Jeudi de la 4e semaine, année impaire

Quand vous avez trouvé l’hospitalité dans une maison, restez-y jusqu’à votre départ.
Vendredi 4 décembre 2020 — Dernier ajout mercredi 6 février 2019

He. 12, 18-19.21-24 Ps. 47 Mc. 6, 7-13

  • Le jeudi 4 février 2021 iCal
    Semaine 4 : Jeudi de la 4e semaine, année impaire

« Il appela les Douze ; alors il commença à les envoyer en mission deux par deux. Il leur donnait autorité sur les esprits impurs, »

et il leur prescrivit de ne rien prendre pour la route, mais seulement un bâton ; pas de pain, pas de sac, pas de pièces de monnaie dans leur ceinture. « Mettez des sandales, ne prenez pas de tunique de rechange. » Pour « la première fois, » Jésus envoie les Apôtres en Mission. Celui qui reçoit cet « envoi » est d’abord appelé. C’est un appelé avec ses frères car ils sont envoyé « deux par deux, » pour annoncer l’amour infini du Père. Dieu nous a fait connaître « le mystère de sa volonté, » le plan d’amour longtemps caché et maintenant dévoilé dans le Christ Jésus. Pour que soit annoncé cet amour, il faut que nous le vivions comme Jésus l’a vécu. Dieu nous fait don de sa grâce, il nous fait entrer dans son amitié, alors que nous sommes pécheurs. Notre Père nous offre, en son Fils Bien Aimé, le pardon de nos fautes. Quel que soit le fardeau de nos misères, quels que soient l’échec ou la fragilité de notre vie spirituelle, il est là. Quelles que soient les ombres de notre vie familiale et communautaire, il nous sauve. Ce projet de salut pour chacun de ses enfants, pour le monde, c’est Dieu qui l’a formé, et nous sommes concernés par cet envoi des Apôtres en mission.

Il leur disait encore : « Quand vous avez trouvé l’hospitalité dans une maison, restez-y jusqu’à votre départ. Si, dans une localité, on refuse de vous accueillir et de vous écouter, partez et secouez la poussière de vos pieds : ce sera pour eux un témoignage. » Le message de l’amour infini de Dieu est annoncé par les Apôtres. Il leur donne le pouvoir de l’amour infini de Dieu. Cet amour est lumière pour la vie de ceux qui le reçoivent. Partout où la lumière arrive, les ténèbres se dispersent. Là où la vie se répand, la mort recule. Partout où l’amour se donne, la haine perd du terrain. Cet envoi est l’actualisation de la victoire de l’amour de Jésus sur la Croix. « Ils partirent et proclamèrent qu’il fallait se convertir… » Au baptême, l’Esprit du Seigneur nous a marqué d’un sceau invisible à nos yeux de chair. L’Esprit Saint reconnaîtra toujours son empreinte en nous. Il atteste à l’intime de nous-mêmes que nous sommes l’enfant de Dieu, que nous héritons de Dieu la vie qu’il donne. L’Esprit Saint est en nous, il imprime l’élan notre existence. C’est notre foi, nous savons d’où nous venons, et nous savons où Dieu nous mène. Ainsi, toute assurance nous est permise, l’amour infini de Dieu s’incarne en chacun et prend corps dans la communauté en ayant pris cœur dans notre vie.

"Ils partirent, et proclamèrent qu’il fallait se convertir. Ils expulsaient beaucoup de démons, faisaient des onctions d’huile à de nombreux malades, et les guérissaient. Le missionnaire du Christ est un homme léger, qui n’a pas le temps de s’installer, pressé, parce qu’il est porteur pour le monde d’un message de conversion. C’est un croyant qui a accepté pour toujours la loi de l’exode. La foi est une sécurité pour ceux qui acceptent le projet de Dieu qui assure la paix. Les Apôtres sont devenus une « créature nouvelle » grâce à Jésus, l’Envoyé de Dieu. Ils ont revêtus le Christ et désormais ils annoncent Jésus et son amour infini. Ce travail de conversion est toujours à faire pour nous ! Un changement fondamental est ainsi annoncé et proposé à l’humanité. C’est le mystère de tout notre être qui reçoit le message, qui s’en nourrit, et qui devient message. La nouvelle alliance est une relation d’amour, c’est un cœur qui accueille un autre cœur. Ce mystère de transformation se produit dans l’intimité la plus grande, dans la nuit de la foi. C’est le mystère de notre origine dans le Christ. Nous sommes les serviteurs du Fils de Dieu et de l’Esprit-Saint. Envoyés par le Père, nous sommes à l’œuvre dans le monde pour annoncer la Bonne Nouvelle de notre salut.

Nous demandons la grâce de vivre de ce renouvellement en Dieu. »

Vos témoignages

  • Damien 4 février 2021 14:39

    Jésus était toujours en mouvement avec ses disciples, on dirait qu’il voulait les montrer qu’il ne fallait pas s’installer ici bas mas d’être toujours en mouvement pour se diriger vers la Seule Patrie. ’Passons sur l’autre rive’…Jésus avait dit cela alors qu’il y eut peu de temps après une très grosse tempête durant laquelle les disciples se sentaient abandonnés par le comportement de Jésus. Ne voulait-Il pas nous montrer, Jésus, que si sur la Croix Il semblait nous délaisser, Il a vaincu tout ce qui découle de la réalité terrible de la mort,(peurs, angoisses..) par Sa Résurrection. Ses miracles préfigurent sa Résurrection. Il nous demande la foi, telle que la Vierge Marie l a manifestée avant sa conception dans son sein. Elle a certes témoigné des miracles de Son Fils, surtout Elle a accompli la Volonté du Père en y adhérant pas la foi. C ’est ce que votre homélie m’inspire Père Gilbert. Grande reconnaissance pour vos témoignages.

