Vendredi 11 août 2017

6 - Une femme essuie d’un voile le visage de Jésus

6 - Une femme essuie d’un voile le visage de Jésus info document - JPEG - 278.3 ko

J’ai présenté mon dos à ceux qui me frappaient et mes joues à ceux qui m’arrachaient la barbe. Je n’ai pas protégé ma face des outrages et des crachats. Le Seigneur Dieu vient à mon secours. Quatrième chant du Serviteur souffrant, Isaïe 53, 6-7

Marie a rencontré Jésus dans son chemin de Croix. Non seulement il n’en peut plus, mais il est si défiguré ! C’est Véronique qui sera ses mains et son cœur pour essuyer le visage de Jésus. Véronique retrouve imprimé sur son linge, le visage de Jésus. A la suite de Marie, mue par l’Esprit Saint, elle est introduite dans le mystère de Jésus d’une manière toute intime. Elle nous fait pénétrer dans cette demeure de la Passion de Jésus. Grâce à son courage, nous sommes introduits aujourd’hui encore dans la réalité de l’Amour de Jésus nous. Nous pouvons contempler ce mystère de l’Amour sans limite qui nous est ainsi révélé. Marie, la mère du Nouvel Adam qui nous sauve, prend corps une humanité nouvelle sauvée par son fils. Elle est au cœur de la lutte face à l’antique serpent, le dragon qui s’apprête à dévorer son enfant. Elle trouve refuge en tous les déshérités du monde que sauve Jésus.

La participation aux souffrances du Christ est la Révélation faite aux pauvres et aux tout-petits. Le mystère de Jésus, venu dans la chair humaine à l’Annonciation, se poursuit. Une humanité nouvelle est en naissance, ainsi se perpétue le mystère de Jérusalem. L’humanité que Jésus a reçu de Marie nous est donnée pour que le monde ait la vie. Petit à petit, nous entrons dans la compréhension d’un grand mystère de communion. Jésus instruit les pauvres de l’intérieur. “Tout ce que vous ferez aux plus petits des miens, c’est à moi que vous le ferez.” Avec Jésus qui a tout donné, nous remontons sans cesse à la Source de cette humanité reçue par Marie.

Dans ce Don inouï que Jésus fait de lui-même, s’exprime le Don que le Père lui fait de lui-même. Alors surgit le Paraclet, l’Amour du Père et du Fils qui s’est donné à Marie en surabondance. Marie recevra Jean comme "enfant," en le recevant, elle reçoit chacun de nous. L’Esprit-Saint, dans ce don, nous est donné par l’humanité sainte de Jésus. Cette humanité vit de l’Amour plus grand de Dieu. Il est ainsi révélé aux hommes. C’est dans cet Amour tout nouveau, tout personnel, qui émane de la Personne Don, que l’apôtre Jean entend la Parole de Jésus. Il reçoit Marie comme mère. Jean, au pied de la Croix, est devenu le frère de Jésus. Ayant même mère que Lui, il reçoit, pour l’aimer comme Jésus, le Paraclet, l’Esprit Saint, Don que Jésus lui fait. Ainsi il aime divinement cette mère qui lui est donnée et il glorifie le Père d’un tel Fils, Jésus. Par cet Amour sans limite, il est entré dans le secret de Dieu. Le même Amour est donné aux pauvres qui vivent aujourd’hui encore dans le rejet, dans la détresse. II s’agit toujours de cette humanité que le Père a aimée, à qui Il a donné le Fils Unique. A cette humanité sauvée par Jésus, Il donne l’Esprit Saint, le Père des pauvres pour en faire leur Avocat.

Tout en Marie est brûlé au feu de cet Amour nouveau qui provoque en elle une telle douleur. II ne reste en elle qu’un Oui, un oui total, irréversible, semblable au Oui de Jésus. Nous pouvons, par grâce, devenir son fils, retrouver une identité nouvelle. Le miséricordieux reconnaît son enfant en tout pauvre. Marie sait la Puissance de salut de Dieu, de son Fils Sauveur. En Jésus, elle innocente tous ceux qui tournent vers elle son visage. La grâce de devenir enfant de Dieu nous est donnée par le mystère de la Croix et de la Résurrection de Jésus. Nous pouvons entrer dans l’action de grâce, participer à ce mystère, c’est le nouveau Peuple de Dieu. L’image de Jésus, imprimé par amour sur le voile de Véronique, se laisse imprimer sur chacun de nos visages ! Contenu dans le sein de la Femme, la mère « du Fils unique qui est dans le sein du Père, » il contient tout. info document - JPEG - 404.9 ko