Dimanche 5 novembre 2017

Lundi de la 31e semaine, année impaire

heureux seras-tu, parce qu’ils n’ont rien à te donner en retour

Rm. 11, 29-36
Ps. 68
Lc. 14, 12-14

  • Le lundi 6 novembre 2017 iCal
    semaine 31 : Lundi de la 31e semaine, année impaire

Jésus disait aussi à celui qui l’avait invité : « Quand tu donnes un déjeuner ou un dîner, n’invite pas tes amis, ni tes frères, ni tes parents, ni de riches voisins ; sinon, eux aussi te rendraient l’invitation et ce serait pour toi un don en retour."

Nos relations sont à base d’échange, l’une des parties prend l’initiative libre du don, l’autre partie accuse réception puis entreprendra plus tard le contre-don. C’est ainsi que chacun peut s’ouvrir à l’autre, le reconnaître, et faire croître l’échange. Pour bâtir un avenir commun, nous ne minimisons pas l’importance de la réciprocité qui constitue un premier niveau de relations, d’échanges. Jésus nous invite bien au-delà, en donnant librement, sans la moindre perspective de retour. L’expérience d’une gratuité faite à notre égard, qui se fonde sur la gratuité de Dieu notre Père, est déterminante dans l’Evangile. Le geste que nous posons est un témoignage de reconnaissance envers ce que nous avons reçu de Dieu. Donner gratuitement, parce que nous avons reçu gratuitement. C’est bien ce que Jésus a vécu dans sa vie terrestre, un don sans retour à la générosité de son Père. Pierre et Jean disent à l’infirme de la Belle Porte au début des Actes des Apôtres : « D’or et d’argent nous n’en avons point, mais ce que nous avons, nous te le donnons : Au nom de Jésus Christ lève-toi et marche. »

"Au contraire, quand tu donnes une réception, invite des pauvres, des estropiés, des boiteux, des aveugles ;" Pour entrer dans cette perspective tracée par Jésus dans l’Evangile, il nous faut d’abord réaliser tous les bienfaits que Dieu nous a faits et qu’il ne cesse de nous faire. De cette reconnaissance, pourra émerger une générosité véritable envers nos frères. Il s’agit d’être pleinement reconnaissant de tous les bienfaits reçus, afin de pouvoir aimer et servir en tout nos frères. Partager la table avec les pauvres nous remet en effet à un niveau humain fondamental, sinon nous restons au niveau de la politesse, un niveau très extérieur. Notre condition humaine est révélée en face du pauvre, de l’estropié, du boiteux et de l’aveugle. L’humanité est ignorante de cela car elle est esclave de ses passions et de son orgueil, c’est sa souffrance. Les souffrants qui connaissent leurs infirmités n’ont qu’un seul recours qui est Dieu. Jésus dit : « Invite-les à ta table. » Nous pouvons comprendre que la compagnie du « pauvre extérieur » à nous, permet par effet de miroir, de nous reconnaître dans notre pauvreté et notre misère. Nous accueillir ainsi, c’est déjà être sauvés et être invités à la table de Dieu ! Nous sommes émerveillés devant les « profondeurs de la richesse et de la science de Dieu ! Ses décisions sont insondables, ses chemins sont impénétrables. »

"heureux seras-tu, parce qu’ils n’ont rien à te donner en retour : cela te sera rendu à la résurrection des justes. » Jésus, le Fils unique du Père, a été au-delà de tout Don. A la suite du Père : « Ayant aimé les siens qui étaient dans le monde, il les aima jusqu’au bout, » Jésus prendra le pain et dira : « C’est mon Corps livré pour vous », il prendra le vin et dira : « C’est mon Sang qui est versé pour vous. » C’est au moment où Jésus prend sur Lui nos pauvretés, notre péché, nos blessures avec nos aveuglements. Il fait d’un lieu de douleurs un lieu de bénédictions. C’est un renversement fondamental, nous sauver à tout prix. Jésus énonce l’expérience d’une béatitude : « Tu seras heureux, parce qu’ils n’ont rien à te rendre. » Il s’agit d’une grande fête, un festin de noces ! « Si tu invites à ta table des pauvres, tu seras béni. » C’est pour les pauvres et les malades que Jésus est venu. La fréquentation des pauvres nous réintroduit au plus profond de nos vies. Nous sommes dans la joie parce que Dieu est notre seule lumière, notre salut. Si le pauvre est à ma table, il exulte, il est heureux, il est joyeux, il est un lien avec le Royaume de Dieu qui est gratuit ! L’attitude du pauvre nous fait entrer dans la résurrection de Jésus, dans le salut. L’expérience de la pauvreté nous fait entrer dans la joie de Dieu ! Pour avoir accès à notre cœur, il nous faut être dans la vérité. Le Père qui nous invite à sa table est plein d’amour.

Nous demandons la grâce d’entrevoir ce mystère au festin eucharistique pour faire de notre vie un chemin d’amour.

Vos témoignages

  • Aurelie Rodrigues 6 novembre 2017 08:31

    Merci Seigneur de me faire comprendre ma petitesse. Merci aussi de m’illuminer sur mon prochain et me montrer « l’etranger » est mon frère .Dieu d’Amour et de Misericorde Je t’aime.

  • Matthias 5 novembre 2017 20:47

    Jésus cherche toujours notre liberté, et connaît les secrets du cœur de celui crée par Dieu. Qui pourrait croire que c’est en donnant librement qu’on reçoit, qu’on est libéré ? Merci Jésus pour le don de ta Parole, Elle est vérité et resplendit dans les ténèbres du monde.