Lundi de la 1re semaine, année paire

« Les temps sont accomplis : le règne de Dieu est tout proche. Convertissez-vous et croyez à la Bonne Nouvelle. »
Dimanche 12 janvier 2020

1Sam. 1, 1-8 Ps. 115 Mc. 1, 14-20

  • Le lundi 13 janvier 2020 iCal
    semaine 1 : Lundi de la 1re semaine, année paire

"Après l’arrestation de Jean Baptiste, Jésus partit pour la Galilée proclamer la Bonne Nouvelle de Dieu ; il disait : « Les temps sont accomplis : le règne de Dieu est tout proche. Convertissez-vous et croyez à la Bonne Nouvelle. »"

Jean Baptiste assurait la continuité de l’appel prophétique dans le peuple juif. Il pouvait ainsi maintenir le peuple dans l’espoir d’une nouveauté, mais il a été arrêté par Hérode. Jésus alors apparaît et c’est un recommencement car il met en place un nouveau monde. Il manifeste son Amour et parle avec autorité : « venez derrière moi. » Jésus assure un rôle à chacun et lui donne une place à sa suite : « Je ferai de vous des pêcheurs d’hommes. » La bonne nouvelle prend ainsi la forme dans un peuple en marche qui chemine animé par une espérance. Nous sommes ce peuple qui veut se convertir. Dans la mesure où nous sommes en marche, cette conversion est à faire à chaque instant de notre vie, il nous faut accueillir un Amour nouveau. L’amour infini de Dieu est notre libération. Dans notre misère nous sommes guettés par le découragement, il nous faut relever la tête, regarder vers Jésus et repartir avec lui. Notre marche est une si grande joie, elle nous place devant le réalisme de la parole de Dieu. Nous supportons alors d’être de pauvres pécheurs, puisque nous sommes tant aimés. Comme des ressuscités, nous marchons à la suite de Jésus qui nous a sauvés.

Passant au bord du lac de Galilée, Jésus vit Simon et son frère André en train de jeter leurs filets : c’étaient des pêcheurs. Il leur dit : « Venez derrière moi. Je ferai de vous des pêcheurs d’hommes. » Aussitôt, laissant là leurs filets, ils le suivirent. Jésus nous appelle tous, il appelle le peuple juif tout entier au travers de l’appel qu’il fait à chacun de ses Apôtres. S’éloignant de Jérusalem, il va vers toute l’humanité, les pauvres et les riches, les hommes et les femmes, les malades et les bien portants, personne n’est laissé au bord du chemin : « Les temps sont accomplis. » Dieu vient ainsi à nous, nous sommes appelés tous ensemble pour bâtir de nouvelles relations dans son amour, et pour bâtir la civilisation de l’Amour. Heureux de son appel, nous levons la tête en priant pour le peuple que nous allons rencontrer. Quelle joie de demeurer dans l’appel de Jésus, quelle espérance de se mettre à vivre continuellement dans une attitude de conversion ! Jésus nous met ainsi en mouvement, partir est la première étape pour le suivre, lui manifester notre intention de marcher derrière lui. Le Christ nous appelle « pêcheurs d’hommes, » nous entrons dans son mystère tout en continuant notre vie dans son quotidien. Le Règne de Dieu est tout proche, son amour infini est déjà là, et il va grandir encore.

Un peu plus loin, Jésus vit Jacques, fils de Zébédée, et son frère Jean, qui étaient aussi dans leur barque et préparaient leurs filets. Jésus les appela aussitôt. Alors, laissant dans la barque leur père avec ses ouvriers, ils partirent derrière lui. C’est à partir de leur lieu de travail, de leur quotidien, de la vie au bord du lac que Jésus appelle ses disciples. Il nous rassemble, il vient pour faire surgir un au delà, une espérance nouvelle par sa Parole. Bien souvent, nous sommes au bord de notre vie. Jésus vient nous appeler à y entrer plus avant, en le suivant. C’est à partir de notre quotidien qu’il rejoint en chacun de nous une aspiration plus grande, un appel à une communion plus belle. Il en est de même dans notre présent, nous gardons une fenêtre ouverte vers le ciel étoilé. Déjà nous pouvons aller dans un au delà de notre travail, de nos relations qui contiennent déjà beaucoup d’espérance. L’annonce de la Bonne Nouvelle est un feu qui se propage et qui illumine le visage de l’Église qui en est resplendissante. La gloire de Jésus son Sauveur l’éclaire désormais. Ainsi s’exprime le bonheur de la venue de Jésus chez nous, notre vie est une communion dans la joie de l’amour. Quand l’épreuve arrive, nous nous refugions dans la passion de Jésus et dans la compassion de Marie. Nous allons vers cet au-delà qui est déjà présent, et dans le réconfort de Jésus, nous avançons dans le Mystère du Dieu vivant.

Nous demandons la grâce d’affirmer le message de Jésus qui transforme le monde.

Vos témoignages

  • pierre 13 janvier 2020 09:38

    « Venez derrière moi. »

    Aujourd’hui Jésus mène tout le monde Ancien à son Nouvel accomplissement.

    Les temps sont accomplis : Celui qui demeure, l’Eternel Seigneur, inaugure Son Avènement dans l’Esperance des Fils d’Israel : il y en a pour tout le monde, à condition de se ranger derrière Celui qui change la condition humaine, pour apporter le partage de la filiation Divine, dans l’Esprit Saint.

    Laissons nous toucher par cette Parole Divine, tout feu tout flammes, qui nous invite à aimer à sa suite.

    Enflammé par un Amour sans faille pour les pêcheurs, retenus par leurs filets (leur mode de vie de père en fils) dans une vie aléatoire, nous serons nous aussi des pêcheurs d’hommes, vivant désormais librement dans le feu de Joie de cet Amour intense et immense que Jésus inaugure Aujourd’hui.

    Un aujourd’hui qui a la même portée que le jour où Pierre et André, Jacques et Jean, ont répondu deux par deux à l’appel de Jésus, parce cet Appel est celui de l’Eternel Fils de Dieu qui nous rassemble nous et rappelle la Joie de croire en Jésus inaugurant le règne de Dieu parmi ses premiers disciples.

    Il toujours heureux de (re) venir à sa suite plutôt que de continuer à vivre selon nos anciennes habitudes et des traditions périmées par l’actualité de Son Esprit Saint.

  • Le découragement est sou ent là. L accusateur des frères se tient en ambuscade, difficile de le demasquer. Cette parole rend l’espérance. Merci ! !

  • 10 janvier 2016 22:56

    ’Nous gardons la fenêtre ouverte vers un ciel étoilé..’

    Merci, Père Gilbert, pour cette homélie pleine d’espérance.

    En communion de prière pendant ce ’temps ordinaire’, qui en Jésus n’est jamais ordinaire…