Mercredi 13 septembre 2017

La Croix Glorieuse de Jésus

Dieu a tellement aimé le monde qu’il a donné son Fils unique,

Nb. 21, 4-9 Ps. 77 Jn. 3, 13-17

  • Le jeudi 14 septembre 2017 iCal
    Fêtes du Seigneur. 1 : La Croix Glorieuse de Jésus

"Car nul n’est monté au ciel sinon celui qui est descendu du ciel, le Fils de l’homme."

De même que le serpent de bronze fut élevé par Moïse dans le désert, ainsi faut-il que le Fils de l’homme soit élevé, afin qu’en lui tout homme qui croit ait la vie éternelle. La fête de la Croix glorieuse que nous célébrons nous invite à contempler la Croix et la mort de Jésus comme une source de vie, une source de guérison pour chacun de nous. C’est un paradoxe difficilement compréhensible pour beaucoup. La foi nous donne à contempler l’horreur du supplice de la croix pour y découvrir l’étonnante « vie qui surgit de cet arbre qui donnait la mort. » La croix est glorieuse ! Comment peut se faire la transformation d’un instrument qui donne mort, en un lieu où surgit une source de vie ? Car la croix que nous contemplons est un instrument de supplice, le lieu de la souffrance du Christ ! En célébrant « l’exaltation de la Croix, » nous célébrons Jésus qui a été élevé jusqu’à la Gloire du Père par le don total qu’il a fait de lui-même pour notre salut. La « Croix glorieuse » nous fait contempler la victoire de Jésus sur les forces du mal, sur la mort. Elle devient le signe de la réconciliation définitive entre Dieu et l’humanité, le signe de la victoire de la Vie sur la mort. La vie éternelle, c’est l’Amour infini de Dieu que nous accueillons par la foi. C’est dans la nuit de la Foi que se réalise le mystère de la Compassion de Marie que nous rejoignons au pied de la Croix ou Jésus est élevé. Quand nous sommes dans la détresse, nous avons besoin les uns des autres. Nous faisons mémoire de la croix glorieuse de Jésus auprès de tous ceux, qui, de part le monde, subissent la persécution. Nous nous tournons vers ceux qui sont « saisis » par la souffrance et nous demandons pour eux la patience et la persévérance de Jésus !

"Car Dieu a tellement aimé le monde qu’il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne se perde pas, mais obtienne la vie éternelle." L’exaltation de Jésus crucifié est la conséquence de son abaissement. Le Verbe de Dieu, qui partageait la gloire du Père, a préféré abandonner cette plénitude, pour se cacher dans notre humanité. Dans l’Incarnation du Verbe se manifeste l’amour de Jésus pour nous, et l’amour de son Père qui nous le donne. La transformation de la mort en vie, de la croix comme supplice en source de Vie, s’opère par l’acte d’amour qui animait Jésus et son Père, alors qu’il traversait les épreuves de sa passion. La fête de l’Exaltation de la Sainte Croix nous invite à méditer sur le lien profond qui unit la célébration Eucharistique et le mystère de la Croix. Chaque messe est la célébration sacramentelle du mystère pascal de Jésus. Elle rend actuel le sacrifice rédempteur du Christ. L’Eucharistie nous rappelle quotidiennement que notre salut jaillit de ce mystérieux échange, dans lequel le Fils de Dieu épouse la mort pour nous donner gratuitement part à sa vie divine. Le processus de transformation du pain et du vin dans le Corps et le Sang de Jésus, la pâque, réalise la transformation de la violence inhumaine en don d’amour. Ce processus de transformation n’a été possible que parce que Jésus est entrer dans le mystère d’amour de son Père et répondre par son amour à la violence qui lui a été faite. Le message de la Croix glorieuse, de la victoire définitive du Christ sur le Mal, sur le péché, le mensonge, et toutes les forces de mort, vient résonner dans notre cœur comme un appel à se dépasser, un appel à croire qu’avec le Christ, tout est possible à Dieu.

"Car Dieu a envoyé son Fils dans le monde, non pas pour juger le monde, mais pour que, par lui, le monde soit sauvé." C’est « l’explosion intime du bien, » qui est vainqueur du mal, elle peut engendrer la chaîne des transformations qui, peu à peu, changeront le monde. Jésus, dans l’Eucharistie, dit oui à la volonté de Dieu qui lui demande de donner sa vie pour ses frères et sœurs. C’est par amour du Père et de l’humanité que Jésus dit un oui crucifiant. L’obéissance eucharistique, dans l’amour et dans l’action de grâces, est un oui au Père. Par ce oui d’obéissance amoureuse, Jésus nous demande de faire jaillir la vie. Quand Jésus nous dit de faire ceci en mémoire de lui, c’est moins la répétition d’un rite, que l’entrée dans son obéissance confiante envers son Père. Suivre Jésus pour accomplir notre vocation de baptisé peut être crucifiant. Nous devons voir les épreuves que nous traversons comme autant d’occasions à entrer davantage dans la dynamique du don et de l’amour. La vie peut jaillir de nos croix unies à Jésus, comme elle jaillit de la Croix de Jésus, que nous appelons la Croix glorieuse. Nous entrons, par la Croix de Jésus, dans le mystère de l’Amour. La porte d’accès à cet amour constitue un formidable message d’Espérance.

Nous demandons la grâce de vivre de l’immense amour de Jésus.

Vos témoignages

  • pierre 14 septembre 2017 11:11

    Merci Père Gilbert de nous reconduire en conclusion de chaque homelie dans cet état de grâce où tout est recentré sur l’Eucharistie et la Passion de Jésus qui nous sauve.

    L’obeissance amoureuse et eucharistique adoucit tous les conflits, parce qu’elle nous associe à l’œuvre de Jésus pour reconduire à la Paix que donne l’Agneau de Dieu.

    Par Lui, avec Lui et en Lui nous avons accès à l’Amour Infini de Dieu pour tous et pour chacun. Immense liberté intérieure de Jésus qui donne librement sa vie au moment où le monde païen prétend lui imposer la mort infâme de La Croix.

  • Paroisse Sainte Agathe 14 septembre 2016 10:04

    Bonjour Moment fort en ce jour de fête Bonne et Sainte fête de la croix glorieuse Grâce paix amour miséricorde http://paroisse-sainteagathe-lareunion.over-blog.com/2016/09/bulletin-11-septembre-2016.html

  • Pierre 14 septembre 2016 06:34

    J aime contempler la Personne de Jésus Glorifié prenant ce moyens dans la Sagesse Divine Sans comprendre, nous croyons, nous croyons dans la Miséricorde Infinie de Notre Père, de la Trinité Sainte. Bonne journée Père Gilbert. Merci pour vos homélies qui sont des Lumières, bienvenues dans ce monde enveloppé de ténèbres.

  • Stéphane 13 septembre 2015 21:09

    Merci, Père, pour ces paroles qui apportent Lumière à cette fête que l’Eglise avait voulu mettre en relief. J’aime beaucoup ce que vous dites aussi concernant la fête de Marie demain. Le Cœur de Jésus, le Cœur de sa Mère, notre Mère, Marie, sont un refuge certain dans le pèlerinage de cette vie.

    Merci pour votre ministère si chargé d’Espérance pour le monde, car e flet de l’Œuvre de Dieu Lui-même, de Dieu Amour