Dimanche 15 janvier 2017

Lundi de la 2e semaine, année impaire

 Les invités de la noce pourraient-ils jeûner, pendant que l’Époux est avec eux ?

He. 5, 1-10 Ps. 109 Mc. 2, 18-22

  • Le lundi 16 janvier 2017 iCal
    Semaine 2 : Lundi de la 2e semaine, année impaire

"Comme les disciples de Jean le Baptiste et les pharisiens jeûnaient, on vient demander à Jésus : « Pourquoi, alors que les disciples de Jean et les disciples des pharisiens jeûnent, tes disciples ne jeûnent-ils pas ? »

Jésus leur dit : « Les invités de la noce pourraient-ils jeûner, pendant que l’Époux est avec eux ? Tant qu’ils ont l’Époux avec eux, ils ne peuvent pas jeûner. Avec Jésus, nous entrons dans une ère nouvelle. Jésus change le monde, seule une société nouvelle pourra supporter la nouveauté de Dieu. Le vin nouveau des noces, c’est « la Bonne Nouvelle. » C’est un besoin urgent de changer le monde. Déjà on se préoccupe des pauvres et des exclus, la Bonne Nouvelle leur est annoncée. La vie avec Jésus est une grâce, elle nous fait retrouver le bonheur de notre vie. Quand la noce commence, on ne se met pas à jeûner. Les disciples de Jésus s’adaptent à l’œuvre de Dieu qui nous sauve. C’est le temps de la joie pour les amis de l’époux, c’est avant tout le temps de se réjouir. Nous avons besoin de nouveaux moissonneurs pour récolter la nouvelle moisson que sont les pauvres et les exclus. Jésus, Dieu qui nous sauve, nous invite à vivre dans sa compagnie, dans l’amour. Il est l’ami de notre cœur, qui a pris notre nature humaine. Nous pouvons le regarder, le contempler, nous pouvons nous retrouver en lui. Il nous invite à vivre de cet amour qui nous vient de Dieu, dans la foi et dans l’espérance. Jésus nous régénère fondamentalement. Nous sommes redevenus enfants de Dieu avec le Christ, dans le mystère de l’Incarnation.

"Jésus répondit : « Les compagnons de l’époux peuvent-ils jeûner pendant que l’époux est avec eux ? Tant qu’ils ont l’époux avec eux, ils ne peuvent pas jeûner." Jésus, que le Père engendre à chaque instant, reçoit tout du Père, et en toutes circonstances son Père proclame : « Tu es mon fils, mon Bien Aimé, moi, aujourd’hui, je t’ai engendré. » Jésus nous réintègre dans la filiation, cette vie nouvelle en lui. Il annonce un nouveau jeune lié à la Passion de sa propre vie. En effet, Jésus n’est pas accueilli ! Rejeté par les scribes et les grands prêtres, il va manifester son amour. Il est pour nous, et nous sommes en lui. Dans sa Passion, Jésus transforme fondamentalement notre vie. Il a appris l’obéissance par les souffrances de sa passion. Il est le Christ, l’unique Grand Prêtre, le Fils du Père. Aux jours de sa vie mortelle, il a présenté, avec un grand cri et dans les larmes, sa prière et sa supplication. Il a pris notre place pour demander le pardon de nos péchés et pour nous délivrer de la mort. C’est dans celle-ci que va se situer le nouveau jeune ! Quand nous serons là, avec lui, pour le salut de nos frères, alors nous serons dans le jeune. C’est ainsi que Jésus profile le nouveau jeune, les souffrances de la passion que vont partager ses amis.

Personne ne raccommode un vieux vêtement avec une pièce d’étoffe neuve ; autrement le morceau neuf ajouté tire sur le vieux tissu et la déchirure s’agrandit. Ou encore, personne ne met du vin nouveau dans de vieilles outres ; car alors, le vin fera éclater les outres, et l’on perd à la fois le vin et les outres. À vin nouveau, outres neuves. » Raccommoder du neuf sur du vieux apportera une surprise au lavage, le raccommodage n’aura pas tenu. Ce sera alors de plus grandes déchirures, bien pires que le premier accroc. Nous sommes dans le temps où il nous faut changer pour recevoir l’Évangile qui est là. Il nous faut revêtir le Christ. Jésus, par la parabole du vin nouveau et des vieilles outres, redit le même message. Mettre du vin nouveau dans de vieilles outres, c’est la catastrophe : on ne retrouve ni vin ni outres. Jésus voit dans le vin nouveau le symbole de l’Évangile, le signe de la nouveauté absolue qu’il apporte. Les invités de la noce vivent au cœur de l’Eucharistie. La grâce de Jésus nous donne à la fois le contenu et le contenant. Au festin des noces, nous avons part à son Corps, nous sommes baignés dans son Sang pour une nouvelle régénération. Les invités de la noce pourraient-il jeûner pendant que l’Époux et avec eux ? Le changement que Jésus est venu introduire dans notre existence est fondamental. La proximité de Jésus, sa compagnie, son amour sont là. Notre seul souci est de demeurer dans cet amour infini de Dieu, une dimension toute nouvelle est introduite dans notre vie.

Nous demandons la grâce de recevoir cet amour infini pour intercéder dans l’humanité.

Vos témoignages

  • pierre 16 janvier 2017 11:27

    Pour nous, interceder pour autrui n’est pas facile, nous sommes tiraillés entre nos passions humaines et la Sienne Divine qui nous effraie. Mais Lui a renoncé à tout pour nous, et sans hésitation, car il est Homme et Dieu.

    L’intercession des laïcs rejoint celui des prêtres qui s’inscrit dans celui de Jésus qui inclus toute l’église.

    Le bénéfice de Son Amour surabondant nous renvoi vers les autres pour les inviter au repas de noces de l’agneau pascal.

    C’est le don de Sa vie Divine qui nous fait passer de la vie humaine, fragile, hésitante, limitée par la crainte de la mort, vers l’Amour infini et la vie dans L’Esprit Saint.

  • Norbert 16 janvier 2017 07:17

    La nouvelle moisson : le pauvres et les exclus. Aller vers la périphérie nous dit notre Berger François. Esprit, Saint, convertis-nos cœurs, déjà pour voir, compatir et vivre de Ton Saint Amour Miséricordieux.

  • 19 janvier 2015 11:49

    Père Gilbert, Cela veut t’il dire que jésus nous invite à une vie nouvelle ? Est ce que la prière est fortifiée par le jeune ?

    • Lundi de la 2e semaine, année impaire 19 janvier 2015 12:02, par Père Gilbert Adam

      Ma chère Helene,

      Combien aujourd’hui sont dans des situations de jeune permanent, quel qu’en soient les raisons !!!

      Le jeune, bien compris, nous provoque au partage aves ceux qui n’ont rien, ça, c’est le vrai jeune qui est une prière fervente à notre Dieu.

      « Ce changement que Jésus est venu introduire dans notre existence est fondamental, les invités de la noce pourraient-il jeûner pendant que l’Époux et avec eux ? Cette proximités de Jésus, sa compagnie, son amour partout ou nous vivons est là. Notre seul souci est de demeurer dans l’amour infini de Dieu, une dimension toute nouvelle est introduite dans notre vie, nous demandons à Jésus la grâce d’être totalement renouvelés. »