Lundi de la 22e semaine, année paire

L’Esprit du Seigneur est sur moi parce que le Seigneur m’a consacré par l’onction.
Dimanche 30 août 2020

1 Co. 2, 1-5 Ps. 118 Lc. 4, 16-30

  • Le lundi 31 août 2020 iCal
    semaine 22 : Lundi de la 22e semaine, année paire

Jésus vint à Nazareth, où il avait grandi. Comme il en avait l’habitude, il entra dans la synagogue le jour du sabbat, et il se leva pour faire la lecture.

On lui présenta le livre du prophète Isaïe. Il ouvrit le livre et trouva le passage où il est écrit : L’Esprit du Seigneur est sur moi parce que le Seigneur m’a consacré par l’onction. Il m’a envoyé porter la Bonne Nouvelle aux pauvres, annoncer aux prisonniers qu’ils sont libres, et aux aveugles qu’ils verront la lumière, apporter aux opprimés la libération, annoncer une année de bienfaits accordée par le Seigneur. La mission de Jésus manifeste des guérisons de malades, Jésus parle aux foules, il libère des possédés. Mais cette mission nous dit des histoires plus dérangeantes. Aujourd’hui, on le chasse de la synagogues. Dès le début de sa mission Jésus est en butte à la critique et au rejet. L’onction de Dieu est une couronne d’épines sur le bois de la croix. Quand Jésus a dit oui à sa mission il a dit oui à tout cela. Certes, il est venu ouvrir un chemin de paix en sacrifiant sa propre vie. Il est venu dire la Vérité qui conduit à la Vie, mais certains ne l’ont pas entendu parce qu’ils ne voulaient pas l’entendre. Nous voulons entendre la parole de Dieu mais pouvons-nous accepter Jésus comme le Fils de Dieu ? Il nous montre le bon chemin, mais ses paroles nous dérangent dans la conception de la vie du monde. Dans l’assistance de la synagogue de Nazareth se trouve peut-être Marie, sa mère. Jésus tombe alors sur le passage du livre d’Isaïe. Son mystère est dévoilé : « L’Esprit du Seigneur est sur moi parce que le Seigneur m’a consacré par l’onction. »

Jésus referma le livre, le rendit au servant et s’assit. Tous, dans la synagogue, avaient les yeux fixés sur lui. Alors il se mit à leur dire : « Cette parole de l’Écriture, que vous venez d’entendre, c’est aujourd’hui qu’elle s’accomplit. » Tous lui rendaient témoignage ; et ils s’étonnaient du message de grâce qui sortait de sa bouche. Ils se demandaient : « N’est-ce pas là le fils de Joseph ? » Mais il leur dit : « Sûrement vous allez me citer le dicton : ’Médecin, guéris-toi toi-même. Nous avons appris tout ce qui s’est passé à Capharnaüm : fais donc de même ici dans ton pays’ » Jésus commente dans la synagogue de Nazareth le texte d’Isaïe : « L’Esprit du Seigneur est sur moi parce que le Seigneur m’a consacré par l’onction. » Ces paroles ont une signification qui dépasse le moment présent. L’Esprit Saint habite l’intérieur du Christ dans la plénitude. « Cette parole de l’Écriture, c’est aujourd’hui qu’elle s’accomplit. » Ces paroles de l’Évangile ont une actualité qui est éternelle et elles sont toujours d’actualité. Quand nous écoutons la Parole de Dieu, nous la recevons comme une Parole qui a le pouvoir de nous transformer. Dieu parle à notre cœur. Tout ce qu’Il dit est profondément rempli de sagesse et d’amour. La parole de Dieu est une source inépuisable de vie. Ces paroles sortent du cœur de Dieu. Jésus vient dans son pays avec un cœur profondément ouvert, désireux de donner le don de Dieu. Jésus n’attend que la foi de ceux qui le reçoivent, pour agir. Or les habitants de Nazareth ne reçoivent pas son message ! La parole de Dieu donnée par Jésus reçoit une interprétation différente par ses concitoyens, ce n’est pas la volonté du Père qu’ils attendent mais la leur. « Il a fait des miracles ailleurs, pourquoi pas chez nous ! » Annoncer aux prisonniers qu’ils sont libres correspond pour eux de se débarrasser des Romains !

Jésus ajouta : Amen, je vous le dis : aucun prophète n’est bien accueilli dans son pays. En toute vérité, je vous le déclare : Au temps du prophète Élie, lorsque la sécheresse et la famine ont sévi pendant trois ans et demi, il y avait beaucoup de veuves en Israël ; pourtant Élie n’a été envoyé vers aucune d’entre elles, mais bien à une veuve étrangère, de la ville de Sarepta, dans le pays de Sidon. Au temps du prophète Élisée, il y avait beaucoup de lépreux en Israël ; pourtant aucun d’eux n’a été purifié, mais bien Naaman, un Syrien. » A ces mots, dans la synagogue, tous devinrent furieux. Ils se levèrent, poussèrent Jésus hors de la ville, et le menèrent jusqu’à un escarpement de la colline où la ville est construite, pour le précipiter en bas. Mais lui, passant au milieu d’eux, allait son chemin. Chaque jour, quand nous entendons l’Evangile, nous demandons de dire ce que disait Marie : « qu’il me soit fait selon votre parole. » Dieu nous répond : "Cette parole de l’Écriture, que vous venez d’entendre, c’est aujourd’hui qu’elle s’accomplit." Pour que cette Parole soit efficace sur nous, il faut nous détacher de tout préjugé. Nous constatons l’humanité de Jésus, mais ils nous croire en sa divinité. A chaque fois que nous écoutons la Parole de Dieu, nous savons que c’est Dieu Lui-même qui nous parle. Ce qui se passe à Nazareth se passe encore dans nos vies et dans nos familles aujourd’hui ! Jésus est le don de Dieu, il annonce la Bonne Nouvelle et nous ne le recevons pas toujours. L’Esprit Saint manifeste qu’il y des malentendus dans nos familles et dans nos communautés. Chacun croit posséder le don de Dieu, or Jésus viens annoncer le Père et son Royaume et il nous faudrait chercher la volonté du Père. La visibilité de Jésus annonce l’invisibilité du Père. Aujourd’hui, l’image que nous donnons de Jésus en vivant comme lui, annonce le mystère de Dieu venu chez nous. Dans la force de l’Esprit Saint, nous vivons en lui, comme les premiers témoins, nous mettons en scène la profondeur de Dieu, son secret d’amour et son mystère.

Nous demandons à Jésus la grâce de le rejoindre sans cesse dans le cœur de notre Père.

Vos témoignages

  • pierre 31 août 2020 11:45

    « Cette parole de l’Écriture, que vous venez d’entendre, c’est aujourd’hui qu’elle s’accomplit ».

    Merveille que d’entendre cet accomplissement quotidien.

    Cet « aujourd’hui », dans un monde saturé d’actualités superficielles par les réseaux d’informations à distance, à une consonance et une resonance d’éternité.

    Mais il faut nous laisser rejoindre par cette Parole, pour l’entendre vraiment dans son cœur.

    C’est là qu’elle dit toujours Vrai dans son rapport à notre humanité.

    Le risque de la liberté humaine serait de la prendre de haut, comme un perturbateur des rouages de la vie commune, (ce qui bouscule l’horizon de notre vie sociale, comme pour les juifs de Nazareth) alors qu’elle vient tout simplement apporter l’Abondance de l’Amour et de la Paix.