Mercredi 12 avril 2017

9 - Jésus tombe pour la troisième fois

info document - JPEG - 362.1 ko

J’entends les calomnies de beaucoup : « Terreur de tous côtés ! Dénoncez ! Dénonçons-le ! » Tous ceux qui étaient en paix avec moi guettent ma chute. (…) Mais le Seigneur est avec moi comme un héros puissant. Jérémie 2, 10-11

Nous entrons dans le don si mystérieux de Jésus dans son agonie. Entrons dans sa marche vers la mort par l’expérience de ceux qui sont à cette dernière extrémité. C’est quand nous sommes tombés que nous prenons conscience du Don ineffable et si merveilleux de l’abandon de Jésus. Il a été fait le dernier des derniers, abject, maudit, recevant la haine et la violence jusqu’à la dernière extrémité. Ce sentiment si éprouvant et si cruel de se sentir au fond du trou, maudit, inutile pour le monde et pour Dieu, nous pouvons en être témoin dans l’expression de maladie grave. Nous sommes entrés dans une certaine compréhension de ce mystère quand Alain a provoqué de si grandes émotions dans notre cœur. Nous avons cru qu’il allait mourir. Une telle odeur de mort avait envahi sa chambre et nos cœurs. Dans cette chambre qui devenait déjà mortuaire, quelle horreur que cette odeur de mort, ce sentiment de ne plus rien pouvoir faire ! Les médecins et les spécialistes ne pouvaient plus rien. Que nous fallait-il croire ? Croire en l’amour éternel ? Croire surtout que notre amour, uni à l’Amour de Jésus était l’unique remède au mal d’Alain.

Marie, mue par l’Esprit Saint, veille. Elle vient en aide invisiblement à Jésus qui tombe pour la troisième fois. Elle vient en aide à tous ceux qui, comme Alain, partage cette descente dans le trou de la troisième chute. Il nous fut envoyé pour nous déterminer à un amour nouveau, unique, amour qui prend toutes nos énergies et tout notre être pour le recréer en Dieu. Jésus dans cette troisième chute, nous apprends les « ressorts » de la véritable humanité. Il nous invite à découvrir le cœur en attente d’Amour qui est au tréfonds de nous. Alain aura été l’icône si mystérieuse qui nous a fait prendre ce chemin. C’est une grâce de pouvoir remonter jusqu’au cœur divin du Seigneur Jésus, en méditant la compassion de Marie. Les pauvres de naissance que nous rencontrons, et ceux qui se font pauvres de cœur à cause du Royaume sont un chemin précieux pour la Révélation du visage de Dieu. Jésus, dans sa Passion, est venu nous plonger dans la grâce du mystère de notre pauvreté. C’est le nouvel Amour de Jésus qui donne visage à l’humanité. Les pauvres l’ont compris et accueilli ce nouvel Amour. Ils nous ouvre aujourd’hui une porte sur le mystère de la Croix de Jésus, de son Amour inconditionnel qui brûle tout. Tout rejet, toute souffrance, tout abandon vécu par les pauvres, tout ce qui défigure l’humanité est « signe » désormais de la présence actuelle de Jésus, qui aujourd’hui, nous sauve par sa Croix, la Croix des pauvres et des petits.

Le Paraclet, le Défenseur, l’Amour du Père et du Fils nous est donné pour éclairer et fortifier notre chemin dans la souffrance, à la suite de Jésus. Ceux qui ont résolu de perdre Jésus, sont de l’intérieur de la communauté comme Judas, ou de l’extérieur comme les pharisiens unis à Hérode, unis dans la haine de Jésus. Le même scenario de la Passion se reproduira jusqu’à ce que Jésus revienne. Dans le désarroi, le pauvre, à la suite de Jésus, est, dans sa résistance au mal, un surcroît d’humanité pour le monde. C’est le parfum de la vie nouvelle donnée par Jésus pour l’humanité. Lumière intérieure toute resplendissante de ce nouvel Amour, cette vie qui n’aura plus de fin. C’est dans notre humanité glorifiée, grâce à l’Esprit Saint, que se vit tout « Calvaire » dans le monde. Nous devenons la vie et l’accueil de Jésus dans toute la détresse du monde. Le Don de la Parole nous donne de faire un pareil rapprochement de foi entre le mystère de Jésus dans sa souffrance et la vie si douloureuse d’Alain. Il se donne aussi dans le ressenti de ceux qui fréquentent Alain et qui parlent ensemble de lui avec une grande bienveillance. Il nous faut rester toujours dans l’Esprit Saint pour comprendre notre expérience avec Alain, cela relève de l’intime très personnel ! Toute situation de grande détresse semblable nous remet devant la situation de la Passion de Jésus. Grace à Alain, nous aussi, nous avons expérimenté cet amour si fort, c’est lui qui a remis Alain debout.

Le Seigneur soutient tous ceux qui tombent il redresse tous les accablés. Psaume 144,14

info document - JPEG - 582.3 ko