Dimanche 17 mai 2015

7e dimanche de Pâques, année B

« De même que tu m’as envoyé dans le monde, moi aussi, je les ai envoyés dans le monde. »

Ac. 1, 15-17.20a.20c-26 Ps. 102 1 Jn. 4, 11-16 Jn.17, 11b-19

  • Le dimanche 17 mai 2015 iCal
    7e semaine de Pâques : 7e dimanche de Pâques, année B

"Désormais, je ne suis plus dans le monde ; eux, ils sont dans le monde, et moi, je viens vers toi."

Père saint, garde mes disciples dans la fidélité à ton nom que tu m’as donné en partage, pour qu’ils soient un, comme nous-mêmes. Quand j’étais avec eux, je les gardais dans la fidélité à ton nom que tu m’as donné. J’ai veillé sur eux, et aucun ne s’est perdu, sauf celui qui s’en va à sa perte de sorte que l’Écriture soit accomplie. Et maintenant que je viens à toi, je parle ainsi, en ce monde, pour qu’ils aient en eux ma joie, et qu’ils en soient comblés." Dieu veut unifier l’humanité en lui, l’Église nous propose cette vision d’unité avec Dieu pour que le monde croie que Dieu est un mystère d’amour et d’unité. Cette unité va s’approfondissant sans cesse, nous la retrouvons d’une manière merveilleuse et étonnante dans l’union du Cœur de Jésus et de Marie. Quand Jésus vient pour consacrer le monde dans la vérité, il réalise, d’une manière personnelle et intérieure, l’unité avec la nature humaine : « Je crois en Jésus Christ, vrai Dieu et vrai homme ». Quand le cœur du « petit Jésus » s’unit au cœur de Marie sa mère, il se réalise alors une unité étonnante entre la nature divine et la créature humaine. Jésus, dans sa Passion, descendra dans nos enfers, dans nos enfermements pour nous libérer du menteur qui voudrait nous séparer de Dieu, nous enfermer dans la mort.

"Je leur ai fait don de ta parole, et le monde les a pris en haine parce qu’ils ne sont pas du monde, de même que moi je ne suis pas du monde." "Je ne demande pas que tu les retires du monde, mais que tu les gardes du Mauvais. Ils ne sont pas du monde, comme moi je ne suis pas du monde." Jésus est descendu jusqu’au fond de notre être pour nous ouvrir progressivement à lui car « Dieu est Amour. » Cette parole est le sommet de la Révélation. Nous savons que cette unité de l’humanité passe par chacun de nous, elle passe par notre propre vie, nous sommes tous concernés. La prière de Jésus hâte cette unité de notre cœur et du cœur de Dieu. « Père saint, garde mes disciples dans la fidélité à mon nom que tu m’as donné en partage, pour qu’ils soient un, comme nous-mêmes. » Le Nom de Dieu, ce nom de Père, c’est Jésus, le Fils bien-aimé qui nous l’a appris. En effet nous trouvons notre unité dans cette unité de Jésus et de son Père. « Quand j’étais avec eux, je les gardais dans la fidélité à ton nom que tu m’as donné. J’ai veillé sur eux et aucun ne s’est perdu. » Il nous est bon de savoir Jésus dans la gloire. Il est puissant pour prier pour nous, Jésus ne cesse pas de veiller sur chacun de nous : « aucun ne s’est perdu ».

"Consacre-les par la vérité : ta parole est vérité." "De même que tu m’as envoyé dans le monde, moi aussi, je les ai envoyés dans le monde. Et pour eux je me consacre moi-même, afin qu’ils soient, eux aussi, consacrés par la vérité." Maintenant O Père, dit Jésus, je viens à toi, et je veux qu’ils aient en eux ma joie. Entrer dans la joie de l’amour de Jésus pour son Père et du Père pour Jésus. Mystère de l’Esprit Saint, mystère de l’amour qui nous est proposé : « Si nous nous aimons les uns les autres Dieu demeure en nous et son amour atteint en nous sa perfection. » Ces paroles deviennent une vie en nous, cette vie est un don de Dieu. L’Esprit Saint qui fait l’unité du Père et du Fils unit notre cœur d’enfant au Père, il unit notre cœur de pécheur à Jésus le Sauveur. Nous comprenons combien nous avons besoin de l’Esprit Saint. L’unité que Jésus demande, seul l’Esprit Saint peut la réaliser. Nous savons que le monde est en chacun de nous, et Jésus nous défend du Mauvais, il se consacre lui-même, il souligne l’importance d’être « comblé en Dieu » en « demeurant dans l’amour ». La source de la consécration est la fidélité à Jésus, lui le consacré : La consécration signifie que nous voulons vivre à partir de Jésus en lui donnant notre cœur en lui faisant une entière confiance. Jésus nous entraîne jusqu’à réaliser en nous son propre mystère : Mystère de l’enfant bien-aimé du Père. Il nous propose l’Esprit Saint et il nous demande de hâter sa venue par la prière. Que l’unité qui est réalisée entre lui et son Père soit réalisée entre notre cœur et le cœur de Dieu.

Nous demandons à Jésus qu’il nous donne cet Esprit Saint qui va nous consacrer à Dieu.