Samedi 20 février 2016

2e dimanche de Carême, année C

« Tu es mon enfant, tu es mon bien-aimé, en toi j’ai mis tout mon amour. »

Gn. 15, 5-12.17-18 Ps. 26 Ph. 3, 17-4, 1 Lc. 9, 28b-36

  • Le dimanche 21 février 2016 iCal
    Deuxième semaine de Carême : 2e dimanche de Carême, année C

Jésus prit avec lui Pierre, Jean et Jacques, et il alla sur la montagne pour prier. Pendant qu’il priait, son visage apparut tout autre, ses vêtements devinrent d’une blancheur éclatante.

Et deux hommes s’entretenaient avec lui : c’étaient Moïse et Élie, apparus dans la gloire. Ils parlaient de son départ qui allait se réaliser à Jérusalem. Jésus est le Fils bien-aimé du Père qui resplendit de la gloire de Dieu, de son Amour infini. Il vivra la défiguration et il sera entouré des mêmes apôtres Pierre Jacques et Jean. Les autres Apôtres demeurent un peu plus loin. Pierre aura de la peine à supporter le spectacle de l’agonie comme aujourd’hui il a de la peine à supporter celui de la transfiguration ! Jésus est glorifié, tout autre, devant lui ! Des rayons de soleil autour de la tête, ses vêtements d’une blancheur éclatante. La gloire de Dieu se manifeste quand l’humanité vit divinement sa vie d’enfant de Dieu. La gloire de Dieu est l’épanouissement de son amour dans notre vie. La gloire de Dieu commence pour nous quand Jésus descend du ciel dans le sein de la Vierge Marie pour y revêtir notre humanité. Avec cette nature humaine, il va vaincre le mensonge, la haine et l’enfer. La gloire de Dieu est cette victoire de l’Amour de Dieu sur toute obscurité. Jésus est tout autre, « transfiguré », quand il vit l’agonie et qu’il nous sauve sur la croix, il s’abandonne dans l’amour même de son Père. Jésus, dans la tristesse jusqu’à en mourir, ne cédera pas à cette tristesse, Il demeurera dans l’amour de Dieu.

Pierre et ses compagnons étaient accablés de sommeil ; mais, se réveillant, ils virent la gloire de Jésus, et les deux hommes à ses côtés. Ces derniers s’en allaient, quand Pierre dit à Jésus : « Maître, il est heureux que nous soyons ici ! Dressons donc trois tentes : une pour toi, une pour Moïse, et une pour Élie. » Il ne savait pas ce qu’il disait. Pierre n’avait pas fini de parler, qu’une nuée survint et les couvrit de son ombre ; ils furent saisis de frayeur lorsqu’ils y pénétrèrent. Jésus, le Fils du Père, l’enfant de Marie immaculée, unit en lui le ciel et la terre. Il est vraiment le Fils bien aimé du Père et l’enfant de Marie. Il marche vers Jérusalem. Aujourd’hui, c’est l’épisode de la transfiguration sur la montagne et les disciples Pierre, Jacques et Jean sont témoins de cet événement. Ils seront aussi témoins de l’agonie de Jésus. Au baptême, quand Jésus est plongé dans les eaux du Jourdain, Jean-Baptiste dira : « C’est moi, qui devrais être baptisé par toi. » Jésus répondit : « Laisse faire, il faut que toute justice s’accomplisse. » À l’agonie Il vivra la « défiguration ! » La gloire de Dieu est dans la victoire de l’Amour sur tout mal : « Tu es mon enfant, tu es mon bien-aimé, en toi j’ai mis tout mon amour ».

"Et, de la nuée, une voix se fit entendre : « Celui-ci est mon Fils, celui que j’ai choisi, écoutez-le. » Quand la voix eut retenti, on ne vit plus que Jésus seul. Les disciples gardèrent le silence et, de ce qu’ils avaient vu, ils ne dirent rien à personne à ce moment-là. « Père, dira Jésus à l’agonie, non pas ma volonté, mais ta volonté. » Jésus vit ce moment dans l’abandon à son Père et à l’humanité qu’Il sauve. Cet amour vainqueur nous est donné. Notre transfiguration sera de vivre du même amour, et aujourd’hui, nous pouvons déjà en vivre. Avec Jésus, dans l’Esprit Saint, nous gardons le sourire dans l’adversité, car en nous, l’amour de Dieu est vainqueur. Si nous bâtissons la communauté avec des frères et des sœurs en difficultés, malgré les contradictions de la vie, nous demeurons dans l’amour, nous sommes déjà transfigurés. La transfiguration est notre fidélité à l’amour infini de Dieu dans le quotidien. C’est la victoire de l’amour que nous portons en Jésus Christ. Immergés dans le Christ, dans son amour infini, nous sommes vainqueurs.

Nous demandons la grâce de vivre dans l’Esprit Saint.

Vos témoignages

  • 21 février 2016 06:22

    Jésus a tout fait pour nous rejoindre- la défiguration, effet de l’être pécheur que nous sommes- et la transfiguration, pour nous révéler à quoi nous sommes appelés avec Lui. Merci, Père Gilbert, de nous indiquer les profondeurs de l’Amour de Jésus pour l’humanité. Que Marie nous apprenne à enter dans une attitude d’adoration devant Notre Dieu si grand, si petit, si fort, si vulnérable, Lui qui fait tout pour nous rejoindre et nous dire Son Amour Unique et Irremplaçable..

  • 20 février 2016 20:34

    C’est l’amour de Jésus, fils du Père et fils de Marie, qui est victorieux de toute obscurité en nous. Une homélie pleine d’espérance. Merci Père Gilbert ! Chez nous le Mercredi des Cendres, le prêtre nous a proposé de « laisser Marie faire le ménage dans notre cœur ». Avec Marie et en elle nous pourrons accueillir l’amour de Jésus. En communion. Estelle