Dimanche 7 décembre 2014

2e dimanche de l’Avent, année B

« Jean-Baptiste proclamait : « Voici venir derrière moi celui qui est plus puissant que moi. »

Is.40 1-5.9-11 Ps. 84 2 P 3, 8-14 Mc. 1, 1-8

  • Le dimanche 7 décembre 2014 iCal
    Semaine Avent 2 : 2e dimanche de l’Avent, année B

"Commencement de la Bonne Nouvelle de Jésus Christ, le Fils de Dieu."

Il était écrit dans le livre du prophète Isaïe : Voici que j’envoie mon messager devant toi,pour préparer la route. A travers le désert, une voix crie : Préparez le chemin du Seigneur, aplanissez sa route." Parait le prophète Jean-Baptiste, et tout le monde venait à lui de toute la Judée, tous se faisaient baptiser ! Jean-Baptiste annonce la très bonne nouvelle du sauveur qui vient : « Voici venir derrière moi celui qui est plus puissant que moi. » Marc amorce son évangile en disant qu’il a une bonne nouvelle à communiquer, bonne nouvelle ou annonce de l’existence de Jésus qui est le messie promis et le Fils de Dieu. Est-ce que celle proclamation réjouit encore notre génération dans l’attente d’un avenir meilleur ? Marc parle de bonne nouvelle pour aujourd’hui, pour maintenant, et c’est un secret. C’est la raison pour laquelle son récit commence avec celui qu’on appelle Jean Baptiste, le précurseur. Il faut quelqu’un dont le rôle est de préparer les gens à comprendre Jésus et son message, car il faut une certaine évolution du cœur pour s’ouvrir à ce que Jésus propose. Cette proclamation fait écho à la parole du prophète Isaïe, qui, prisonnier avec son peuple en Babylonie, prophétisait : « Voici que j’envoie mon messager devant toi pour préparer ta route. » Un temps nouveau est annoncé, celui de la venue d’un homme envoyé par Dieu pour libérer les captifs. Nous retrouvons aujourd’hui ces « déserts » et nous savons les graves injustices en ce monde. Le décalage entre les pays riches et les pays pauvres, certains sont privilégiés et d’autres ont si peu, cette situation est préparation d’un incendie de haine ! Le Prophète annonce qu’il faut que tout cela finisse, l’amour infini de Dieu doit être annoncé à nouveau.

Jean-Baptiste proclamait : « Voici venir derrière moi celui qui est plus puissant que moi. Je ne suis pas digne de me courber à ses pieds pour défaire la courroie de ses sandales." Jean Baptiste dit : « Après moi vient quelqu’un de plus fort que moi… lui c’est avec l’Esprit Saint qu’il vous baptisera. » Qu’est-ce donc que ce baptême dans l’Esprit Saint ? L’Esprit Saint, c’est l’amour même de Dieu répandu dans nos cœurs. Cet amour est différent des autres, car il est sans condition et il est sans limite. C’est cet amour qui accompagne Jésus tout au long de sa vie et qui l’amène à remettre les gens debout et à les guérir. Aujourd’hui, deux milles ans plus tard, si nous nous ouvrons à cette même parole, c’est le même amour qui nous habite : nous sommes les fils et les filles de Dieu. Dans cette attente, nous devenons reflet de Dieu, pour tous ceux qui nous entourent, l’attente de Dieu et celle de notre peuple dans les difficultés du monde ou tant de situations de personnes sont en détresse. Ainsi, nous ne sommes jamais seuls : nous sommes habités par une présence qui nous donne force et vie. Voilà notre grandeur, voilà notre identité, voilà la nouvelle extraordinaire dont nous n’avons pas encore totalement saisi le secret. C’est dans l’amour de Dieu que nous devenons plus justes, que nous pouvons partager et nous aimer les uns les autres. Jean-Baptiste annonce que Jésus va venir dans l’amour et la tendresse. Chacun de nous possède au plus intime de lui-même, la présence du Dieu vivant : Père, Fils et Saint-Esprit. Quelle sainteté de vie, quel amour de Dieu nous pouvons avoir, nous qui attendons avec patience la venue du jour de Dieu.

"Et Jean le Baptiste parut dans le désert. Il proclamait un baptême de conversion pour le pardon des péchés." Toute la Judée, tout Jérusalem, venait à lui. Tous se faisaient baptiser par lui dans les eaux du Jourdain, en reconnaissant leurs péchés. Jean était vêtu de poil de chameau, avec une ceinture de cuir autour des reins, et il se nourrissait de sauterelles et de miel sauvage." Nos vies sont devenues arides, le sens de Dieu a comme disparu ! La prophétie est aujourd’hui consolation pour l’homme. La dimension prophétique est d’annoncer la grandeur de l’homme dans le regard de Dieu. Préparez au travers du cœur de l’homme, le chemin pour Jésus-Christ. Dieu est là, mais l’humanité ne le sait plus. C’est au cœur des détresses les plus grandes, des larmes et des meurtrissures, qu’émerge le visage de l’Enfant de Dieu. Nous sommes tous ensemble, avec la génération qui veut changer le monde, et nous voudrions un messie qui vient avec force et transforme les choses en un temps record. C’est ici que Noel nous aide, car nous avons beaucoup à apprendre d’un Enfant. L’amour sera vainqueur mais par un autre chemin que celui que nous voudrions, c’est notre foi. Pour comprendre ce secret, il faut nous ouvrir aux derniers moments de la vie de Jésus, ses humiliations, sa solitude, son rejet, ses souffrances et sa mort. Jésus est demeuré fidèle à l’amour jusqu’au bout, malgré la haine et la souffrance, et cet amour a été une source de vie si féconde qu’elle est vraiment en mesure de transformer le monde. Voilà la dimension prophétique dans ce monde pour nous ! « Alors la gloire du Seigneur se révèlera, la bouche du Seigneur a parlé. » Nous sommes aujourd’hui chargés de faire advenir dans le cœur de nos frères, des enfants et des jeunes cette tendresse qui vient de Dieu.

Nous demandons la grâce d’être des témoins d’espérance pour annoncer les merveilles de Dieu.