Mardi 29 août 2017

Jeudi de la 29e semaine, année impaire

Je dois recevoir un baptême, et quelle angoisse est la mienne jusqu’à ce qu’il soit accompli !

Rm. 6, 19-23
Ps. 1
Lc. 12, 49-53

  • Le jeudi 26 octobre 2017 iCal
    semaine 29 : Jeudi de la 29e semaine, année impaire

« Je suis venu apporter un feu sur la terre, et comme je voudrais qu’il soit déjà allumé ! »

Je dois recevoir un baptême, et quelle angoisse est la mienne jusqu’à ce qu’il soit accompli !La plongée du baptême que Jésus envisage, c’est l’immersion dans la souffrance. Il sent venir la Passion qui va le submerger ; il sait que les grandes eaux de la mort vont l’engloutir, lui, le Juste, pour que soit purifié l’humanité toute entière. Jésus a hâte que ce baptême soit accompli parce que cette plongée dans la Passion va lui permettre d’accomplir l’œuvre du Père. Sa mort va donner la vie à toute l’humanité. Lui-même, le Fils de Dieu, à travers cette mort, va passer à la gloire du Père. Jésus envisage sa mission en prenant une autre parole assez étonnantes, l’image du feu : « C’est un feu que je suis venu allumer sur la terre, et comme je voudrais qu’il soit déjà allumé ! » L’incendie de Jésus dans le monde, c’est le feu de l’Esprit Saint gagnant de proche en proche, purifiant tout, embrasant tout, illuminant tous les hommes. C’est l’Esprit Saint, qui allume la foi dans le cœur des hommes, grâce à la parole du Christ portée jusqu’au bout du monde, par les témoins de Jésus. Jésus a porté ce feu de l’Amour dans sa Passion d’amour en portant toutes les épreuves de l’humanité ! Il a ouvert un chemin devant nous, suivre Jésus dans son chemin d’amour est la grâce de notre vie quotidienne, nous nous mettons dans une attitude d’adoration. La ligne de démarcation entre la lumière et les ténèbres passe en chacun de nous, c’est ainsi que nous sommes attentifs à l’Esprit Saint. Jésus est impatient de notre relèvement.

"Pensez-vous que je sois venu mettre la paix sur la terre ? Non, je vous le dis, mais bien plutôt la division." Quelle souffrance pour Jésus de savoir que ce baptême sera accompli en nous et entre nous dans la division. C’est une douleur angoissée que nous pouvons comprendre : « Père, éloigne ce calice, non pas ma volonté mais ta volonté, » avait dit Jésus, en apercevant les divisions qui allaient surgir à la suite de son message d’Amour. Nous sommes dans l’angoisse devant les ténèbres qui nous habitent, mais Jésus nous en délivre. Nous portons en nous le désir de Jésus, nous avons à l’entendre encore aujourd’hui, et à y répondre personnellement. Le feu de Jésus couve en nous, depuis notre naissance à la vie de Dieu, depuis que le Père a posé sur nous, au baptême, le sceau de son Esprit Saint. Le feu de l’Amour de Jésus peut s’assoupir, comme tous les feux que nous abandonnons. Nous voulons le raviver et nous mettre à l’école de Jésus, attendant de Dieu la patience, et dans la nuit de la foi, la lumière. Chacun de nous expérimente que sa vie est habitée par un feu d’amour qui l’attire vers Dieu : Saint Ignace d’Antioche disait, entrainé dans le combat pour la vie : « Une voix en moi crie : Viens vers le Père » .

"Car désormais cinq personnes de la même famille seront divisées : trois contre deux et deux contre trois ;" ils se diviseront : le père contre le fils et le fils contre le père, la mère contre la fille et la fille contre la mère, la belle-mère contre la belle-fille et la belle-fille contre la belle-mère. » Jésus a proclamé : « Heureux les artisans de paix. » Il est apparu « pour guider nos pas sur une route de paix. Lui « qui est notre paix, » prévoit que la fidélité à son Évangile amènera ses disciples, ceux qui leur sont les plus chers, à être incompris et rejetés. La parole de Jésus à l’œuvre dans notre cœur nous conduira, dans la communauté, à poser humblement des choix, à opter pour la conversion de notre groupe, à aller à contre-courant de certains conforts de vie. L’Évangile nous appelle à « être un signe en butte à la contradiction, » dans la douceur et la non-violence. Jésus annonce que pour allumer sur la terre le feu de l’Esprit Saint, il doit passer lui-même par le baptême des souffrances. Quant à nous, ses témoins, nous aurons aussi notre part d’épreuves. La parole de Dieu nous est donnée pour que nous marchions dans la Lumière, et que nous bâtissions la civilisation de l’amour. Le grand désir de Jésus, qui a pris chair de la Vierge Marie, est que nous habitions notre condition humaine dans son amour ainsi révélé. Alors nous rayonnerons de l’amour de Dieu, c’est le désir ardent de l’Esprit Saint, c’est aussi notre désir, le désir de Jésus qui nous habite.

Nous demandons la grâce d’être dociles à l’Esprit Saint pour vivre de l’amour infini de Dieu.

Vos témoignages

  • 22 octobre 2015 10:44

    Saint J.Paul 2, avec les nouveaux canonises Louis et Zelie Martin prier pour le si Bon Père Gilbert pour son chemin de SAINTETE.