Jeudi 9 octobre 2014

Jeudi de la 27e semaine, année paire

« Demandez, et l’on vous donnera ; cherchez, et vous trouverez ; frappez, et l’on vous ouvrira. »

Ga. 3, 1-5 Lc 1, 68… Lc. 11, 5-13

  • Le jeudi 9 octobre 2014 iCal
    Semaine 27 : Jeudi de la 27e semaine, année paire

"Jésus leur dit encore : « Supposons que l’un de vous ait un ami et aille le trouver en pleine nuit pour lui demander : ’Mon ami, prête-moi trois pains : un de mes amis arrive de voyage, et je n’ai rien à lui offrir.’

Et si, de l’intérieur, l’autre lui répond : ’Ne viens pas me tourmenter ! Maintenant, la porte est fermée ; mes enfants et moi, nous sommes couchés. Je ne puis pas me lever pour te donner du pain’, moi, je vous l’affirme : même s’il ne se lève pas pour les donner par amitié, il se lèvera à cause du sans-gêne de cet ami, et il lui donnera tout ce qu’il lui faut. C’est à la suite de la demande de prière des disciples que l’évangéliste place cette parabole, après que Jésus ait appris le « Notre Père » à ses apôtres. La prière de demande est signe de l’Espérance qui habite le croyant. Le pauvre, c’est quelqu’un qui tend la main et qui espère recevoir. Il ne faut jamais se lasser de demander, il faut même persévérer jusqu’à prendre le risque de…lasser celui que nous implorons. « Ne viens pas me tourmenter » dit cet homme car il vit dans une seule pièce, c’est là que toute sa famille trouve refuge pour vivre et tout faire dans la journée. Quand vient le soir, en famille, on étend des nattes à terre dans cet unique endroit et chacun trouve un peu d’espace et de repos. C’est alors qu’un ami importun tambourine disant au maitre de maison : « Donne moi un pain. » Non, répond l’ami, je ne peux pas réveiller tout le monde ! Cependant devant son insistance, il cède !

"Je vous le dis, même s’il ne se lève pas pour les lui donner parce qu’il est son ami, il se lèvera à cause de son insistance effrontée et il lui donnera tout ce dont il a besoin." Notre Père du Ciel est la bonté-même et Il nous donnera, c’est sûr, de bonnes choses, mais pas forcement ce que nous lui avons demandé, la prière n’a pas un caractère magique. Toute l’action de notre Père des cieux est dirigée en vue de notre salut, de notre vie éternelle. Dans notre vie nous avons besoin de Dieu, au commencement nous nous appuyons sur Lui dans la lumière de sa présence toute nouvelle pour nous, mais le temps use cette familiarité avec Dieu et nous terminons souvent nos actions en nous appuyant sur nos propres forces ! Nous connaissons bien cette expérience de lassitude quand nous sommes dans la difficulté ! Après l’épreuve nous crions vers Jésus qui nous dit : « Homme de peu de foi, pourquoi as-tu douté ? » Jésus insiste sur la persévérance auprès de Dieu car dès que nous ne sommes plus dans cette relation d’amour, nous sommes en danger. Il nous faut contempler Jésus qui nous sauve dans son agonie, dans la dérision, dans les contradictions, il tient bon pour nous sauver encore, il nous donne sa parole pour éclairer notre route, son pardon qui nous réconcilie. Il nous donne son Esprit Saint pour que nous vivions en ressuscités. Ainsi quand surviendra l’épreuve et la difficulté, nous regardons vers lui au lieu de nous enfermer en nous-mêmes en reprenant les choses en main !" Nous voulons faire une confiance totale en Dieu qui vient toujours à notre aide.

"Eh bien, moi, je vous dis : Demandez, vous obtiendrez ; cherchez, vous trouverez ; frappez, la porte vous sera ouverte. Celui qui demande reçoit ; celui qui cherche trouve ; et pour celui qui frappe, la porte s’ouvre. Quel père parmi vous donnerait un serpent à son fils qui lui demande un poisson ? ou un scorpion, quand il demande un œuf ? Si donc vous, qui êtes mauvais, vous savez donner de bonnes choses à vos enfants, combien plus le Père céleste donnera-t-il l’Esprit Saint à ceux qui le lui demandent ! » Nous aimerions que Dieu nous préserve de toutes épreuves, qu’elles proviennent de la malice des hommes ou des caprices de la nature ou du menteur ! Quand nous oublions de demeurer en Dieu devant l’action du mal sous toutes ses formes, nous sommes dans la rupture avec notre Créateur et Sauveur. Or, dit Jésus, ne craignez pas la mort du corps mais la mort de votre âme spirituelle. Pour nous prouver son amour infini, le Père nous a envoyé Jésus qui a donné sa vie sur la croix pour notre salut. Il nous faut demeurer dans l’acte de foi qui nous fait naitre à la vie divine. Il est facile de suivre Jésus dans les consolations, quand tout va bien dans notre vie, mais la désolation arrive pour éprouver ce que nous avons dans le cœur. Quand vient cette désolation, nous crions vers notre Père des cieux qui nous donne son Esprit Saint pour que notre esprit devienne saint et que nous entrions dans l’adhésion à sa volonté d’amour, qui fait tout pour nous sauver.

Nous demandons la grâce, avec Jésus, d’entrer dans l’amour infini du Père de tendresse et de miséricorde.