Mercredi 6 décembre 2017

Jeudi de la 1re semaine de l’Avent

celui qui entend les paroles que je dis là et les met en pratique est comparable à un homme prévoyant qui a construit sa maison sur le roc.

Is. 26, 1-6
Ps. 117
Mt. 7, 21.24-27

  • Le jeudi 7 décembre 2017 iCal
    Semaine Avent 1 : Jeudi de la 1re semaine de l’Avent

"Ce n’est pas en me disant : “Seigneur, Seigneur !” qu’on entrera dans le royaume des Cieux, mais c’est en faisant la volonté de mon Père qui est aux cieux."

La Parole de Dieu nous invite à méditer sur la distance qui sépare le simple “écouter,” du “faire,” la volonté de Dieu. Lorsqu’il s’agit du message et de la personne de Jésus, nous avons compris qu’il nous faut mettre en pratique sa Parole. Jésus est Amour, si je demeure dans l’Amour, je mettrai sa Parole en pratique. Nous pouvons avoir un grand cœur et beaucoup de sentiments, mais cela ne suffit pas ! Nous pouvons dire : "Seigneur, pour toi je ferais tout ce que tu voudras !" En fait cela ne sert à rien si nous ne laissons pas notre vie être transformée par lui. Il nous faut écouter et accomplir ; C’est ainsi que nous parviendrons à bâtir notre maison sur le roc et non sur le sable. Pour accomplir la volonté du Père, il ne nous faut pas nous faire illusion. C’est notre foi qui nous donne de comprendre et d’accomplir la Parole de Dieu ! Il faut laisser notre vie s’écouler dans la vie de Dieu qui est Amour. En effet si quelqu’un a besoin de quelque chose, je vais aller à son secours. Si je vis dans la communauté des relations sont difficiles, c’est avec Jésus que je vais faire tout ce qui est en mon pouvoir pour être artisan de Paix. Organiser ainsi notre vie de telle manière qu’elle soit bâtie en Jésus, avec lui, et pour lui, c’est bâtir notre maison sur le roc.

"Ce jour-là, beaucoup me diront : “Seigneur, Seigneur, n’est-ce pas en ton nom que nous avons prophétisé, en ton nom que nous avons expulsé les démons, en ton nom que nous avons fait beaucoup de miracles ?" Alors je leur déclarerai : “Je ne vous ai jamais connus. Écartez-vous de moi, vous qui commettez le mal ! Jésus nous demande de recevoir ce qu’il nous dis comme des Paroles de la plus haute importance. Ce sont les Paroles de la vie éternelle. Non seulement nous écoutons Jésus en l’admirant et en le contemplant, mais nous voulons mettre ses Paroles en pratique. Le tonnerre peut gronder, l’orage peut éclater, le Seigneur est le rempart et l’avant-mur de notre maison. Si Jésus est la porte, notre maison est en sécurité. C’est une grande conversion que Jésus nous propose pour que nous bâtissions notre maison en lui. Bâtir notre maison dans le Christ, c’est la vouloir soudée, unie, cimentée dans l’Esprit Saint. Jésus est alors le garant de notre vie. Son assise provient de ce que nous mettons en pratique ses enseignements d’où nous tirons notre joie. En suivant Jésus aujourd’hui, nous commençons, avec beaucoup de joie, à obtenir de petites victoires sur nous-mêmes ! C’est un entraînement pour d’autres batailles, demain. La force ne nous manquera pas, avec la grâce de Dieu, pour persévérer jusqu’au bout.

"Ainsi, celui qui entend les paroles que je dis là et les met en pratique est comparable à un homme prévoyant qui a construit sa maison sur le roc. La pluie est tombée, les torrents ont dévalé, les vents ont soufflé et se sont abattus sur cette maison ; la maison ne s’est pas écroulée, car elle était fondée sur le roc. Et celui qui entend de moi ces paroles sans les mettre en pratique est comparable à un homme insensé qui a construit sa maison sur le sable.
La pluie est tombée, les torrents ont dévalé, les vents ont soufflé, ils sont venus battre cette maison ; la maison s’est écroulée, et son écroulement a été complet.
Jésus prononce ces paroles à la fin du « sermon sur la montagne, » c’est ce qui lui donne un sens encore profond. Jésus, la Parole vivante de Dieu, nous enseigne à poser le fondement solide pour bâtir notre vie. « Bâtir sa maison sur le sable, » c’est l’image qui décrit le comportement insensé qui ne mène à aucun résultat. Nous pouvons faire un long et pénible effort pour construire quelque chose par nous-même, cela aboutit à l’échec de notre vie. C’est avec Jésus que nous avançons pour qu’au moment de l’épreuve et des tempêtes, il soit notre secours. Jésus nous entraîne dans sa miséricorde, sur un chemin de confiance et d’abandon à la volonté divine. L’Esprit Saint nous est donné sur ce chemin pour que nous bâtissions notre maison en vue du Royaume de Dieu. Nous sommes rejoints par Dieu dans le concret de la vie quotidienne. Dieu, en Jésus, est venu dans la chair humaine pour habiter notre propre vie de son amour infini. Il est le roc, c’est lui qui bâtit son Église. C’est Jésus lui-même qui bâtit la communauté, il est la Parole vivante de Dieu

Nous demandons la grâce d’écouter la Parole de Dieu et de réaliser la volonté de Dieu.

