Mercredi 10 août 2016

Dans le Mystère de Marie, chacun de nous peut être transformé.

Dans le Mystère de Marie, chacun de nous peut être transformé.

Marie, dans le nouvel Amour qui lui est donné, aime le Père d’une manière toute renouvelée. Ce Père éternel engendre en elle son propre Fils. Dans ce mystérieux Amour nouveau qu’elle reçoit du Père, elle aime Jésus qui est “suscité” en elle par l’Esprit Saint. Elle est vraiment Mère de Dieu. Le Père éternel a fait ainsi participer Marie à son Amour même. Ce mystère d’engendrement du Père pour son Unique, donne à Marie la capacité de donner la vie humaine. Elle va ainsi tisser dans sa chair le corps du Fils unique de Dieu. Le Fils de Dieu contient en lui toutes créatures dira l’Apôtre. Nous sommes en Lui. L’apocalypse de St Jean [108] parlera des douleurs de l’enfantement. Cela ne s’applique pas au mystère de la naissance de Jésus. Selon le mot d’Isaïe : "Avant d’être en travail, elle a enfanté, avant que lui viennent les douleurs, elle s’est libérée d’un garçon. Qui a jamais entendu chose pareille ? Qui a jamais vu semblable chose ? Un pays est-il mis au monde en un seul jour, une nation est-elle enfantée en une seule fois pour qu’à peine en travail, Sion ait enfanté ses fils ? Est-ce que moi j’ouvrirais le passage à la vie pour ne pas faire enfanter ?

Si Dieu est devenu homme, c’est pour que l’homme vive de la vie même de Dieu. Cette transformation de l’enfant de Dieu se réalise pour nous dans l’Esprit Saint, en Marie qui forme Jésus en nous. Ce mystère se réalise dans la foi. Pour que Marie donne chair à Jésus, lui donne vie comme à son propre enfant, elle doit tirer d’elle-même la nourriture dont II a besoin. Comme II est le Don du Père, il est aussi le Don de Marie Immaculée. Ce mystère se réalise dans l’Amour même de Dieu pour elle. Le Père et le Fils font jaillir le Saint Esprit dans l’Amour d’eux-mêmes et dans l’Amour qu’ils se portent. Ce mystère de l’Esprit Saint est donné à Marie, la petite fille du Père, qui vit de l’Amour qui vient de Dieu, qui lui est donné pour enfanter le Fils unique du Père. Elle est unie, en quelque sorte, au mystère d’engendrement du Père éternel pour son Fils, quand il prend chair dans sa propre chair.

Marie est associée au mystère de la Paternité divine. Comblée de grâce, débordante de l’Amour sans fin de Dieu pour elle, elle est entrée par grâce dans le mystère du salut du monde avec Jésus. C’est dans ce mystère, que mère douloureuse, elle nous reçoit comme enfant, à la Croix, dans la chair crucifiée de son fils : “Voici ton fils”. Pour la reconnaître comme mère bien-aimée, pour que se réalise ce Don, nous devons entrer dans son oui. La prenant, la choisissant comme mère, nous sommes devenus son enfant. Alors s’ouvre un chemin de révélation, de reconnaissance de notre propre filiation divine. Je suis devenu le fils d’un tel Père dans le Fils unique né de Marie, engendré éternellement par le Père. “C’est ainsi qu’il nous a choisi en lui, avant la fondation du monde, pour être saints et irréprochables devant lui dans l’amour.”[110] J’entre alors dans l’Amour sans fin qui m’est donné pour répondre à cette grâce de filiation, dans la volonté éternelle du Père et grâce au oui de Marie. Étant entré dans ce nouvel Amour qui me désapproprie de moi-même, je peux être introduit, selon la grâce qui m’est donnée, dans le mystère de la paternité de ce Père invisible de qui “toute paternité tire son origine”. Entrer dans ce mystère du Don de la vie, c’est être “situé” dans l’Amour inconditionné et laisser cet Amour découvert s’enraciner en soi.

info document -  voir en grand cette image

Vivant de cet Amour reçu et donné, je peux me laisser transformer par cet Amour infini, comme Marie, et exercer le ministère qui m’est donné. “Qui est ma mère, qui sont mes sœurs et mes frères, ce sont ceux qui font la volonté de Dieu et qui la gardent.”[111]. Entrer dans le mystère de la paternité c’est d’abord advenir à sa propre filiation. “Voyez quel grand Amour nous a donné le Père. Nous sommes enfants de Dieu et ce que nous sommes va encore se révéler.”[112] "Est-ce que moi, qui fais enfanter, j’imposerais à la vie une contrainte ?" [109]

Vos témoignages

  • 18 février 2016 20:35

    Père Gilbert, j’ aime ce que vous écrivez sur le mystère de la filiation, vous le décrivez de manière très simple et accessible. Comme il est doux de savoir que nous sommes tous enfants de Notre Père, tous enfants de notre Mère Marie.

    Merci beaucoup, Père Gilbert. Que l’Esprit Saint continue à vous inspirer pour notre édification et pour nous nourrir de la parole de Dieu.