Jeudi 5 juillet 2018

Lundi de la 24e semaine, année paire

« Je vous le déclare, même en Israël, je n’ai pas trouvé une telle foi ! »

1 Co. 11, 17-26 Ps. 39 Lc. 7, 1-10

  • Le lundi 17 septembre 2018 iCal
    semaine 24 : Lundi de la 24e semaine, année paire

« Lorsque Jésus eut achevé de faire entendre au peuple toutes ses paroles, il entra dans Capharnaüm. »

Il y avait un centurion dont un esclave était malade et sur le point de mourir ; or le centurion tenait beaucoup à lui. Ayant entendu parler de Jésus, il lui envoya des notables juifs pour lui demander de venir sauver son esclave. Ce centurion de l’armée romaine est étonnant. C’est pour son esclave qui est malade qu’il demande à Jésus d’intervenir. Il ne fait pas seulement preuve de charité mais encore d’une grande humilité avec une grande foi. Il envoie ses amis dans le judaïsme vers Jésus car il ne se considère pas digne de rencontrer Jésus. La grande charité de cet homme envers son esclave et la confiance qu’il montre envers Jésus est ainsi proposée à ceux qui partagent le Corps et le Sang de Jésus : "Seigneur je ne suis pas digne." Nous resituerons ainsi cet Évangile en Église alors que nous célébrons l’Eucharistie qui vivifie notre amour du Père et le service des pauvres.

Arrivés près de Jésus, ceux-ci le suppliaient instamment : « Il mérite que tu lui accordes cela. Il aime notre nation : c’est lui qui nous a construit la synagogue. » Jésus était en route avec eux, et déjà il n’était plus loin de la maison, quand le centurion envoya des amis lui dire : « Seigneur, ne prends pas cette peine, car je ne suis pas digne que tu entres sous mon toit. C’est pourquoi je ne me suis pas autorisé, moi-même, à venir te trouver. Mais dis une parole, et que mon serviteur soit guéri ! Cette Parole est reprise dans la célébration de l’Eucharistie, avant que nous recevions le Corps du Christ : « Seigneur, je ne suis pas digne que tu viennes chez moi, mais dis seulement une parole et je serai guéri. » Le don de Jésus dans son Corps et dans son Sang est sommet de la charité fraternelle. Le lien entre le Corps Eucharistique du Christ et son Corps qui est l’Eglise est ainsi manifesté. Dans le service des pauvres nous avons besoin d’être nourri du Corps et du Sang de Jésus. Ainsi une vie nouvelle nous est donnée, des relations nouvelles avec le monde. Le mystère de l’Eucharistie est le mystère de la foi. "Il est grand le mystère de la foi" ! Devant ce don que Jésus nous fait de Lui-même nous entrons dans l’humilité, la miséricorde et la tendresse infinie du cœur de Dieu.

Moi, je suis quelqu’un de subordonné à une autorité, mais j’ai des soldats sous mes ordres ; à l’un, je dis : “Va”, et il va ; à un autre : “Viens”, et il vient ; et à mon esclave : “Fais ceci”, et il le fait. » Entendant cela, Jésus fut en admiration devant lui. Il se retourna et dit à la foule qui le suivait : « Je vous le déclare, même en Israël, je n’ai pas trouvé une telle foi ! » Revenus à la maison, les envoyés trouvèrent l’esclave en bonne santé. Nous rendons grâce à Dieu pour la parole qu’Il nous donne, elle est aujourd’hui essentielle. Notre sollicitude pastorale nous donne de respecter profondément ceux qui ont d’autres nourritures comme ce centurion nous est donné en exemple de foi. Nous sommes abreuvés au Corps et au Sang de Jésus pour qu’une vie nouvelle jaillisse de nos cœurs. Des liens d’amour privilégiés sont donnés pour les frères liés au Cœur de Jésus, par son Sang et par sa chair. Nous faisons mémoire de l’amour de Jésus qui nous a aimés jusqu’au bout. Plongés au cœur du mystère de l’Amour de Dieu par le sacrifice de Jésus, nous sommes plongés dans une vie nouvelle. Rachetés pas la vie d’amour de Jésus nous sommes uni à toute l’humanité. Jésus a voulu que ce témoignage retentisse au cœur de l’Eucharistie.

04 08

Nous demandons la grâce d’être trouvés fidèles, toujours en souci des frères donnés par Dieu.