  • pierre 4 février 2021 12:19

    Jésus appelle une communauté de 12 disciples, pour les former à la vie nouvelle, dans une alliance éternelle avec lui, et c’est ensuite qu’il envoit ses apôtres deux par deux, par déduction vers 6 directions différentes.

    C’est la réponse à l’appel de Jésus, qui nous permet d’apprendre à vivre ensemble dans Son Esprit Saint, Nouveauté de l’Amour Divin pour tous.

    La mission deux par deux est la continuité de cet appel dans l’Esprit Saint qui est aussi témoignage dans le soutien mutuel face au rejet possible des envoyés, selon l’ouverture ou la fermeture des destinaitres à la grâce de l’Esprit Saint.

    Jésus insiste sur les conditions et les limites de cette mission « d’apôtres » :

    * un pouvoir reçu de Lui, une autorité qui fait du bien

    * ne pas se charger d’autre chose que d’un bâton pour la marche,

    * l’hospitalité comme règle de vie, en relation étroite avec l’accueil et l’écoute, condition impérative et suspensive de la mission.

    * un ultime témoignage dans l’acte prophétique « de la poussière du chemin jusqu’à ceux qui refusent l’action de l’Esprit Saint », laissée en témoignage de la venue de ces envoyés de Jésus.

    Nous sommes parfois dans l’entre deux, dans les limites humaines du cheminement à deux, ou dans les tiraillements intérieurs de notre adhésion vis à vis de la docilité à l’Esprit Saint, et ce passage d’Evangile permet de discerner de ce que nous « embarquons » en plus dans cette mission « d’apôtre », au risque de la déformer par notre esprit humain.

    * La mission reçue « deux par deux » dans l’Amour du Christ, peut se réduire à l’action humaine en chacun pour soi,

    * Le pouvoir reçu de Lui pour faire du bien, peut devenir savoir gardé pour soi, sans bénéfice pour les autres,

    * L’hospitalité peut se réduire à la cohabitation sans compassion

    * Les difficultés du chemin peuvent nous coller à la peau, et nous enliser, jusqu’à perdre de vue la source de la grâce de l’Esprit Saint.

    Mais le nettoyage de printemps est toujours possible. Avec Jésus par la grâce des sacrements, de l’eucharistie et du cycle liturgique, nous sommes pas abandonnés, il ne nous laisse pas sur le bord du chemin, tant que nous n’avons pas saisi ce que nous avons « trop chargé de pesanteur humaine ».

    Jesus nous rappelle sans cesse par ses messagers que aurons toujours une place dans son Divin cœur et sa miséricorde Divine infinie. Il nous a choisi pour témoigner de Son Amour, ce qui assume aussi notre faiblesse et nous libère des limites de l’humanité « en manque de bienfaisance » quand elle refuse l’Esprit Saint.

  • Constance 3 février 2021 20:35

    Merci, Père Gilbert, car malgré la nuit de la foi vous discernez toujours des lueurs d’espérance dans la Parole de Dieu, donc vous nous aidez à toucher la Présence de Dieu. C’est pourquoi j’aime tant méditer vos homélies, elles nourrissent ma foi et me fortifient. Merci. Je crois en l’Amour de Dieu.

  • pierre 1er février 2018 12:13

    L’Esprit Saint nous donne de vivre en Enfant de Dieu, confiant dans la vie qu’il nous donne en abondance de multiples façons.

    Quand l’humanité dans un emportement mauvais, refuse d’accueillir Celui qui nous envoi deux par deux, nous avons pour consignes de laisser la poussière de nos pas retomber sur le sol.

    Belle manière de rendre compte de l’inhospitalié des esprits mauvais refusant la visite de deux personnes envoyées par Jésus pour répandre son Esprit Saint sur tout ce qui doit vivre pour toujours.

    Quand nous rencontrons des épreuves face à ceux qui n’ont pas reçu cette Grâce de Jésus Fils de Dieu, nous n’avons pas à redouter le pire.

    Si des humains qui n’ont pas l’amour du Christ en eux essaient de s’en prendre à notre vie humaine, ils n’ont pas la meilleure part, celle qui vient aux Chrétiens du Don de la vie de Jésus Ressuscité et retourne à Lui dans la Confiance d’une amitié qui n’a jamais laissé tomber personne sans le relever.

    Même notre corps devenu poussière (méprisée) aux yeux du monde matérialiste restera « corps du Christ »non pas de notre fait, mais par la Grâce de l’Esprit Saint qui fait de nous un seul corps tous unis et réunis par l’unique vie du Christ qui dépasse tout le monde (terrestre et humain) par son Amour Divin - Infini

    • Sang de Jésus 4 février 2021 09:18, par elsie

      Vous êtes venus vers Jésus, le médiateur d’une alliance nouvelle, et vers le sang de l’aspersion, son sang qui parle plus fort que celui d’Abel, dit st Paul. Jésus est l’Agneau de Dieu qui est à lui seul, la victime, l’autel et le prêtre. Il remplace par son obéissance, l’offrande d’Abraham qui avait accepté de sacrifier Isaac. Jésus est le Père à jamais de notre humanité. Demandons lui la guérison, la conversion, le pardon, la libération de toute la création.