Lundi 8 août 2016

Lundi de la 30e semaine, année paire

Jésus voit une femme toute courbée ! « Femme, dit-il, te voilà délivrée de ton infirmité. »

Ep. 4, 32-5,8 Ps. 1 Lc. 13, 10-17

  • Le lundi 24 octobre 2016 iCal
    semaine 30 : Lundi de la 30e semaine, année paire

« Or Jésus enseignait dans une synagogue le jour du sabbat. Et voici qu’il y avait là une femme toute courbée. Jésus lui dit : « Femme, te voilà délivrée. »

"La voyant, Jésus l’interpella et lui imposa les mains. Et, à l’instant même, elle se redressa, et elle glorifiait Dieu." Nous contemplons Jésus dans sa compassion pour la souffrance de l’humanité. Son attention aux plus faibles lui fait remarquer cette femme qui devait humblement se cacher. La puissance du Verbe Eternel de Dieu interpelle et chasse l’Esprit du Mal. Cette femme qui est courbée, Jésus nous dit que c’est un démon qui la tenait ainsi courbée depuis dix-huit ans. Elle est l’image de l’humanité avant sa venue, écrasée par toutes les puissances qui dominent le monde. Cette femme manifeste aussi en nous, ce qui est écrasé par le poids de notre propre péché, ce qui est soumis au monde et à ses convoitises. Jésus n’attend pas que cette femme lui demande la guérison. Il agit quand il voit l’humanité soumise au péché, écrasée par le poids des puissances démoniaques qui pèsent sur elle. Cette femme se relève, c’est la résurrection de Jésus qui s’exprime déjà. Avec le Christ, elle peut se tenir debout devant le Père, elle peut contempler Dieu face à face. Elle qui ne pouvait même pas lever le regard vers Jésus pour qu’il la sauve. La guérison qu’opère Jésus est le signe de la puissance de sa Résurrection anticipée dans la misère de cette femme courbée sous le poids du démon.

"Cette femme, une fille d’Abraham que Satan avait liée ! « Comme il disait cela, tous ses adversaires étaient remplis de confusion, » tandis que toute la foule était dans la joie de toutes les choses magnifiques qui arrivaient par lui. Nous retrouvons l’affrontement des autorités religieuses qui conduiront Jésus à la Passion et à la Croix. Cet adversité qui parcourt l’Evangile, tourne autour de la hiérarchie des commandements. « Cette femme, une fille d’Abraham que Satan avait liée, » Jésus la guérit sans lui demander de consentement. Il l’a remise debout pour être la louange de son Créateur. Ce récit est une perle qui renvoie la lumière de façon extraordinaire. Nous sommes devant le mystère de la souffrance de Jésus qui prend sur lui la souffrance de l’humanité. Jésus délie cette femme, mais il sera lié sur le bois. C’est le risque qu’il prend en déliant cette femme. Les mains qui ont délié seront liées sur la croix. Jésus l’accepte, par amour pour nous. Nous savons combien nos liens, nos entraves ont besoin de délivrance. Cette délivrance passe par Jésus le Sauveur, par l’Esprit Saint qui nous est donné. « La foule était dans la joie à cause de toutes les actions éclatantes qu’il faisait. »

« Mais le chef de la synagogue, indigné de ce que Jésus eût fait une guérison le sabbat, prit la parole et dit à la foule : « Il y a six jours pendant lesquels on doit travailler ; venez donc ces jours-là vous faire guérir, et non le jour du sabbat ! » Si le chef de la synagogue est très poli, il est dangereux, car au lieu de s’en prendre au Christ qui a Lui-même pris l’initiative de guérir, il reproche à cette pauvre femme d’être venue à la synagogue pour se faire guérir un jour de sabbat. Jésus lui répond que Dieu regarde l’humanité avec tellement de bonté et de miséricorde. Il fait que cette femme puisse se redresser, être dans la pleine liberté que Dieu veut pour elle, qu’elle puisse se tenir debout, face à son Dieu, dans la puissance de la Résurrection, pour chanter et louer Dieu. Jésus se manifeste comme le Sauveur attendu, venu délivrer l’humanité par ses gestes d’amour. L’Esprit de Dieu a accompagné cette femme à la synagogue pour la prière. L’Esprit saint doit animer notre prière comme il animait la vie de Jésus. Il anime maintenant la vie de cette femme remise debout, c’est l’Esprit qui ressuscite. Jésus travaille l’humanité qui veut être remise debout et l’Esprit Saint affirme à notre esprit que nous sommes enfants de Dieu.

Nous demandons la grâce d’être dans la joie des actions éclatantes que Jésus fait encore aujourd’hui.

Vos témoignages

  • Krystyna 27 octobre 2014 15:58

    Merci pour cette belle homélie,c’est vrai,on vie dans un monde plein mensonges et jalousie. Mes il à encore les gens bien « heureusement » Tout ça nous laisse à réfléchir .

    Je vous souhaite Père Gilbert une bonne fin journée

    Krystyna

    • Lundi de la 30e semaine, année paire 27 octobre 2014 20:09, par Père Gilbert Adam

      Oui ma chère Krystyna,

      « il y a encore des gens bien, « heureusement »

      Nous sommes devant le mystère de l’humanité souffrante, bafouée, humiliée et paralysée.

       » Tout cela nous laisse à réfléchir ."

      Jésus notre Sauveur est là, nous mettons toute notre confiance en lui.

      Quand Jésus la voit ; il ne supporte pas ce mal ! « "Femme, dit-il, te voilà délivrée de ton infirmité. »

      Merci Krystyna

  • Krystyna 27 octobre 2014 10:28

    Merci pour cette belle homélie,c’est vrai, on vie dans un monde plein mensonges et jalousie. Mes il à encore le gens bien heureusement.Tu ça nous laisse à réfléchir et priée. Je Vous souhaite une bonne journée Krystyna