Mercredi 18 mai 2016

Jeudi de la 7e semaine, année paire

Ayez du sel en vous-mêmes, et vivez en paix entre vous. »

Jc 5,1-6
Ps 48
Mc 9, 41-50

  • Le jeudi 19 mai 2016 iCal
    semaine 7 : Jeudi de la 7e semaine, année paire

Et celui qui vous donnera un verre d’eau au nom de votre appartenance au Christ, amen, je vous le dis, il ne restera pas sans récompense. "

« Celui qui entraînera la chute d’un seul de ces petits qui croient en moi, mieux vaudrait pour lui qu’on lui attache au cou une de ces meules que tournent les ânes, et qu’on le jette à la mer. » Jésus nous rend attentifs à ce que nous vivons, à ce qui nous installent en nous mêmes, en nous renfermant sur nous mêmes. Il veut nous guérir. Si nous regardons notre vie dans ses difficultés concrètes, nous considérons les enjeux impliqués dans nos relations. Sortis de nous-mêmes, nous sommes plus présents aux pauvres et aux petits de notre entourage, à ce qui pourrait provoquer la chute de l’un de ces petits. C’est avec Jésus que nous regardons la manière dont nous entrons en relations avec les plus pauvres. Notre regard est alors posé sur la réalité de ces petits et de ces pauvres qui s’impose à nous. Nous devenons plus attentifs. La vie nous montre la pauvreté de l’autre et la parole de Jésus nous donne de choisir la vie pour l’autre : « Quiconque vous donnera à boire un verre d’eau, à cause de mon Nom, en vérité, je vous le dis, il ne perdra pas sa récompense ». « Un verre d’eau, » ce n’est vraiment pas beaucoup ! Et pourtant dit Jésus, c’est si important ! Par contre, scandaliser l’un de ces petits qui croient en mon Nom, c’est atteindre Jésus au cœur. Il nous faut suivre les désirs de l’Esprit pour venir au secours de l’autre.

« Et si ta main t’entraîne au péché, coupe-la. Il vaut mieux entrer manchot dans la vie éternelle que d’être jeté avec tes deux mains dans la géhenne, là où le feu ne s’éteint pas. » Si ton pied t’entraîne au péché, coupe-le. Il vaut mieux entrer estropié dans la vie éternelle que d’être jeté avec tes deux pieds dans la géhenne. Si ton œil t’entraîne au péché, arrache-le. Il vaut mieux entrer borgne dans le royaume de Dieu que d’être jeté avec tes deux yeux dans la géhenne, là où le ver ne meurt pas et où le feu ne s’éteint pas. Notre propre histoire nous indique que les blessures que nous recevons dans la vie peuvent être de puissants moyens pour nous redonner vie. A tout âge, un choc de santé, un choc de situation, juste ou injuste, s’impose à nous, il nous donne la possibilité de reconsidérer notre vie. Nous ne sommes pas loin de devenir, nous aussi, handicapés, borgne, boiteux ou manchot. C’est pour nous une sortie de nos rêves, pour pouvoir entrer dans le Royaume de Dieu. La perle de cette parole de Dieu reçue aujourd’hui, consiste à ne pas nous laisser rêver d’une vie sans aléas. C’est à travers ces difficultés qu’il nous est donné de devenir vraiment nous-mêmes, de nous changer nous-mêmes.

« Car tous seront salés par le feu. C’est une bonne chose que le sel ; mais si le sel devient insipide, avec quoi l’assaisonnerez-vous ? Ayez du sel en vous-mêmes et vivez en paix les uns avec les autres. » Le sel conserve la nourriture, le sel affadi n’est plus bon à rien. Il faut donc le conserver dans son intégrité. C’est l’image de la charité envers Dieu qui s’exercera naturellement envers le prochain en conservant la paix. Ce choix de la vie est essentiel, la parole de Dieu est lumière véritable ! Elle contribue à faire de nous des adorateurs en esprit et en vérité, des personnes qui demeurent en lien vivant avec Dieu. C’est le Saint-Esprit qui est ce lien et qui nous fait tenir humblement auprès du Dieu, qui donne la vie. Considérer l’autre important, lui donner ce verre d’eau, est une belle manière de se laisser guider par l’Esprit Saint et d’entrer dans la communion avec Dieu. On ne risque pas de donner le scandale, d’être pour les autres une occasion de chute, soit par des paroles, soit par des exemples en demeurant en Jésus. Il faut éviter toute occasion de pécher. En Jésus, nourrir les sentiments d’Amour pour les personne reçues de lui. Redonner à Dieu toujours, ce qu’il nous a donner de plus précieux. Rien ne nous est plus cher que les membres de notre corps, la main, le pied, l’œil, avec la vie elle-même. Jésus nous enseigne déjà maintenant, sur la terre, la vie du Royaume de Dieu.

Nous demandons à Jésus la grâce de demeurer sans cesse dans son amour.

Vos témoignages

  • Daniel 19 mai 2016 15:26

    Je trouve ce que vous écrivez donne matière pour réfléchir quant à notre vie et ce qui arrive lorsque nous sommes confronté des aléas. Merci, Père pour ces paroles positives, pleines de Sagesse.