Lundi 27 juillet 2015

Lundi de la 17e semaine, année impaire

« Le Royaume des Cieux est semblable à un grain de sénevé qu’un homme a pris et semé dans son champ. »

Ex. 32, 15-24.30-34 Ps. 105 Mt. 13, 31-35

  • Le lundi 27 juillet 2015 iCal
    semaine 17 : Lundi de la 17e semaine, année impaire

Jésus leur proposa une autre parabole : "Le Royaume des Cieux est semblable à un grain de sénevé qu’un homme a pris et semé dans son champ.

C’est bien la plus petite de toutes les graines, mais, quand il a poussé, c’est la plus grande des plantes potagères, qui devient même un arbre, au point que les oiseaux du ciel viennent s’abriter dans ses branches. » Le Royaume de Dieu est une Réalité qui a été voulue dans la liberté de Dieu Amour, par une autre liberté que la nôtre qui est humaine. La Réalité de Royaume de Dieu se développe en faisant évoluer doucement notre contexte et nous-mêmes comme par l’enchantement de notre liberté. Jésus, grandissant en sagesse et en âge, avec Joseph et Marie, a observé le jardin où l’on pouvait semer des graines minuscules. La parabole signifie ce qui se joue dans nos relations profondes entre Dieu et nous, entre nous-mêmes, personnes différentes, la parabole exprime quelque chose qui nous dépasse. C’est un peu comme lorsque le soleil qui se lève en montagne et fait lever le jour, éclairant les massifs, les révélant peu à peu, et le paysage entier apparaît à nos regards, il surgit lentement et s’impose à notre contemplation. Jésus nous apprend ainsi que la plus petite de toutes les semences, ce qu’il y a de plus vulnérable, de plus pauvre, voilà ce que Dieu a choisi en nous, pour nous faire entrer dans le mystère de son amour. Ce qui est le plus petit et le plus fragile est une annonce de la vie donnée qui va être donnée.

Il leur dit une autre parabole : « Le Royaume des Cieux est semblable à du levain qu’une femme a pris et enfoui dans trois mesures de farine, jusqu’à ce que le tout ait levé. » La réalité du levain, qui annonce le Royaume qui vient à nous, est une réalité toujours agissante en notre humanité. Jésus dit encore : « Le Royaume des Cieux est semblable à du levain qu’une femme a pris et enfoui dans trois mesures de farine, jusqu’à ce que le tout ait levé. » Jésus a admiré sa maman Marie qui faisait le pain ou le gâteau ! Il s’agit d’un mystère si profond exprimé par St. Bernard : "Marie, la femme a boulangé le pain !" Chaque fois que nous célébrons l’eucharistie, c’est ce mystère de toute petitesse qui est exprimé par la petite hostie, elle est le Dieu vivant qui s’est fait notre nourriture, pour l’univers entier, Jésus demeure avec nous toujours ! L’humanité de Jésus, le Fils du Père, a été considérée comme un rebut : Maudit celui qui meurt sur le bois ! Or, Dieu en a fait la pierre d’angle de son Royaume ! L’humanité ne voulait pas de Jésus, et c’est lui qui régénère cette humanité fondamentalement. Jésus est le Fils bien-aimé du Père qui nous emmène à la vie. La parabole signifie ce qui se transforme secrètement dans nos relations profondes, elle exprime quelque chose qui nous dépasse mais que Jésus évoque avec les trois mesures de farine et le levain qui est considéré comme un rebut, une fermentation apparemment inutile. A nouveau, c qui est plus vulnérable est ce que Dieu a choisi en nous, pour nous faire entrer dans le mystère de son amour. Comme il nous est difficile d’entrer dans cette perspective de l’amour de Dieu.

Tout cela, Jésus le dit aux foules en paraboles, et il ne leur disait rien sans parabole ; pour que s’accomplît l’oracle du prophète : J’ouvrirai la bouche pour dire des paraboles, je clamerai des choses cachées depuis la fondation du monde. Cette transformation de l’humanité se réalise encore aujourd’hui, lorsque les chrétiens se rassemblent pour prier, ils font l’expérience d’être ensemble, rassemblés, et ce rassemblement pour la prière transforme les personnes et la communauté qu’ils forment ensemble. C’est ce qui se vit aussi à la messe, lorsque le peuple chrétien se rassemble pour célébrer les mystères du Royaume qui vient. Jésus nous appelle à poser un acte de Présence pour annoncer sa venue. Nous ne doutons pas, et nous agissons en ce sens en apportant le pain et le vin, donnant à Dieu le moyen d’agir. L’amour infini de Dieu, se construit divinement par nos petits actes quotidiens ! Dieu aime son peuple, l’intercession nous fait entrer dans le mystère de Jésus : De sa Naissance jusqu’à sa Résurrection, il nous entraine quand il dit : "Pardonne-nous comme nous pardonnons." Quand Jésus est à cette extrémité il dira encore : "Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné," Jésus prend vraiment notre place, celle de ceux qui sont dans les ténèbres les plus profondes et les plus obscures pour les remmener à la lumière de sa Résurrection. Et c’est ce qu’ensemble, Peuple de Ressuscités nous annonçons

Nous demandons la grâce que notre cœur devienne le lieu de l’Amour pour Dieu et l’humanité.