Mercredi 30 août 2017

Jour de prière pour les défunts

je suis descendu du ciel pour faire non pas ma volonté, mais la volonté de Celui qui m’a envoyé.

Is. 25, 6-9
Ps. 30
1 Co. 15, 51-57
Jn, 6, 51-58

  • Le jeudi 2 novembre 2017 iCal
    Fêtes liturgiques : Jour de prière pour les défunts

"Tous ceux que me donne le Père viendront jusqu’à moi ; et celui qui vient à moi, je ne vais pas le jeter dehors."

Nous demandons la Grâce d’entrer, à la suite de Jésus, dans une attitude d’offrande, dans un chemin de consécration totale de notre vie à Dieu. Nous croyons envers et contre tout que Dieu nous veut du bien, qu’il veut notre vie. La foi nous invite à poser un regard d’amour sur la volonté de Dieu. C’est l’image de la taille de la vigne qui nous manifeste que Dieu veut que nous fassions fructifier ce qu’il nous donne. A l’image de la graine, rien ne se perd, même s’il y a nécessairement des choses qui doivent mourir dans nos vies. Ne rien perdre de ce que le Père nous donne en Jésus, c’est tendre à accomplir notre vie à l’image des talents. Notre Père nous donne ce qu’il nous faut et Jésus accomplit en nous sa volonté. Nous pouvons avoir toute confiance dans l’accomplissement de notre vie en lui. Jésus nous donne à manger sa chair, et boire à son sang ! Nous comprenons qu’il s’agit du Pain essentiel, pain qui nous fera vivre de la même vie de Dieu donnée par amour. En fêtant les Fidèles défunts, nous savons que nous avons besoin d’être sauvés pour demeurer dans la joie de la Résurrection de Jésus. « Pour eux, dit Jésus, je me consacre moi-même ! » Dans sa chair offerte, dans son sang versé, Jésus fait naitre une humanité toute nouvelle.

"Car je suis descendu du ciel pour faire non pas ma volonté, mais la volonté de Celui qui m’a envoyé. Or, telle est la volonté de Celui qui m’a envoyé : que je ne perde aucun de ceux qu’il m’a donnés, mais que je les ressuscite au dernier jour. Ce message d’amour, de paix et de joie, est le plus beau, le plus exaltant de tous les messages. Jésus est descendu du ciel, non pour faire sa propre volonté, mais la volonté de Celui qui l’a envoyé, la volonté du Père. Dieu est amour et miséricorde, il a créé l’homme par amour : Aimé de Lui et capable d’aimer Dieu et les autres. « Et celui qui vient à moi, je ne vais pas le rejeter dehors… Je le ressusciterai au dernier jour. » Dieu qui nous parle, cherche à se donner à nous, à se communiquer à nous, il nous donne son Esprit Saint. Dieu se donne dans le Pain de l’Eucharistie, le cœur de la vie chrétienne, dont la réalité est à la fois don de Dieu et la tâche et le travail des hommes. Par le service de la charité, à l’imitation de Jésus lavant les pieds de ses disciples, en nous mettant au service de nos frères, nous annonçons son Royaume de Paix et d’Amour. La plus belle offrande que nous puissions faire de notre vie est contenue dans la Consécration de Jésus. « De même que le Père qui est vivant, m’a envoyé, et que moi je vis par le Père, de même aussi, celui qui me mange vivra par moi. »

"Telle est la volonté de mon Père : que celui qui voit le Fils et croit en lui ait la vie éternelle ; et moi, je le ressusciterai au dernier jour." Notre feu intérieur est une vie, il est l’Amour de Jésus brulant dans nos cœurs. C’est la volonté de Jésus en nous qui nous donne une patience inusable et qui fait naître en nous le meilleur de nous-même. « Si quelqu’un mange ce pain, il vivra éternellement. » Jésus nous donne de nous libérer de ce qui nous renferme sur nous-mêmes. Il va affronter sa Passion en chacun de nous. C’est le Don de lui-même, avant sa Passion, et jusqu’à ce qu’il revienne à la fin des temps. A la suite de Jésus, nous apprenons à aimer dans tous les évènements de la vie quotidienne. L’Eucharistie est nécessaire pour entretenir la vie divine qui commence des ici-bas. Dieu nous regarde dans son Fils et nous sommes déjà vainqueurs de la mort. Toute communion au Corps et au Sang de Jésus est une communion à la vie du Fils de Dieu, l’Envoyé du Père. Progressivement l’Amour de Dieu prend toute sa place en nous. La peur existentielle de la mort, qui est à la racine de nos angoisses, peut être transfigurée. Demeurer dans le Christ, c’est trouver en lui la lumière, la paix et le pardon. Il nous faut puiser à sa vie la force de vivre, surtout quand l’épreuve est là. Nous essayons de voir les événements et les personnes comme Jésus les regarde. La mort vécue avec Jésus n’est pas une fin, mais un commencement.

Nous demandons la grâce de suivre Jésus victorieux de la mort pour obtenir la vie.

Vos témoignages

  • Jacintha 1er novembre 2016 18:34

    Quelle belle homélie. Merci Père Gilbert, elle m’apaise et me tourne vers Jésus, la Vie.

    • Jour de prière pour les défunts 2 novembre 2016 09:48

      Cher Père, merci encore pour votre homélie de ce jour. Il faut croire que l’Esprit Saint vous éclaire pour nous aider à méditer et à prier avec votre homélie. Oui, Jésus est la Vie, Il est ma vie. Pour me donner sa Vie, il a inventé ce Sacrement admirable qu’est l’Eucharistie. Grâce à Elle, Il me transfuse sa Vie. Il est grand le Mystère de la Foi : Dieu qui se fait tout petit pour venir habiter en moi. Quelle merveille !