Dieu. Au-delà de la blessure qui nous est faite, nous vivons en Dieu pour vivre en frère. A la suite du Christ, à l’image de ce qu’il a vécu, nous demandons le courage de l’amour fraternel, le courage de la vérité, le courage du don, le courage du pardon. Pour vivre pleinement dans son amour, en lui, nous demeurons dans la foi. Humainement c’est impossible, mais Jésus nous donne, dans l’Esprit Saint, ce commandement de l’amour. « Ce qui montrera à tous les hommes que vous êtes mes disciples, c’est l’amour que vous aurez les uns pour les autres. » Acceptant l’état de faiblesse dans lequel nous sommes, nous rejoignons l’abaissement de Jésus. Dans cet anéantissement, Jésus réchauffe la terre et il fait fleurir la création. « Voici la demeure de Dieu avec les hommes. »

Nous demandons la grâce d’accueillir la faiblesse, l’humiliation et l’adversité dans le Saint-Esprit qui nous aide à aimer envers et contre.

Vos témoignages