Vos témoignages

  • pierre 7 décembre 2017 06:21

    La Parole de Jésus-Christ réunis le Ciel et la terre, le Fort et le faible parce qu’elle est Divine et humaine.

    Mettre notre volonté faillible dans l’immense Miséricorde de Jésus-Christ pour tous ceux qui cherchent un guide fidèle dans la vie, nous assure et nous rassure contre les tentations paradoxales du perfectionnisme et du laxisme.

    Notre implication personnelle dans la vie de Jésus-Ressuscité est à la mesure de notre attachement à Lui en Esprit et en Vérité. Jésus-Christ ressuscite en nous la vie filiale des enfants de Dieu.

    La vie de Jésus est donnée librement, abondamment, infiniment à qui veut la recevoir. Et c’est cela qui nous fait vivre et nous permet d’en témoigner en actes (de charité, d’espérance, de miséricorde) envers autrui.

    Même quand notre vie est méprisée, tourmentée, et rejetée…comme la Sienne, parce qu’elle n’est plus seulement modelée et conditionnée selon les fantasmes et tentations de l’humanité (mortelle) mais animée, réanimée, réconfortée, guidée par l’Esprit Saint.

    C’est l’Esprit Saint (Divin) qui nous établit dans la Joie (du Ciel sur la terre) et l’amour de nos proches ( les Saints du ciel …et les pêcheurs d’ordinaire) comme dans la louange des anges en compagnie des bergers, nous rendons Gloire à Dieu en annonçant la naissance du Sauveur qui nous partage sa Joie !

  • pierre 1er décembre 2016 08:29

    Merci pour cette Homelie qui rappelle le sens « premier » de la vie selon Jesus-Christ, Fils de Dieu, et sauveur des hommes.

    L’image du château de sable au ras de l’eau et de la maison du gardien de phare sur le granit, donne la mesure de l’écart entre notre vanité-fragilité dans le temps des jours insouciants, et la sagesse-fidélité dans le temps des jours sous cieux agités.

    Nous ne craignons pour nos vies que lorsque nous oublions ce qui la fonde pour mieux la défendre. L’acte de foi se pose par étape, comme la construction d’une maison se pose sur la confiance d’un terrain stable.

    Le cri vers le Seigneur qui domine le ciel et la terre ne nous sert à rien ( même si le Seigneur l’entend comme un appel à nous secourir, quand nous sommes prisonniers du doute, ce qui peut nous arriver, comme aux auditeurs de Jésus dans cet Evangile) si la confiance que nous mettons en lui ne tient pas notre vie sur cette base d’un fondement qui ne peut s’effondrer.

    Il nous faut entendre à nouveau la Force de vie issue de L’Esprit Saint, sortant de la bouche du fils du Charpentier de NAZARETH, et parlant aux foules qui vivent au bord du lac de Galilée pour nous faire sortir de la torpeur de nos habitudes religieuses, comme les scribes emprisonnés dans leurs écritures.

    La maison commune ( cf Laudato Si) que nous avons à bâtir ou à restaurer ne peut tenir debout si nous oublions ce que Jésus nous dit sur les fondamentaux de l’humanité et de la vie dans L’Esprit Saint.

  • Christian 30 novembre 2016 22:08

    Jésus est Amour ; Il est toujours avec nous, jusuq’à la fin du temps.

  • helene 4 décembre 2014 08:47

    Merci encore et toujours pour cette belle homélie ! Je crois comprendre maintenant que seul le seigneur peut nous sauver que lui seul est le plus fort et non pas nos tempête bien quels soit si difficile à vivre et à garder confiance. .. bonne journée que Maryam vous bénisse

    • Jeudi de la 1re semaine de l’Avent 4 décembre 2014 10:38, par Père Gilbert Adam

      Merci ma chère Helene, en effet :

      « Il se règle d’après le courage qu’il découvre en chacun de nous et l’amour que nous avons pour lui. Il voit qu’on est capable de souffrir beaucoup pour lui quand on l’aime beaucoup, mais de souffrir peu quand on l’aime peu. Je suis persuadée que la mesure de notre force de supporter une grande croix ou une petite, c’est la mesure de notre l’amour. … Si nous n’abandonnons pas complètement notre volonté au Seigneur, pour qu’il prenne lui-même soin de tous nos intérêts, il ne nous laissera jamais boire à sa fontaine d’eau vive, » dit Thérèse d’Avila.

      A très bientôt

      • Jeudi de la 1re semaine de l’Avent 4 décembre 2014 13:45, par helene

        Cela veut t’il dire que plus nous souffrons, plus nous aimons ?

        Je vous remercie et vous embrasse

        • Jeudi de la 1re semaine de l’Avent 4 décembre 2014 17:36, par Père Gilbert Adam

          Comme c’est bon ma chère Helene de méditer ainsi !

          « Organiser notre vie de telle manière qu’elle soit bâtie en lui, avec lui, et pour lui, ce n’est pas se faire illusion : La volonté du Père, c’est que notre vie s’écoule dans la sienne qui est Amour. Notre foi nous donne de comprendre la Parole de Dieu ! Jésus est Amour, si je demeure dans cet Amour je mettrai la Parole en pratique. »

          Ce n’est pas de souffrir, qui est important mais d’aimer !
          C’est vrai cependant que la souffrance nous met dans son cœur qui nous console.