Mercredi 20 juillet 2016

Jeudi de la 17e semaine, année paire

« Voici encore à quoi le règne des cieux est semblable : un filet jeté dans la mer et qui rassemble des poissons de toute espèce. »

Jr. 18, 1-10
Ps. 145
Mt. 13, 47-53

  • Le jeudi 28 juillet 2016 iCal
    semaine17 : Jeudi de la 17e semaine, année paire

"Quand le filet est rempli, on le tire sur le rivage, puis on s’assied, on recueille ce qui est bon dans des récipients, on jette ce qui est mauvais !

Jésus termine son discours sur le Royaume avec l’image du filet que l’on retire de la mer, rempli de poissons, qui seront ensuite triés sur le rivage. Il manifeste ainsi la fin du monde qui donnera lieu à un jugement du fruit qui se révèle dans notre existence. Tout semble récolté avec la même générosité que la semence du blé jetée. A la fin de notre vie, nous nous confions à la miséricorde infinie de Dieu qui est un Don d’amour total. Nous aurions aimé faire beaucoup pour lui, avec le courage d’être à son service, mais « nous sommes comme l’argile dans la main du potier, » c’est Lui le Maitre d’œuvre. Il nous faut nous laisser faire. Dieu agit librement parce qu’il est amour. Il nous a créés librement pour faire librement ce qu’il attend de nous, dans son amour. Son chef-d’œuvre est la rencontre de deux amours : Le sien qui est fort et le notre si fragile, qui vient encore de Lui ! Plus nous avançons dans la vie, plus les événements de notre vie remontent à notre conscience, plus nous nous rendons compte de nos erreurs et de nos limites. Nous nous confions alors à la miséricorde infinie de Dieu qui va tout régénérer. « C’est ainsi que tout scribe devenu disciple du Royaume des cieux est comparable à un maitre de maison qui tire de son trésor du neuf et du vieux. »

"Il en sera de même à la fin du monde." Les anges s’en iront séparer les mauvais du milieu des justes et ils les jetteront dans la fournaise ardente ; c’est là qu’il y aura des pleurs et des grincements de dents." Il n’est pas de notre ressort de faire le tri, ce qui nous revient, c’est que le filet puisse ramener le maximum de bons poissons. Que nous prenions soin de notre cœur, pour être le plus possible, des témoins fidèles et heureux de l’Evangile. La vie demeure avec ce qui s’impose à nous, mais le Royaume se manifeste par la manière dont nous allons répondre devant l’autre, surtout s’il est souffrant. L’action de l’amour de Dieu dans notre fragilité révèlera sa miséricorde infinie. Comme l’argile dans la main du potier, nous sommes dans le cœur de Dieu pour la réalisation de son plan d‘Amour. Dieu nous demande une coopération alors que nous sommes pauvres et fragiles. Nous voulons grandir en confiance pour faire humblement ce que Dieu veut. Dieu, plein d’amour, nous donnera le courage dont nous avons besoin pour faire de notre vie quelque chose de merveilleux.

"Avez–vous compris tout cela ? Oui, répondirent–ils. Il leur dit : C’est pourquoi tout scribe instruit du règne des cieux est semblable à un maître de maison qui tire de son trésor des choses nouvelles et des choses anciennes. Lorsque Jésus eut achevé ces paraboles, il partit de là." Nous ne faisons pas le tri avant l’heure et surtout pas par nous-mêmes, mais nous nous convertissons pour nous ajuster à l’amour que Dieu nous donne. Seul le Christ Jésus nous sauve. Entrons dans la confiance que Jésus nous fait, laissons nous faire par l’Esprit Saint ! Laissons nous façonner par l’Évangile, par les appels que nous recevons, par les services que nous rendons aux autres. Dieu agit avec un immense amour envers nous. Non seulement Il prend sur lui toutes nos défaillances, mais Il attend de nous une réponse d’amour possible. Notre liberté s’édifie dans cette confiance, elle va grandir à la condition que nous demeurions dans l’amour pour édifier le Règne de Dieu. Dans nos difficultés, nous nous trouvons devant le choix de faire confiance, de reprendre force et courage. Dieu est le Maitre de notre vie, en demeurant dans l’amour de Dieu, nous trouvons la liberté de coopérer à son œuvre. C’est dans cet amour que nous sommes libérés de nous mêmes.

Nous demandons à Dieu la grâce de demeurer dans son Amour infini.

Vos témoignages

  • Marie-Emilie 28 juillet 2016 04:59

    J’aime beaucoup entendre parler des deux amours qui se rencontrent, l’Amour de Dieu et le nôtre. Merci pour le Père Gilbert, pour la lumière du Sauveur Jésus en lui.