Lundi 4 décembre 2017

2e dimanche de l’Avent, année B

Voici venir derrière moi celui qui est plus fort que moi ; je ne suis pas digne de m’abaisser pour défaire la courroie de ses sandales.

Is.40 1-5.9-11 Ps. 84 2 P 3, 8-14 Mc. 1, 1-8

  • Le dimanche 10 décembre 2017 iCal
    Semaine Avent 2 : 2e dimanche de l’Avent, année B

"Commencement de l’Evangile de Jésus, Christ, le Fils de Dieu."

Il est écrit dans Isaïe, le prophète : Voici que j’envoie mon messager en avant de toi, pour ouvrir ton chemin. Voix de celui qui crie dans le désert : Préparez le chemin du Seigneur, rendez droits ses sentiers. Parait le prophète Jean-Baptiste, et tout le monde vient à lui de toute la Judée, tous se faisaient baptiser ! Jean-Baptiste annonce la bonne nouvelle du sauveur qui vient : « Voici venir derrière moi celui qui est plus puissant que moi. » Marc amorce son Evangile en disant qu’il est une bonne nouvelle pour aujourd’hui, pour maintenant, et c’est un secret d’Amour. C’est la raison pour laquelle son récit commence avec celui qu’on appelle Jean Baptiste, le précurseur. Il faut quelqu’un dont le rôle est de préparer les gens à comprendre Jésus et son message. Il faudra une certaine évolution du cœur pour nous ouvrir à ce qu’il propose. Cette proclamation fait écho à la parole du prophète Isaïe : « Voici que j’envoie mon messager devant toi pour préparer ta route. » Un temps nouveau est annoncé, celui de la venue d’un homme envoyé par Dieu pour libérer les captifs. Nous retrouvons, aujourd’hui encore, ces « déserts de Dieu » et nous savons les graves injustices que le monde colporte. Le décalage entre les pays riches et les pays pauvres ou certains sont privilégiés et d’autres ont si peu, est la préparation d’un incendie de haine ! Le Prophète annonce qu’il faut que tout cela finisse, l’amour infini de Dieu doit être annoncé à nouveau.

Alors Jean, celui qui baptisait, parut dans le désert. Il proclamait un baptême de conversion pour le pardon des péchés. Toute la Judée, tous les habitants de Jérusalem se rendaient auprès de lui, et ils étaient baptisés par lui dans le Jourdain, en reconnaissant publiquement leurs péchés. Jean était vêtu de poil de chameau, avec une ceinture de cuir autour des reins ; il se nourrissait de sauterelles et de miel sauvage. Jean-Baptiste annonce que Jésus va venir dans l’amour et la tendresse. L’attente de Dieu est toujours aussi forte pour notre peuple dans les difficultés du monde. Tant de personnes sont dans la détresse. Mais nous ne sommes pas seuls, nous sommes habités par une présence qui nous donne force et vie. C’est notre grandeur et la nouvelle extraordinaire que nous avons encore à découvrir. Dans l’amour de Dieu nous devenons plus justes et nous pouvons partager en nous aimant les uns les autres. Chacun de nous possède au plus intime de lui-même la présence du Dieu vivant. Nous attendons avec patience la venue du jour de Dieu. Aujourd’hui encore, deux milles ans plus tard, nous nous ouvrons à cette même Parole. Un même amour nous habite, nous sommes les fils et les filles bien aimés de Dieu. Dans cette attente, nous devenons reflets de Dieu, pour tous ceux qui nous entourent.

