Dimanche 3 janvier 2016

Lundi après l’Épiphanie

« Le peuple qui demeurait dans les ténèbres a vu une grande lumière ; sur ceux qui demeuraient dans la région sombre de la mort, une lumière s’est levée. »

1 Jn. 3, 22-4, 6 Ps. 2 Mt. 4, 12-17.23-25

  • Le lundi 4 janvier 2016 iCal
    Semaine après l’Epiphanie 3 : Lundi après l’Épiphanie

« Ayant appris que Jean avait été livré, Jésus se retira en Galilée et, laissant Nazara, vint s’établir à Capharnaüm, au bord de la mer, sur les confins de Zabulon et de Nephtali, pour que s’accomplît l’oracle d’Isaïe le prophète. »

Terre de Zabulon et terre de Nephtali, Route de la mer, Pays de Transjor- danie, Galilée des nations ! Le peuple qui demeurait dans les ténèbres a vu une grande lumière ; sur ceux qui demeuraient dans la région sombre de la mort, une lumière s’est levée. Jésus, ayant appris que Jean avait été livré, décide de se rendre en Galilée, il sort de l’ombre et quitte son lieu habituel. Jésus se met en route non pas pour se rendre à Jérusalem, mais pour aller au carrefour de la vie des hommes et des femmes de son temps. Quelques années plus tard, apprenant que Jean-Baptiste vient d’être décapité, ce sera la même chose, il repartira en Mission. Le même mouvement d’ouverture, au lieu de s’enfermer dans la douleur, Jésus va agir. Le Christ va sur les bords du lac de Tibériade, là où grouille la vie, là où les caravanes marchandes se retrouvent et se croisent, là où les idées fusent de toutes parts. Il se tient là, au carrefour de toute l’humanité, là où se trouve la vie des hommes. La renommée de Jésus gagna toute la Syrie, et on lui présenta tous les malades atteints de divers maux et tourments, des démoniaques, des lunatiques, des paralytiques, et il les guérit. Des foules nombreuses se mirent à le suivre, de la Galilée, de la Décapole, de Jérusalem, de la Judée et de la Transjordanie. C’est cette Bonne Nouvelle qui retentit encore au fond de notre cœur, de là elle prend toute notre vie, et nous conduit à chercher les chemins de Dieu : Là où sont les ténèbres, la douleur, la mort, Jésus met la vie, la lumière la joie.

"Jésus se mit à prêcher et à dire : « Repentez-vous, car le Royaume des Cieux est tout proche. » Il parcourait toute la Galilée, enseignant dans leurs synagogues, proclamant la Bonne Nouvelle du Royaume et guérissant toute maladie et toute langueur parmi le peuple." Les carrefours de la vie des hommes vont devenir l’axe de son cœur, le pivot solide autour duquel son amour va s’ordonner : « Jésus, ayant aimé les siens qui étaient dans le monde, il les aima jusqu’au bout. » Nous contemplons Jésus et nous lui demandons de nous tenir là, à l’écoute, là ou bat le cœur du monde. Il ne regarde pas ce qui lui coûte de nous sauver, c’est l’Alliance nouvelle et éternelle dans son propre corps et dans son sang qui sera versé pour nous, c’est cette alliance eucharistique que nous la célébrons chaque jour. Les martyrs à la suite de Jésus, n’ont pas hésité à donner leur vie, ces personnes mues par l’Esprit Saint, se sont engagées sur les chemins de Dieu qui nous sauve. Ainsi l’Esprit Saint oriente notre vie pour l’épanouir au maximum et pour nous envoyer en Eglise et en communautés, pour y réaliser le mystère du Salut de Jésus.

« Sa renommée se répandit dans toute la Galilée, et on lui amenait tous ceux qui souffraient ». Jésus en Galilée continue à nous rencontrer pour nous enseigner une nouvelle manière de vivre dans l’amour, nos relations envers les autres. Ces nouvelles relations d’Amour découlent directement de la paternité universelle de Dieu qui crée un humanisme nouveau. Assurés d’obtenir de lui cette douceur et cette docilité de l’Alliance nouvelle, nous laissons la Bonne Nouvelle rayonner sur notre vie qui devient lumière. Nous sommes ce peuple de souffrants et de pauvres que Jésus guérit. Nos paroles peuvent être des paroles de bénédiction ; nos attitudes des attitudes de tendresse ; notre regard un regard d’humilité. A la suite de Jésus, nous annonçons la Bonne Nouvelle du Royaume, nous demandons la grâce d’être fidèles aux commandements de Dieu, qu’Il soit le premier servi dans toute notre vie. C’est l’Esprit Saint qui guide notre vie vers la vérité tout entière, Jésus illumine tout ce que nous avons à vivre. Ainsi la volonté de Dieu va agir dans toutes nos actions et nous demeurons dans la docilité au Saint-Esprit. Dieu épanouit notre nature humaine et lui donne un nouvel équilibre qui est notre bonheur.

Nous demandons la grâce d’aller avec Jésus jusqu’au bout de l’amour.

Vos témoignages

  • 5 janvier 2015 05:24

    Merci pour cette homélie qui nous oriente vers une attitude qui va au contre courant de ce que propose le monde. Afin d’être fidèle à Dieu Qui est Amour nous avons besoin de ces rappels de Tendresse, Docilité à l’Esprit Saint,humilité, paroles de bénédiction pour nos sœurs et frère…cette homélie me fait méditer sur Notre Dieu Qui veut que Ses enfants partagent Sa Vie d’Amour, pour qu ’on connaît le Vrai Bonheur dans la Vérité de Jésus Qui est Amour.Merci,elle me fait beaucoup de bien.