Dimanche 12 novembre 2017

Lundi de la 32e semaine, année impaire

« Augmente en nous la foi ! »

Sg. 1, 1-7
Ps. 138
Lc. 17, 1-6

  • Le lundi 13 novembre 2017 iCal
    semaine 32 : Lundi de la 32e semaine, année impaire

"Jésus disait à ses disciples : « Il est inévitable que surviennent des scandales, des occasions de chute ; mais malheureux celui par qui cela arrive ! »

Il vaut mieux qu’on lui attache au cou une meule en pierre et qu’on le précipite à la mer, plutôt qu’il ne soit une occasion de chute pour un seul des petits que voilà. En marche vers Jérusalem avec Jésus, nous prenons conscience de l’amour infini de Dieu qui nous est donné dans le combat de Jésus. Il nous faut entrer dans cet amour pour devenir amour. L’adversaire va s’abattre sur nous comme il s’est abattu sur Jésus. Il nous faut consentir au réel, quitter notre représentation des choses pour dire oui à une vie renouvelée et plus pauvre. Des évènements cruels peuvent surgir entre notre aspiration au bien, ce qui compte pour nous, et la réalité. La souffrance dans laquelle nous sommes peut atteindre notre capacité à croire, à espérer, à nous ouvrir à l’autre. Nous nous sentons près à défaillir en notre être, niés, bafoués en notre être. Il s’agit d’accueillir la réalité et de voir comment avancer de nouveau sur la terre des vivants. Quand nous avons rencontré Jésus dans son amour vivant, nous supplions l’Esprit Saint de devenir amour en nous pour pardonner sans cesse.

"Prenez garde à vous-mêmes ! Si ton frère a commis un péché, fais-lui de vifs reproches, et, s’il se repent, pardonne-lui." Même si sept fois par jour il commet un péché contre toi, et que sept fois de suite il revienne à toi en disant : “Je me repens”, tu lui pardonneras. » Il nous faut, avec Jésus, entrer dans une attitude qui dépasse nos propres capacités humaines, et qui nous appelle à nous situer autrement dans la réalité. Cela nécessite une vigilance dans l’orientation de notre volonté. Il nous faut être attentifs à tout. Jésus nous appelle à l’attention envers notre propre cœur pour contribuer à rendre possible la construction de l’unité entre nos frères. Parler, dire les choses, et si c’est nécessaire offrir le pardon à l’autre. Jésus nous invite à prendre le point de vue de Dieu notre Père qu’il va manifester dans sa Passion. Des sources surabondantes de grâce vont nous être données dans le pardon ainsi exercé. Nous assumons les combats venant de l’extérieur comme les combats venant de l’intérieur. Rester vulnérable, doux et humble, en toute circonstance empêche notre imaginaire de prendre le pas sur la réalité.

"Les Apôtres dirent au Seigneur : « Augmente en nous la foi ! » Le Seigneur répondit : « Si vous aviez de la foi, gros comme une graine de moutarde, vous auriez dit à l’arbre que voici : “Déracine-toi et va te planter dans la mer”, et il vous aurait obéi. Jésus nous projette loin. Il nous a sauvé sur l’arbre de la Croix, planté dans la mer du péché, de la trahison pour que la vie s’impose par sa splendeur. Le reconnaître, c’est vivre à partir du Don de son Amour immense. Que tout soit Eucharistie, que notre action ne soit plus qu’action de grâce. Chaque épreuve est un appel à rejoindre le Christ de la Croix où surgit en nous le frère de Jésus. La présence de Jésus, l’amour de Dieu, la Lumière dont nous avons besoin ne nous manquera jamais. Un véritable amour s’édifie dans la vérité. La foi est notre plus grand combat dans la nuit de notre vie, nous ne voyons pas Dieu, nous croyons en lui. L’Esprit Saint qui avait conduit Jésus au désert est notre force et notre lumière. Il est celui qui imprime dans notre vie, la vie de Jésus. Il faut que nous ayons le courage de nous dire les uns aux autres ce qui nous fait mal, ce qui nous blesse pour ne pas entrer dans le scandale. L’autre a ainsi la possibilité de pardonner et de se rectifier, même si c’est sept fois par jour.

Nous demandons la grâce de grandir dans la foi qui est un don de Dieu.

Vos témoignages

  • pierre 13 novembre 2017 16:45

    Le don de Dieu est à la mesure du Créateur et dépasse nos limites. C’est pourquoi nous avons tous besoin de Lui pour combler notre incapacité à le suivre.

    En Jésus nous trouvons le Sauveur qui rejoint notre faiblesse, pour nous en délivrer. C’est Lui qui commence à Pardonner sans attendre, quand nous attendons encore, dans notre mauvaise foi, un signe de bonne volonté pour atténuer la dureté de notre cœur, prisionnier d’une réciprocité mortifère, en comptant les points de part et d’autres.

    « Apprenez de moi que je suis doux et humble de cœur » nous dis Jésus, dans sa condition d’Agneau sans défaut et de Fils de Dieu, tandis que nous en restons à l’école de la vie durement gagnée, dur à la tâche et fier de nos apprentissages.

    La Parole de Jésus vient à point réveiller notre inconscience quand nous perdons l’esprit de fraternité qui nous fait vivre tous ensemble, sans que rien ne manque à chacun.

  • Bernice 12 novembre 2017 22:30

    Cette homélie reste pour moi quelque chose à garder et à chérir, tellement je la trouve imprégnée de Sagesse Divine et de réalités humaines.
    Quels trésors sont vos homélies, Père.
    Merci de partager votre expérience riche de compréhension humaine et de miséricorde divine.