"Il proclamait : « Voici venir derrière moi celui qui est plus fort que moi ; je ne suis pas digne de m’abaisser pour défaire la courroie de ses sandales." Moi, je vous ai baptisés avec de l’eau ; lui vous baptisera dans l’Esprit Saint. » Nos vies sont devenues arides, le sens de Dieu a comme disparu ! La prophétie est aujourd’hui consolation pour l’homme. Ce baptême dans l’Esprit Saint est l’Amour même de Dieu répandu dans nos cœurs. Cet Amour est sans condition, il est sans limite. C’est cet amour qui accompagne Jésus tout au long de sa vie. Il l’amène à remettre les gens debout et à les guérir. L’annonce de la grandeur de l’homme dans le regard de Dieu c’est préparer, à travers son cœur, le chemin de Jésus. Dieu est là, mais l’humanité ne le sait plus. C’est au cœur des détresses les plus grandes, des larmes et des meurtrissures, qu’émergera le visage de l’Enfant de Dieu. Nous voudrions un Messie qui vient avec force transformer ce monde en un temps record. Noel nous aide à apprendre beaucoup d’un Enfant. L’Amour sera vainqueur, mais par un autre chemin que celui que nous voulions. Dans la foi nous allons comprendre le secret de l’Amour de Dieu. Il nous faut nous ouvrir aux derniers moments de la vie de Jésus, à ses humiliations, à sa solitude, à son rejet, à ses souffrances et à sa mort. Jésus est demeuré fidèle à l’amour jusqu’au bout, malgré la haine et la souffrance. Cet amour est une Source de vie si féconde qu’elle est vraiment en mesure de transformer le monde.

Nous demandons la grâce d’être des témoins d’espérance pour annoncer les merveilles de Dieu.

Vos témoignages

  • Denise Brouillette 10 décembre 2017 12:16

    Quelle est donc cette voix puissante qlui retentit dnans le desert ? Voix du prophete au. cœur de feu. Prophete du Messie qui vient.Prophete de l’esperance en Dieu qui sauve.Le grand converti, Paul,dira aux philippiens (1,4…) l’esperance qui l’habite en la fidelite de Dieu Sauveur. « Dieu a si bien commence chez vous son travail, je suis persuade qui’il le continuera jusqu’a son achevement »Avec Jean, avec tous les disciples-missionnaires d’hier et d’aujourd’hui,rendons gloire a Dieu de du travail evangelisateur accompli.
    L’amour fait renaitre l’esperance !

  • pierre 10 décembre 2017 08:05

    Dans le commencement des recommencents, on trouve toujours la bienveillance qui permet de dépasser la malveillance.

    L’humanité ne cesse d’apprendre de ses erreurs, au prix douloureux des vies perdues. Ce que Dieu fait en ce temps de l’Avent c’est une rénovation de l’Humanité perdue dans un mystère qui la dépasse totalement, celui de la Divinité de Jésus.

    L’immersion dans l’eau qui purifie des erreurs passées, devient pour nous baptisés, au Nom du Père et du Fils et du St Esprit, L’immersion dans le monde nouveau de L’Esprit Saint qui fait vivre, sur terre comme dans le ciel, en enfant de Dieu, bien-aimé, à la suite de Jésus-Christ.

    L’Espérance Divine qui va jusqu’à ressusciter les morts dépasse de beaucoup tous les désespoirs de l’humanité perdant le sens de la Vie, au point de s’égarer dans les déserts.

    Le chrétien sur ce chemin d’Espérance, à la suite des prophètes de l’amour divin vainqueur et de Jésus ressuscité, en est émerveillé.

    Dans le nouveau né de Beethlémen, il comtemple déjà le frère humain véritable, né dans une étable, qui l’invite à venir retrouver par Lui, avec Lui, en Lui, le sens de la vie, qui ne dépend pas du contexte social, mais de la Vie théologale, Grâce au consentement de Marie et Joseph à cette aventure pour tous.

  • Bernice 9 décembre 2017 15:52

    Que nous aussi, à la suite de notre Sauveur Bienaimé Jésus, soyons fidèles à l’Amour, cet Amour source de fécondité réelle pour le monde.

    Bon chemin de l’Avent cher Père Gilbert, merci de nous nourrir à travers vos homélies si éclairantes..