Lundi 3 juillet 2017 — Dernier ajout mercredi 6 septembre 2017

Jeudi de la 22e semaine, année impaire

Jésus dit à Simon : « Sois sans crainte, désormais ce sont des hommes que tu prendras. »

Col. 1, 9-14 Ps. 97 Lc. 5, 1-11

  • Le jeudi 7 septembre 2017 iCal
    semaine 22 : Jeudi de la 22e semaine, année impaire

« Or, la foule se pressait autour de Jésus pour écouter la parole de Dieu, tandis qu’il se tenait au bord du lac de Génésareth.

Il vit deux barques qui se trouvaient au bord du lac ; les pêcheurs en étaient descendus et lavaient leurs filets. Jésus monta dans une des barques qui appartenait à Simon, et lui demanda de s’écarter un peu du rivage. Puis il s’assit et, de la barque, il enseignait les foules.Jésus se trouvait sur le bord du lac de Génésareth, la foule se pressait autour de lui pour l’écouter. Jésus annonce la Parole de Dieu, son amour pour le monde. Poussé par ces foules qui veulent le toucher, Jésus voit deux barques dont l’une appartient à Pierre. Il lui demande de monter dans sa barque ! Cette parole vient percuter Pierre, elle est une mise en condition pour l’écouter ! Jésus est dans sa barque, s’adressant à la foule qui est sur le rivage. Pierre est à côté de Jésus pour assurer la stabilité de l’embarcation. Il entend le discours mais il capte aussi la voix, la dimension corporelle de Jésus qui s’adresse à la foule. Il est proche physiquement de lui, d’une certaine manière dans son intimité, il perçoit l’effort corporel de s’adresser à une foule. La Parole, dans sa dimension charnelle vient à lui, le rejoint à son poste de travail, dans son quotidien et touche son désir, le désir de chacun de nous. Il y a tant de possibles non explorés dans nos vies, tant d’attentes qui sont enfouies en nous. Comme Pierre, nous demandons à l’Esprit Saint la grâce d’écouter la parole de Dieu pour entrer dans sa connaissance. Marie a reçu Jésus en elle, par elle l’humanité l’a accueilli. Le message d’amour de Jésus doit passer à toute l’humanité, à toutes les nations.

"Quand il eut fini de parler, il dit à Simon : « Avance au large, et jetez vos filets pour la pêche. » Simon lui répondit : « Maître, nous avons peiné toute la nuit sans rien prendre ; mais, sur ta parole, je vais jeter les filets. » Et l’ayant fait, ils capturèrent une telle quantité de poissons que leurs filets allaient se déchirer. Ils firent signe à leurs compagnons de l’autre barque de venir les aider. Ceux-ci vinrent, et ils remplirent les deux barques, à tel point qu’elles enfonçaient. Jésus s’était assis dans la barque, à côté de Pierre qui est attentif à son enseignement. Pierre est un pêcheur, il sait ce qu’est la pêche. Malgré l’échec de la nuit, il écoute Jésus : « Sur ton ordre je vais jeter les filets. » Ils prirent une telle quantité de poissons que leurs filets se déchiraient. À cette vue, Pierre tomba à ses pieds en disant : "Seigneur, éloigne-toi de moi, je suis un pécheur ! » Va au large, lui a dit Jésus, avance au-delà de tes sécurités, de tes habitudes, de tes certitudes. Pierre a fait confiance à Jésus car il est éclairé par la Parole de Jésus. Il met ses talents de pêcheur au service de Jésus. C’est une bénédiction pour Pierre que ce jeune rabbi qui enseigne les foules lui demande ce service !

A cette vue, Simon-Pierre tomba aux genoux de Jésus, en disant : « Éloigne-toi de moi, Seigneur, car je suis un homme pécheur. En effet, un grand effroi l’avait saisi, lui et tous ceux qui étaient avec lui, devant la quantité de poissons qu’ils avaient pêchés ; et de même Jacques et Jean, fils de Zébédée, les associés de Simon. Jésus dit à Simon : « Sois sans crainte, désormais ce sont des hommes que tu prendras. » Alors ils ramenèrent les barques au rivage et, laissant tout, ils le suivirent. Les bras de Pierre sentent les poissons qui grouillent dans les filets. Ses muscles se tendent pour les ramener dans la barque. La parole a été efficace, ce qui devait se produire, s’est produit. Pierre éprouve à la fois, attirance et effroi. Jésus le touche au plus profond de lui, et il le rend libre, désirant, pauvre, disponible ! Pierre, se jetant aux pieds de Jésus lui dit « éloigne-toi de moi, pécheur. » Dans cette prostration, Jésus propose à Pierre de le suivre. Jésus transforme le cœur de Pierre, il en fera son ami. Il sait ce qu’il y a de beau dans cet homme, il achèvera de le rendre doux et miséricordieux. C’est le mystère de chacun de nous, de nos échecs et de nos questions dans notre rapport avec Dieu et avec autres. Jésus nous rejoint dans nos profondeurs, là où Dieu nous attend. Il vient établir son règne de paix, de lumière et d’amour. Nous le regardons et nous voulons l’aimer car cette parole de Dieu est pour nous aujourd’hui.

Nous demandons la grâce de nous laisser séduire par Jésus pour le rejoindre et l’aimer.

Vos témoignages

  • pierre 7 septembre 2017 10:28

    L’évangile du jour parle à tous ceux qui ont un cœur de Pierre. Patron pêcheur, chef d’équipage, endurant à l’ouvrage, fidèle à l’ami qui prend part à sa peine dans le gagne pain quotidien.

    L’appel de Jésus est renversant pour le disciple qui obéit à Jésus, car Jésus le rejoint dans la même nécessité de nourrir ceux qui n’affrontent pas l’incertitude et le risque du ventre vide après une nuit de labeur, en restant sur la rive. (les terriens qui mangent du poisson sans se mouiller)

    Jésus embarque Simon-Pierre (celui qui écoute-celui qui sera solide dans la Foi) dans une nouvelle Vie où l’échec qui met à l’épreuve les qualités humaines ( un pêcheur sachant pêcher ) n’est plus déterminé par l’attente des autres ( tous pêcheurs dans l’attente de Dieu révélé) mais conduit parla docilité à Jésus qui vient renouveler le lien social jusqu’en sa base théologale : Dieu s’est fait l’un de nous, proche et différent, bouleversant ainsi les limites et ségrégations sociales, qui enferment l’humanité dans des situations de dépendance défavorable.

    Joie de l’appel du Maître qui rend libre de tout pour le suivre n’importe où.

  • Stella 3 septembre 2015 08:40

    Comme c ’est beau de méditer sur la Bonté de Jésus, de Dieu, envers nous, et le Regard d’espérance qu’Il nous porte, comme envers Pierre.

    Que la confiance que Dieu a envers nous, soit la confiance que nous portons vers nos sœurs et nos frères.

    Il me semble c ’est à cette foi que nous sommes appelés.

    Merci beaucoup, Père Gilbert, pour votre ministère.