Samedi 26 avril 2014

2e dimanche de Pâques, année A

« Jésus leur dit de nouveau : « Paix à vous ! Comme le Père m’a envoyé, moi aussi je vous envoie. »

Ac. 2, 42-47 Ps. 117 1P. 1, 3-9 Jn. 20, 19-31

  • Le dimanche 27 avril 2014 de 00:00 à 23:30 iCal
    2e semaine de Pâques : 2e dimanche de Pâques, année A

Le soir, ce même jour, le premier de la semaine, et les portes étant closes, là où se trouvaient les disciples, par peur des Juifs, Jésus vint et se tint au milieu et il leur dit : « Paix à vous ! »

Ayant dit cela, il leur montra ses mains et son côté. Les disciples furent remplis de joie à la vue du Seigneur. Il leur dit alors, de nouveau : « Paix à vous ! Comme le Père m’a envoyé, moi aussi je vous envoie. » Ayant dit cela, il souffla sur eux et leur dit : « Recevez l’Esprit Saint. Ceux à qui vous remettrez les péchés, ils leur seront remis ; ceux à qui vous les retiendrez, ils leur seront retenus. » La naissance de l’Église donne Vie à un corps nouveau : « Ils n’avaient qu’un seul cœur. » « Recevez l’Esprit Saint. Ceux à qui vous remettrez les péchés, ils leur seront remis ; » Quel chemin parcouru par les apôtres ! Et quel chemin à parcourir encore ! Malgré toutes les apparitions que Jésus a déjà prodiguées, les apôtres sont dans la crainte, « ils ont verrouillé les portes, ils ont peur des Juifs ». C‘est ainsi que se profile l’itinéraire de la vie chrétienne. Que se passe-t-il donc dans le cœur des apôtres ? Nous aussi avons rencontré Jésus petit à petit ! Une première rencontre, puis une seconde et encore d’autres fois Jésus s’est rendu présent et nous sommes enfin convertis ! Il y a en nous des épaisseurs d’incrédulité, de doute, de non foi : « Non, je n’y croirai pas ! » Cette parole de Saint Thomas, nous en faisons l’expérience à certaines heures de notre vie. C’est ce manque de foi qui fragilise le corps du Christ qui est l’Église, qui a besoin du pardon !.

"Or Thomas, l’un des Douze, appelé Didyme, n’était pas avec eux, lorsque vint Jésus. Les autres disciples lui dirent donc : « Nous avons vu le Seigneur ! » Mais il leur dit : « Si je ne vois pas dans ses mains la marque des clous, si je ne mets pas mon doigt dans la marque des clous, et si je ne mets pas ma main dans son côté, je ne croirai pas. » Huit jours après, ses disciples étaient de nouveau à l’intérieur et Thomas avec eux. Jésus vient, les portes étant closes, et il se tint au milieu et dit : « Paix à vous. » Puis il dit à Thomas : « Porte ton doigt ici : voici mes mains ; avance ta main et mets-la dans mon côté, et ne deviens pas incrédule, mais croyant. » Thomas lui répondit : « Mon Seigneur et mon Dieu ! » Jésus lui dit : « Parce que tu me vois, tu crois. Heureux ceux qui n’ont pas vu et qui ont cru. » Jésus, après la Passion, réapparaît sur la terre en montrant ses mains percées, ses pieds qui ont été traversés par les clous. Il manifeste son cœur à jamais ouvert. De Lui couleront les trésors de l’amour de Dieu : l’eau du baptême, le Sang de l’Eucharistie. Dans le resplendissement de ces plaies, l’amour de Jésus triomphe de la mort, de toutes les violences et de l’enfer. Dieu manifeste ainsi tout l’amour qu’il porte à l’humanité. L’Eglise, pour en vivre, devra intérioriser le pardon de Dieu. Nous savons combien les blessures qui nous sont infligées nous marquent au plus profond de notre être. Là, sommeillent des germes de mort ! Ils seront transformés en germes de vie par le mystère de la résurrection de Jésus. La haine est morte, les séparations sont levées, les brisures sont réconciliées. Il ne reste plus qu’un amour que nous devons intégrer pour prendre corps, pour devenir amour comme Jésus est amour.

"Jésus a fait sous les yeux de ses disciples encore beaucoup d’autres signes, qui ne sont pas écrits dans ce livre. Ceux-là ont été mis par écrit, pour que vous croyiez que Jésus est le Christ, le Fils de Dieu, et pour qu’en croyant vous ayez la vie en son nom." Jésus honore le corps que Marie lui a tissé dans sa propre chair, Il l’emporte au Ciel ! L’eucharistie nous fait expérimenter dans la foi, ce nouvel Amour ! Dans ce nouveau toucher d’amour « Jésus vivant » apparaîtra. Le Christ ressuscité nous donne une dimension nouvelle du corps qui part du plus secret de son cœur. Dieu veut redonner ainsi à l’humanité le sens du corps. L’Esprit Saint est devenu notre lumière et notre amour ! Nous ne sommes plus seul avec nous- mêmes, Dieu en nous donnant sa vie, nous donne d’être ce que nous sommes. « Ils mettaient tout en commun », ils partageaient ensemble. « D’un seul cœur, » d’un seul corps, d’un seul esprit, ils allaient fidèlement à la prière. Ils se laissaient confirmer par Jésus qui leur avait ouvert l’esprit aux Écritures. Ils écoutaient la parole, étaient fidèles à l’assemblée eucharistique. L’Église, au milieu du monde, devra affronter l’incroyance. Elle est envoyée jusqu’à ce que Jésus revienne pour manifester au monde la résurrection de Jésus.

Nous demandons la grâce de nous laisser transformer par un si grand mystère, comme Jésus, nous sommes envoyés au monde.