7e dimanche du temps ordinaire, année B

« Tes péchés sont pardonnés, dit Jésus. »
Samedi 18 février 2012

Is. 43, 18-19.21-22.24c-25 Ps. 40 2 Co. 1, 18-22 Mc. 2, 1-12

  • Le dimanche 19 février 2012 de 00:00 à 23:30 iCal
    Semaine 1 à 10 : 7e dimanche du temps ordinaire, année B

« Tes péchés sont pardonnés, dit Jésus. »

"Jésus était de retour à Capharnaüm, et la nouvelle se répandit qu’il était à la maison." "Tant de monde s’y rassembla qu’il n’y avait plus de place, même devant la porte." Il leur annonçait la Parole. Jésus était de retour à Capharnaüm dit l’évangile de Marc. Arrivent des gens qui amènent un paralysé devant lui. Ils déplacent quelques « branchages » qui recouvrent le toit car il n’est pas possible de rejoindre Jésus, la foule est trop nombreuse. Avec des cordes ils font descendre le paralysé aux pieds de Jésus. Ces quatre hommes sont peut-être les quatre premiers apôtres ! Ils ont été témoins de l’action bienfaisante et guérissante de Jésus, alors ils lui amènent leur ami. Ils témoignent ainsi de leur foi et repartiront avec une foi plus grande encore.

« Arrivent des gens qui lui amènent un paralysé, porté par quatre hommes. » "Comme ils ne peuvent l’approcher à cause de la foule, ils découvrent le toit au-dessus de lui, font une ouverture, et descendent le brancard sur lequel était couché le paralysé. Voyant leur foi, Jésus dit au paralysé : « Mon fils, tes péchés sont pardonnés. » Tes péchés sont pardonnés, dit Jésus à cet homme. C’est la libération intérieure la plus importante qui soit mais elle provoque quelques remous ! « Quelques scribes raisonnaient en eux-mêmes : Pourquoi cet homme parle-t-il ainsi ? Qui donc peut pardonner les péchés sinon Dieu seul ! Il blasphème. » Saisissant aussitôt leurs raisonnements dans son esprit Jésus dit : « Pourquoi de tels raisonnements ? Qu’est-ce qui est le plus facile de dire au paralysé tes péchés sont pardonnés ou bien de lui dire : Lève-toi, prends ton brancard et rentre chez toi ? L’homme se leva, prit aussitôt son brancard et sorti devant tout le monde. Jésus libérateur agit encore aujourd’hui de la même manière au milieu de nous.

"Qu’est-ce qui est le plus facile ? de dire au paralysé : ’Tes péchés sont pardonnés’, ou bien de dire : ’Lève-toi, prends ton brancard et marche’ ? » "Eh bien ! Pour que vous sachiez que le Fils de l’homme a le pouvoir de pardonner les péchés sur la terre, je te l’ordonne, dit-il au paralysé : Lève-toi, prends ton brancard et rentre chez toi. » L’homme se leva, prit aussitôt son brancard, et sortit devant tout le monde. Tous étaient stupéfaits et rendaient gloire à Dieu, en disant : « Nous n’avons jamais rien vu de pareil. » La Parole du Seigneur l’avait déjà annoncé : « Ne vous souvenez plus d’autrefois, ne songez plus au passé ! Voici que je fais un monde nouveau, il germe déjà, ne le voyez-vous pas ? La communauté chrétienne peut continuer cette œuvre merveilleuse de libération. Nous avons tous besoin de délivrance. Nous savons que nous pouvons emmener nos frères à Jésus pour qu’il les délivre par ses sacrements. Aujourd’hui Jésus peut encore nous libérer et nous redonner une vie qui chante la gloire de Dieu. Dieu est amour, notre vie doit devenir amour.

Nous demandons à Jésus la grâce d’être guéris pour lui amener nos amis en difficultés afin qu’il les guérisse.