Samedi 4 novembre 2017

Jeudi de la 1re semaine, année paire

« Je le veux, sois purifié. »

1 S. 4, 1c-11
Ps. 43
Mc. 1, 40-45

  • Le jeudi 11 janvier 2018 iCal
    semaine 1 : Jeudi de la 1re semaine, année paire

« Un lépreux vient auprès de lui ; il le supplie et, tombant à ses genoux, lui dit : « Si tu le veux, tu peux me purifier. »

Saisi de compassion, Jésus étendit la main, le toucha et lui dit : « Je le veux, sois purifié. » À l’instant même, la lèpre le quitta et il fut purifié. Jésus nous donne un bel exemple du Don de la vie qui est en lui. Il veut notre guérison, il en connaît le prix, il s’avance, il en portera toutes les conséquences. C’est ainsi qu’il nous sauvera et nous rendra libres comme Lui, capables d’être responsables à notre tour. Notre agir de façon responsable nous demande d’accepter, d’envisager et de subir les conséquences des actes que nous posons, car toutes choses en ce monde sont reliées. Lorsqu’une bonne nouvelle nous arrive, tout change et nous recevons la joie liée à cet évènement. Jésus demande à cet homme de rester dans la discrétion, cet homme devrait entrer dans la foi, dans l’espérance et dans l’amour. Jésus appelle toute liberté à la générosité, à grandir davantage, à aimer davantage, à se donner pour les autres, à s’ouvrir à la responsabilité envers les autres. C’est ainsi qu’advient le Royaume des Cieux. Nous avons besoin en effet de témoignage vivant pour nous réveiller et nous lever dans la foi, l’espérance et un amour renouvelé. Aujourd’hui, pour nous mettre en action devant la misère du monde, il nous faut une grande foi, une espérance renouvelée et une grande confiance en l’amour de Dieu qui transforme le monde. Dans l’adoration nous nous préparons et attendons dans la paix que les obstacles à la grâce de Dieu viennent à bout des cœurs obstinés.

"Avec fermeté, Jésus le renvoya aussitôt en lui disant : « Attention, ne dis rien à personne, mais va te montrer au prêtre, et donne pour ta purification ce que Moïse a prescrit dans la Loi : cela sera pour les gens un témoignage. » Jésus s’adresse à cet homme qui vient de retrouvrer la santé, et qui récupère ainsi sa pleine capacité de renouer avec ses semblables. Jésus fait appel à sa liberté, il le situe à sa vraie place, comme membre actif d’une communauté, appelé à un acte responsable. Ce à quoi toute personne où qu’elle soit, quoiqu’elle fasse ou subisse, est appelée. A travers ce qui nous arrive, notre liberté se joue, liberté en relation avec toutes les autres libertés humaines. Dès lors, notre pleine guérison, entraine la guérison de l’autre, parce que l’autre était impliqué dans la gestion de la maladie. Mais cet homme se met à proclamer et à répandre la nouvelle, malgré la parole de Jésus, à cause de l’Amour de Dieu qu’il a pour lui ! Comment retenir sa joie, chaque événement déclenche une énergie qui va animer les autres. Mais Jésus sera obligé d’éviter les lieux habités ! C’est dans la discrétion que nous sommes les acteurs du grand combat pour la justice et la paix qui se joue dans le monde.

"Une fois parti, cet homme se mit à proclamer et à répandre la nouvelle, de sorte que Jésus ne pouvait plus entrer ouvertement dans une ville, mais restait à l’écart, dans des endroits déserts. De partout cependant on venait à lui." La Vie de Jésus est un secret d’amour qui nous rend vainqueur de toute adversité, de toute maladie et de toute mort. Jésus ne se dérobera pas, il répond à la demande de ce lépreux en le guérissant. Devant la lèpre du mal, nous reconnaissons notre manque d’amour et d’intériorité, notre péché. Jésus répond et assume ce que cette guérison va produire pour tous. Il nous faut comprendre combien l’exigence de la vérité de Jésus, et l’action de son Amour, va se retourner contre lui, car elle ne sera pas perçue au bon niveau ! Jésus sait combien la vraie Vie attire, mais l’inimitiés de ses adversaires l’oblige à se cacher. Il nous veux libre, bien au-delà de ce que nous attendons. En notre cœur naît une grande reconnaissance envers Jésus qui répond si humblement. Nous nous offrons pour vivre comme Jésus lui-même a vécu, prenant sur nous la misère des autres. Jésus a voulu devenir ce lépreux, ce condamné à mort qui nous cherchera au plus profond de nos enfers pour nous en sauver. Il criera du haut de la Croix : « Mon Dieu, mon Dieu pourquoi m’as-tu abandonné ? » Par le mystère pascal nous sommes au cœur du grand combat pour la vie et la justice qui se vit dans le monde. Alors nous sommes traversé par le désir que Dieu soit victorieux en nous pour appeler l’Esprit Saint et le salut de Jésus.

Nous demandons à Dieu la grâce de nous laisser purifier, que Dieu ait pitié de notre peuple.

Vos témoignages

  • 14 janvier 2016 06:23

    J’apprécie la profondeur de vos réflexions Père Gilbert, qui à mon tour, me font réfléchir.
    Que toutes les Bénédictions de notre Père Céleste soient sur vous.
    Merci !