Dimanche 25 août 2013

Lundi de la 21e semaine, année impaire

« Malheureux êtes-vous, scribes et pharisiens hypocrites, parce que vous fermez à clé le Royaume des cieux devant les hommes ; »

1 Th. 1, 1-5.8b-10 Ps. 149 Mt. 23, 13-22

  • Le lundi 26 août 2013 de 00:00 à 23:30 iCal
    semaine 21 : Lundi de la 21e semaine, année impaire

"Vous-mêmes n’y entrez pas, et ceux qui essayent d’y entrer, vous ne leur permettez pas d’entrer !"

Malheureux êtes-vous, scribes et pharisiens hypocrites, parce que vous parcourez la mer et la terre pour faire un seul converti, et quand vous y avez réussi, vous en faites un homme voué à la géhenne, deux fois pire que vous ! Il nous faut beaucoup de foi pour demeurer au niveau du mystère, demeurer dans l’amour. « Demeurez en moi, comme moi je demeure en mon Père dit Jésus », que vous, vous demeuriez en mon nom. Que de raison de vaciller dans l’espérance ! Tout remettre entre les mains de Dieu sans cesse, cesser de tout marchander en tout temps ! Que ce soit au niveau de notre santé comme de ce qui est à accomplir, il nous faut revenir au choix de Dieu. C’est Dieu qui nous a choisis et qui nous a mis ensemble pour le fêter et l’honorer. Si nous sommes attentifs, nous nous recevons différents les uns les autres et l’œuvre de Dieu nous émerveille.

Malheureux êtes-vous, guides aveugles, vous qui dites : ’Si l’on fait un serment par le Temple, il est nul ; mais si l’on fait un serment par l’or du Temple, on doit s’en acquitter.’ Insensés et aveugles ! Qu’est-ce qui est le plus important : l’or ? ou bien le Temple par lequel cet or devient sacré ? Vous dites encore : ’Si l’on fait un serment par l’autel, il est nul ; mais si l’on fait un serment par l’offrande posée sur l’autel, on doit s’en acquitter.’ Aveugles ! Qu’est-ce qui est le plus important : l’offrande ? ou bien l’autel par lequel cette offrande devient sacrée ?" Nous sommes dans la nuit de la foi, et souvent dans l’épreuve alors l’extérieur prend le pas sur l’intérieur. Si nous n’y prenons garde, dans cette nuit de la foi les ombres et les cauchemars risquent de prendre la place de l’essentiel, c’est notre épreuve. Il nous faut marcher dans la lumière, cette toute petite lumière qui vacille bien souvent dans l’orage de notre vie intérieure, communautaire, dans le monde et dans l’Église.

Celui qui fait un serment par l’autel fait donc un serment par l’autel et par tout ce qui est posé dessus ; et celui qui fait un serment par le Temple fait un serment par le Temple et par Celui qui l’habite ; et celui qui fait un serment par le ciel fait un serment par le trône divin et par Celui qui siège sur ce trône." Qu’il est difficile d’extraire de notre cœur le mal de l’hypocrisie ! Heureusement le Seigneur Jésus dénonce dans cet Evangile ce qui n’est pas une bonne nouvelle ! Ne pas aller à l’essentiel et s’arrêter à la périphérie de l’être pour s’y perdre. Remplacer le mystère de l’amour infini de Dieu par des considérations toutes humaines est en effet un vrai malheur. Aller à l’essentiel, c’est rendre grâce à Dieu en tout ! « À tout instant, nous rendons grâce à Dieu à cause de vous, » dit l’apôtre. Nous voulons apprendre à rendre grâce et dans nos relations, être présents les uns aux autres. Non seulement nous sommes situés dans la foi, mais nous voulons encore que notre foi grandisse !

Nous demandons à Dieu la grâce de prendre le chemin de l’espérance, le chemin de Jésus.