Mercredi 27 septembre 2017

Jeudi de la 25e semaine, année impaire

Et il cherchait à le voir.

Ag. 1, 1-8
Ps. 149
Lc. 9, 7-9

  • Le jeudi 28 septembre 2017 iCal
    semaine 25 : Jeudi de la 25e semaine, année impaire

"Hérode, qui était au pouvoir en Galilée, entendit parler de tout ce qui se passait et il ne savait que penser. En effet, certains disaient que Jean le Baptiste était ressuscité d’entre les morts."

De manière injuste, Hérode a fait mettre à mort Jean-Baptiste. Serait-il revenu à la vie ? Maintenant, Hérode a du mal à situer Jésus, il cherche à savoir qui il est et quel est celui dont il entend dire de telles choses ? Il est intrigué par lui, et il ne sait que penser de ce qui se vit autour de Jésus ! Il cherche ! Beaucoup, voudraient recevoir des miracles et des bienfaits de Jésus qui est aussi contesté par certains. On pouvait voir dans le Nazaréen un personnage du passé venu pour réveiller Israël. Soit c’était Élie, soit c’était un autre prophète. Des responsables religieux de ce temps ont déjà condamné Jésus parce qu’il les dérange. Il y a beaucoup de manières d’être en relation avec Dieu. La Parole de Dieu nous réveille. Aujourd’hui encore, dans l’Evangile, elle est une occasion qui nous est donnée pour rencontrer Jésus. Il continue à nous appeler à sa suite. Quand nous sommes conquis par lui, nous cherchons à discerner son visage, à comprendre le sens de son message. Dans le silence de l’adoration, nous pouvons faire une découverte émerveillée de son visage. C’est alors Jésus douloureux que nous rencontrons, et il peut changer notre vie. L’Esprit Saint nous est donné pour éclairer les événements qui retentissent dans notre cœur. C’est alors qu’une amitié peut naitre avec Jésus.

D’autres disaient : « C’est le prophète Élie qui est apparu. » D’autres encore : « C’est un prophète d’autrefois qui est ressuscité. » Hérode aussi cherchait à voir Jésus de nouveau !Comme Hérode nous sommes souvent frustrés. Nous demandons la grâce de voir Jésus, de le reconnaître. Le désir de voir Jésus, inspiré d’abord par une question authentique sur sa personne et son œuvre, peut vite retomber au niveau d’une banale curiosité. Nous sommes devant l’histoire de nos propres ambiguïtés dans la recherche de Jésus ! Bientôt la retombée de nos désirs nous arrive. Déjà le prophète disait : « Vous avez semé beaucoup mais récolté peu ; Vous mangez, mais vous avez toujours faim ; Vous vous habillez, mais vous n’avez pas chaud ! Allez dans la montagne, allez chercher du bois. » Bâtir la maison de Dieu dans la paix, c’est s’offrir à Dieu et reconnaitre sa vérité. C’est pour bâtir la civilisation de l’amour que le moment présent nous est donné ! Il faut nous mettre au service Dieu avec tout ce que nous sommes.

"Quant à Hérode, il disait : « Jean, je l’ai fait décapiter. Mais qui est cet homme dont j’entends dire de telles choses ? » Et il cherchait à le voir". Jésus nous offre de le rejoindre dans son mystère de vie. Comme Hérode, « nous cherchons, nous aussi à voir Jésus, » mais nous avons du mal à l’écouter. Nous ne l’accueillons pas au niveau de sa Passion d’Amour pour nous et de son sacrifice. Mais son passage par la mort et sa Résurrection, avec sa volonté universelle de salut, nous réveillent. Dieu se trouve dans la compagnie et l’accueil des petits et des pauvres qui étaient réunis autour de Jean le Baptiste. C’est toujours pour Jésus le temps de notre conversion, de la rencontre de son cœur dans la vérité de son Amour. Nous voulons nous engager à ses côtés, être avec lui dans le procès que lui intente le monde du refus. Le moment de « faire communauté » avec nos frères, le moment de faire Église nous est toujours donné. La maison de Dieu est une maison de paix, de lumière et d’amour. Accueillir le Seigneur Jésus, c’est rayonner de la Présence divine.

Nous demandons la grace de rendre grâce pour tout ce que Dieu nous donne.

Vos témoignages

  • pierre 28 septembre 2017 14:56

    Nous sommes peut être proche de la situation du Roi Herode, n’ayant plus conscience de sa mauvaise foi à chaque fois, que nous usons en mal d’un pouvoir sur autrui.

    Hérode cherche l’homme dont la réputation dépasse la sienne (ambition ou complexe d’infériorité ?) et il a pourtant fait décapiter celui dont Jésus a parlé en déclarant "En vérité, je vous le dis, parmi ceux qui sont nés de femmes, il ne s’en est pas levé de plus grand que Jean-Baptiste.”( lequel a reconnu l’Agneau de Dieu, Jésus-Sauveur)

    Le pouvoir temporel d’Herode sur sa vie et celle des autres était pourtant un don de Dieu. Un don qui s’est perdu dans l’idolâtrie des mœurs étrangères au Dieu d’Israël.

    Aujourd’hui encore les habitudes et les abus de la vie sociale peuvent détourner de la connaissance et de la reconnaissance des dons de la vie Divine en Jésus, pour nous.

    C’est le Magnificat de Marie de Nazareth qui m’a aidé à retrouver la confiance filiale dans ma vie quotidienne. À son école, le chrétien en recherche redécouvre l’Amour Éternel qui demeure avec Jésus, et tous ceux qui ont suivit l’enseignement de Jésus : Voici ma mère, Voici mes frères.

  • 23 septembre 2015 21:30

    Merci pour cette homélie- un rappel de combien Jésus nous rejoint dans toutes les circonstances de notre vie et c’esr à chacun d’aller à sa rencontre en confiance.