Lundi 6 février 2017

6e dimanche du temps ordinaire, année A

Que votre parole soit “oui”, si c’est “oui”, “non”, si c’est “non”.

Si. 15, 15-20 Ps. 118 1Co. 2, 15-20 Mt. 5, 17-37

  • Le dimanche 12 février 2017 iCal
    Semaine 1 à 10 : 6e dimanche du temps ordinaire, année A

« Ne pensez pas que je sois venu abolir la Loi ou les Prophètes : je ne suis pas venu abolir, mais accomplir."

Amen, je vous le dis : Avant que le ciel et la terre disparaissent, pas un seul iota, pas un seul trait ne disparaîtra de la Loi jusqu’à ce que tout se réalise. Jésus parle d’autorité et son discours est neuf, émanant de la profondeur de sa personne. Ce n’est pas une nouveauté extérieure qu’il apporte, mais un renouvellement tout intérieur. « Vous avez appris, » « et bien moi je vous dis. » A chaque fois, que Jésus reprend "ce qui a été dit aux anciens," dans son interpretation, il pointe une attitude de vie plus intérieure. Jésus propose, partant du fait du « meurtre, » de veiller à la simple « colère ; » partant du fait du « faux serment » de veiller au simple fait de « jurer. » Jésus nous conduire à retrouver l’intégralité de notre personne. Ce lieu intérieur de la Présence de Dieu, que nous pouvons habiter en lui, dans notre relation avec lui. Jésus, dans son amour infini, nous réconcilie avec nous-même et avec Dieu : "Car je vous le dis, en vérité : avant que ne passent le ciel et la terre, pas un i, pas un point sur l’i, ne passera de la Loi, que tout ne soit réalisé." L’harmonie nouvelle que Jésus apporte à l’humanité passe par son cœur ! Il est celui qui nous sauve en aimant son Père, et qui le "glorifie" en nous sauvant !" Celui qui exécutera ces moindres préceptes, et les enseignera, celui-là sera tenu pour grand dans le Royaume des Cieux.

…Donc, lorsque tu vas présenter ton offrande à l’autel, si, là, tu te souviens que ton frère a quelque chose contre toi, laisse ton offrande, là, devant l’autel, va d’abord te réconcilier avec ton frère, et ensuite viens présenter ton offrande. Mets-toi vite d’accord avec ton adversaire pendant que tu es en chemin avec lui, pour éviter que ton adversaire ne te livre au juge, le juge au garde, et qu’on ne te jette en prison. Amen, je te le dis : tu n’en sortiras pas avant d’avoir payé jusqu’au dernier sou. Jésus nous demande de respecter nos frères, d’accomplir avec lui un chemin de l’Amour qui est libérant. Dans les temps tourmentés que nous vivons, Jésus nous aide à être à la hauteur des évènements que nous subissons. Nous ne pouvons pas ignorer les coupables qui peuvent devenir de dangereux fauteurs de trouble dans la société. Nous sommes prudents face à ceux qui manifestent des difficultés qui nous conduisent à une insécurité permanente. La loi, si elle est nécessaire, est impuissante à nous procurer le salut. La vie qui nous est donnée par Dieu, est don sans mérite de notre part. Jésus rend plus forte la loi de Dieu et il nous aide à reconnaître humblement qu’il faut nous convertir en nous aimant mieux les uns les autres.

"…Que votre parole soit “oui”, si c’est “oui ;” “Non”, si c’est “non”. Ce qui est en plus vient du Mauvais." La loi nécessite la compréhension de l’autre, l’amitié, l’amour, la grâce et le pardon. Nous touchons non seulement la "délicatesse" de Jésus, mais la vérité profonde de son être. La vie et le salut nous sont donnés par grâce, par amour. Jésus nous révèle que la vie ne se mérite pas. L’impuissance de la loi à procurer le salut manifeste que la vie nous est donnée par Dieu, elle est don. C’est du respect du à l’autre dont il s’agit ! Nous croyons que la vie et le salut qui viennent de Dieu sont un Don à respecter en soi-même et en l’autre. Toucher à son frère, c’est toucher à Dieu lui-même. Jésus révèle le fonctionnement de nos lois humaines. Sans loi, nous retombons vite dans la jungle. Jésus nous demande d’être vrai. L’amour de Dieu et l’amour des frères est le même amour qui fonde notre vivre ensemble. Ces paroles sont pour nous salutaires. Elles opèrent le discernement auquel il nous faut sans cesse revenir si nous voulons avoir la vie.

Nous demandons la grâce que notre langage soit : « Oui ? oui », »Non ? non » pour demeurer dans la lumière de la vérité. 19 Donc, celui qui rejettera un seul de ces plus petits commandements, et qui enseignera aux hommes à faire ainsi, sera déclaré le plus petit dans le royaume des Cieux. Mais celui qui les observera et les enseignera, celui-là sera déclaré grand dans le royaume des Cieux. 20 Je vous le dis en effet : Si votre justice ne surpasse pas celle des scribes et des pharisiens, vous n’entrerez pas dans le royaume des Cieux. 21 « Vous avez appris qu’il a été dit aux anciens : Tu ne commettras pas de meurtre, et si quelqu’un commet un meurtre, il devra passer en jugement. 22 Eh bien ! moi, je vous dis : Tout homme qui se met en colère contre son frère devra passer en jugement. Si quelqu’un insulte son frère, il devra passer devant le tribunal. Si quelqu’un le traite de fou, il sera passible de la géhenne de feu. 27 Vous avez appris qu’il a été dit : Tu ne commettras pas d’adultère. 28 Eh bien ! moi, je vous dis : Tout homme qui regarde une femme avec convoitise a déjà commis l’adultère avec elle dans son cœur. 29 Si ton œil droit entraîne ta chute, arrache-le et jette-le loin de toi, car mieux vaut pour toi perdre un de tes membres que d’avoir ton corps tout entier jeté dans la géhenne. 30 Et si ta main droite entraîne ta chute, coupe-la et jette-la loin de toi, car mieux vaut pour toi perdre un de tes membres que d’avoir ton corps tout entier qui s’en aille dans la géhenne. 31 Il a été dit également : Si quelqu’un renvoie sa femme, qu’il lui donne un acte de répudiation. 32 Eh bien ! moi, je vous dis : Tout homme qui renvoie sa femme, sauf en cas d’union illégitime, la pousse à l’adultère ; et si quelqu’un épouse une femme renvoyée, il est adultère. 33 Vous avez encore appris qu’il a été dit aux anciens : Tu ne manqueras pas à tes serments, mais tu t’acquitteras de tes serments envers le Seigneur. 34 Eh bien ! moi, je vous dis de ne pas jurer du tout, ni par le ciel, car c’est le trône de Dieu, 35 ni par la terre, car elle est son marchepied, ni par Jérusalem, car elle est la Ville du grand Roi. 36 Et ne jure pas non plus sur ta tête, parce que tu ne peux pas rendre un seul de tes cheveux blanc ou noir.

Vos témoignages

  • Marie-Françoise 12 février 2017 04:37

    Merci cher Père pour cette homélie réaliste et ancrée en le Réalisme de l’Amour de Dieu pour nous. Merci, Jésus, de nous donner un si bon prête : le Père Gilbert, et pour ses paroles qui éclairent et réconfortent. Que l’Esprit Saint lui soit toujours donné pour qu’il puisse continuer un si beau ministère.

  • Julie 10 février 2017 19:11

    Merci , gloire à Dieu !