Jeudi 2 juin 2016

Sacré-Cœur. Année C

Quand il l’a retrouvée, tout joyeux, il la prend sur ses épaules,

Éz. 34, 11-16 Ps. 22 Rm. 5, 5-11 Lc. 15, 3-7

  • Le vendredi 3 juin 2016 iCal
    Fêtes du Seigneur. 1 : Sacré-Cœur. Année C

Alors Jésus leur dit cette parabole : « Si l’un de vous a cent brebis et en perd une, ne laisse-t-il pas les quatre-vingt-dix-neuf autres dans le désert pour aller chercher celle qui est perdue, jusqu’à ce qu’il la retrouve ?

Jésus, dans cette parabole, donne une manifestation de son amour et de sa proximité avec ceux qu’il vient sauver. Toute la raison d’être de sa Mission tient au salut des personnes perdues, égarées, qu’il rencontre. Jésus, bon berger, est soucieux et préoccupé par la vie et la sécurité de chacune des brebis de son troupeau. Or, le soir, au moment de les rentrer dans la bergerie, si le berger s’aperçoit que l’une d’entre elles s’est égarée, il part à sa recherche. Dans son cœur, la brebis manquante vaut tout le troupeau. Il n’est pas question de la laisser livrée à son sort et aux prédateurs, car sans lui, elle n’a aucune chance de survie. C’est la Parole qui nous est donnée quand nous célébrons la fête du Sacré Cœur de Jésus, son amour fou pour nous. Dieu notre Père nous a tout donné en nous donnant Jésus. Joie de Jésus quand il nous dit : Réjouissez-vous avec moi, car ma petite brebis, celle qui était perdue, je l’ai retrouvée ! Il s’agit de chacun de nous, nous sommes « la petite brebis de Jésus. » Jésus veille sur chacune de nos vies, il veut prononcer sur chacun de nous une Parole d’amour. Si nous sommes présents à cet amour, Jésus se réjouit, Il ne nous prend pas seulement sur ses épaules mais il nous prend vraiment dans son cœur. Nous découvrons qu’il est toujours avec nous, c’est sa joie. Sa joie est que nous comprenions que nous sommes ses enfants en vérité. C’est parce que notre chemin est semé d’obstacles que Jésus nous soutient sans cesse. Jésus m’aime, mon chemin de croix, il le connaît de l’intérieur, et Il me délivre.

Quand il l’a retrouvée, tout joyeux, il la prend sur ses épaules, et, de retour chez lui, il réunit ses amis et ses voisins ; il leur dit : ’Réjouissez-vous avec moi, car j’ai retrouvé ma brebis, celle qui était perdue !’ Nous ne savons ni combien de temps la recherche a duré, ni dans quel lieu elle a conduit ses pas. Jésus se contente de dire qu’il poursuivra la recherche jusqu’à ce qu’il la retrouve. Le fait d’avoir retrouvé la brebis perdue met le bon berger dans la joie, le troupeau est de nouveau complet. Nous pouvons supposer le soulagement des siens en entendant la voix du berger et le retour de la petite brebis. Jésus qui s’est fait l’un de nous a épousé notre humanité, il aime la nature humaine que nous habitons. Il a aimé Marie en laquelle il a été conçu, sa maman qui l’a porté. Jésus aime notre monde qu’il a créé avec toutes ses beautés. Il a épousé toute la douleur de notre humanité, toute sa détresse, toute son agonie. Il nous donne son Esprit Saint, son amour pour nous soutenir. L’Esprit Saint a soutenu Jésus dans tous les événements de sa vie, jusqu’à sa mort, quand son cœur a été ouvert laissant couler l’eau et le sang. L’eau qui s’est écoulée de son coté, préfigurait l’eau du baptême dans laquelle avons été baptisés. De son cœur ouvert a coulé le sang qui préfigurait déjà l’eucharistie. Ainsi Jésus nous fait le don de son corps et son sang, de toute sa vie.

Je vous le dis : C’est ainsi qu’il y aura de la joie dans le ciel pour un seul pécheur qui se convertit, plus que pour quatre-vingt-dix-neuf justes qui n’ont pas besoin de conversion. Le bon berger appelle ses amis et ses voisins pour fêter le salut de sa brebis perdue. Il fait participer à sa grande joie ceux qui lui sont le plus proches. Jésus annonce ainsi la réalité de ce qui se produit au ciel, lorsqu’un seul pécheur sur terre retrouve le chemin de la bergerie. Il montre aux pharisiens à quel point chacun ils comptent pour Lui et pour Dieu, ils comptent plus que l’ensemble de la communauté. Pour le bon berger, la perte d’une seule brebis est un fardeau plus grand que le reste du troupeau. Jésus nous donne tout, l’Esprit Saint, son Esprit d’amour, il nous donne sa Mère. Jésus qui fait tout ce qu’Il voit faire au Père, nous a tout donné. Il nous invite à entrer dans ce Don d’Amour. Il fait de nous les enfants de notre Père des cieux. Il accompagne notre vie d’une manière très présente, et toute puissante ! Nous rendons grâce à Dieu pour son Sacré-Cœur qui nous dit combien c’est dans son amour qu’Il porte toute notre vie.

Nous demandons la grâce de comprendre que nous prenons notre identité et notre consistance dans l’amour infini de Dieu.

Vos témoignages

  • Chantal 2 juin 2016 20:58

    Bonne fête du Cœur Sacré de Jésus, Père Gilbert. Merci de vivre selon Son Cœur Doux et Humble, et de partager à travers vos homélies les sentiments du Cœur de Jésus. Je rends grâce à Dieu pour les Dons Il vous accorde pour l’édification de son Peuple.