Jeudi 24 septembre 2015

Lundi de la 26e semaine, année impaire

Car celui qui est le plus petit parmi vous tous, c’est celui-là qui est grand.

Za. 8, 1-8 Ps. 101 Lc. 9, 46-50

  • Le lundi 28 septembre 2015 iCal
    semaine 26 : Lundi de la 26e semaine, année impaire

« Une discussion s’éleva entre les disciples pour savoir qui était le plus grand parmi eux. »

Jésus, dans le lavement des pieds, manifeste son désir de changer le regard des apotres sur la vie de l’humanité. C’est le défi de Dieu que d’unir toute l’humanité, femmes et hommes avec tous les enfants, de tous les continents en un seul Peuple, le Peuple de Dieu. Jésus prônait l’humilité et le service, et cependant ses paroles ont échappé aux disciples. Nous aussi, nous entendons ou nous lisons ces mêmes passages d’Evangile, et pourtant nous tombons toujours dans l’orgueil. Dieu peut relever ce défi, avec notre bonne volonté, car il veut réaliser l’unité de ses enfants dispersés. C’est sa prière en face de Jérusalem, dans la vallée du Cédron, près du jardin des oliviers. L’endroit est marqué aujourd’hui par une petite chapelle en forme de larmes : Là Jésus a pleuré sur Jérusalem : "Combien de fois j’ai voulu rassembler tes enfants et tu n’as pas voulu. « Seul l’amour de Dieu peut nous mettre dans un grand bonheur, car cet amour donne sens à notre vie, il en est le moteur. L’unité dans l’amour de tout ce que Dieu a créés, est vrai défi ! Quand nous demandons la première place, nous sommes semblables aux disciples de Jésus quand ils ne l’ont effectivement pas écouté. Cependant, ils n’ont vraiment prêté attention à Jésus, après la Passion, car ils ont compris que la Bonne Nouvelle ne concernait pas une conquête de prestige et de reconnaissance, mais de vivre beaucoup plus dans la proximité de son Amour

Jésus, voyant la pensée de leur cœur, prit un petit enfant, le plaça près de lui, et leur dit : Quiconque reçoit en mon nom ce petit enfant me reçoit moi-même ; et quiconque me reçoit reçoit celui qui m’a envoyé. Car celui qui est le plus petit parmi vous tous, c’est celui-là qui est grand. Jésus connaissant la discussion qui occupait les disciples, prit un enfant, le plaça à côté de lui et leur dit : « Celui qui accueille en mon nom cet enfant, c’est moi qu’il accueille. » Et celui qui m’accueille accueille aussi celui qui m’a envoyé. Et celui d’entre vous tous qui est le plus petit, c’est celui-là qui est grand. » Jésus nous explique en quoi consiste la grandeur, c’est l’acceptation du plus faible en son nom, mais cela exige un cœur humble. Dieu nous a donné des talents pour que nous nous mettions au service les uns des autres. Notre histoire regorge de récits de personnes dont les talents n’ont pas été employés à de bonnes fins, qui profitent des autres en toutes occasions. Il me faut regarder mon attitude, est-elle une attitude de service ? Chaque jour à l’eucharistie, nous nous retrempons dans l’amour brûlant du cœur de Jésus qui vient nous sauver par sa Passion. Dieu s’est fait Pain de vie pour nourrir l’humanité. Nous sommes témoins de la difficulté de vivre ensemble, le défi est de réunir les personnes si différentes. Les saints, mus par l’Esprit Saint, se sont abreuvés aux sources vives du salut. Partout dans le monde ils sont les pauvres et les petits, artisans de Paix et d’unité.

Jean prit la parole, et dit : Maître, nous avons vu un homme qui chasse des démons en ton nom ; et nous l’en avons empêché, parce qu’il ne nous suit pas. Ne l’en empêchez pas, lui répondit Jésus ; car qui n’est pas contre vous est pour vous. Cette Parole se réalise d’une manière merveilleuse avec toute personne de bonne volontés. La conception de l’homme et de la femme dans la culture biblique offre des possibilités de vivre ensemble tellement « merveilleuses. » Dieu crée l’homme et la femme en vue de cette unité bienheureuse. C’est par une jalousie zélée que Jean et les autres disciples reprochaient à cette homme de ne pas être « avec eux. » Or, l’Esprit Saint suscite toutes sortes de belles œuvres qu’il nous faut discerner avec sérénité, elles sont nouvelles, leurs fruits vous les connaitrez dit Jésus. Nous demandons à Jésus la grâce de voir les personnes et les actions avec ses yeux et selon son cœur et non selon les apparences, et surtout la sagesse de ne pas empêcher quelqu’un de faire du bien pour son Eglise. Rassemblés autour des pauvres, nous sommes les frères et les sœurs de ceux qui portent dans leur cœur un grand désir d’unité et de témoignage du désir de Dieu d’unir ses enfants.

Nous demandons la grâce de travailler à l’unité des enfants de Dieu dispersés.

Vos témoignages

  • 28 septembre 2015 10:04

    Un si beau regard sur Jésus, les pauvres. Merci encore Père Gilbert de m’ aider à considérer Jésus à cette lumière. C’est léger et cela me fait du bien.