Mercredi 1er juillet 2015

A l’école du pauvre et de Marie.

Entre toutes les mères, Marie est la seule qui ait conçu son Fils préexistant : “le Verbe s’est fait chair.”[113]. Le Fils éternel du Père est le seul fils qui ait choisi sa mère. Marie a dit oui à la Parole. C’est dans le oui de Marie que se donnent éternellement le Père et le Fils. Pour me situer comme fils de ce Père, il me faut entrer dans le mystère de Jésus. C’est dans ce Oui de l’Amour infini, que Marie a donné son consentement à la venue de Jésus. « Je te bénis Père d’avoir révélé ce mystère aux tous petits ».

Le mystère de l’Esprit Saint est devenu le Don fait à une petite créature humaine. Marie va nous permettre d’entrer dans le mystère de notre filiation, dans le mystère d’une nouvelle vie d’Amour en nous, la vie de l’Esprit Saint. Pour parler de Dieu, Père, de qui toute paternité s’origine (Paul), il me faut être devenu fils, dans le Fils unique. Pour me révéler ce mystère, Dieu a choisi une femme. II a envoyé dans nos cœurs l’Esprit Saint qui nous permet de dire "Abba", Père.

“Heureuse la femme qui t’a porté dans ses entrailles et qui t’a nourri de son sein.” Il me faut demander la grâce d’être fils avec Lui, en Lui, par Lui et pour Lui. C’est encore me tourner vers Marie sa mère selon le désir de Jésus : “Voici ta mère”. Il s’agit de reconnaître et d’accueillir la maternité divine de Marie pour devenir aussi son fils : « Voici ton fils. »[114]. Marie veut former en moi l’enfant du Père. Par le mystère de l’Esprit Saint, elle a reçu du Père le Fils unique de Dieu, grâce à sa foi.

L’Esprit Saint, mystère de l’Amour du Père et du Fils, s’est alors lié au mystère de Marie. “L’Esprit Saint viendra sur toi” est-il dit à I ’Annonciation [115]. Nous savons que là où l’Esprit Saint est accueilli, Il demeure. Et cette “demeure” devient alors jaillissement d’Amour, Source de vie, jaillissant en vie éternelle : « Nous ferons en lui notre demeure. »[116] Nous comprenons l’exclamation de cette femme de I ’Évangile. “Heureuse la femme qui t’a porté dans ses entrailles et qui t’a nourri de son sein.”[117] Elle sait tellement que son oui humain est limité, trop « humain », et qu’il lui est impossible d’entrer de plein pied dans une relation d’Amour avec Dieu.

C’est dans le oui de Marie que se donnent éternellement le Père et le Fils, Cette femme a cependant devant elle le Fils qui n’est que Oui à son Père. Alors elle pense à sa mère, à l’humanité par sa mère qui a dit ce oui d’Amour à l’Amour Infini. Désormais le chemin est ouvert : “Quiconque fait la volonté de mon Père céleste est mon frère, ma sœur, ma mère.”[118].

Avec Marie entrer dans une nouvelle fécondité.

Marie est devenue “la vivante”, celle que Dieu prend pour nous donner la vie divine en Eglise. Comme elle a donné "chair humaine" à Jésus, le secret de la Vie divine qui est l’Esprit Saint nous est confié par elle. C’est Lui qui anime désormais nos vies et qui fait l’Église. Nous pouvons en vérité dire Dieu à partir de notre vie humaine. Le dire, parce que nous en vivons. Le pauvre, qui rejoint le Christ dans son mystère, pourra l’exprimer de façon unique. La révélation de Dieu dans le Christ demeure un secret ! On ne croit pas en Lui, on ne croit pas que le pauvre le manifeste ! Qu’importe car le mystère de cet Amour de Dieu est toujours offert : “Dieu personne ne l’a jamais vu, le Fils unique qui est dans le Sein du Père, lui l’a fait connaître.”[121].

info document - JPEG - 189.9 ko

L’ayant contemplé, nous pouvons annoncer Dieu dont nous sommes devenus en Christ, le visage. Nous contemplons le Rayonnement de cet Amour nouveau pour une humanité nouvelle dans l’Eucharistie : “C’est mon Corps livré pour vous, c’est mon Sang versé pour vous,” [122] dit à jamais Jésus dans son Église. Nous annonçons le grand Don de Jésus : “II est grand le mystère de la foi”. Ce Nouvel Amour est chanté désormais par toute notre vie. Cette vie nouvelle est partagée et reçue par les pauvres qui ont besoin de Dieu pour vivre.

II est si bon de vivre et d’habiter notre humanité divinisée en Christ. C’est cette humanité de Marie que le Père a choisie pour y faire germer le Sauveur. C’est cette humanité que Jésus a “prise” pour y faire advenir le Salut par sa Passion d’Amour. Par sa Passion et sa Résurrection, cette humanité nouvelle est désormais la nôtre. Notre cœur entre en Adoration devant ce mystère de Dieu venu habiter parmi nous. Advenir à cette contemplation, c’est se laisser transformer par elle et entrer dans cette filiation nouvelle, offerte aux enfants de Dieu.

Nous entrons dans une nouvelle paternité selon l’esprit. Nous y entrons par la contemplation pour devenir acteurs d’une civilisation de l’amour, d’un monde nouveau. C’est ainsi que toutes les découvertes utiles du monde peuvent concourir à la régénération de l’humanité. Pour ce faire, les plus pauvres et les plus petits doivent être accueillis. Ils sont le cœur et le centre de l’humanité qui a besoin d’un supplément d’âme. « Ils n’ont plus de vin » [123] disait déjà Marie à Cana. La confiance totale en Jésus est aujourd’hui encore nécessaire pour les "serviteurs" que nous sommes devenus. En accueillant les pauvres que Jésus nous envoie, c’est Jésus lui-même que nous accueillons. En les accueillant nous donnons à l’Eglise, à l’humanité le meilleur remède divin pour être fidèles à Jésus « les pauvres vous les aurez toujours avec vous » [124].