Lundi de la 33e semaine, année paire

« Jésus lui dit : « Que veux-tu que je fasse pour toi ? » « Seigneur, dit-il, que je recouvre la vue ! » Jésus dit : « Recouvre la vue ; ta foi t’a sauvé. »
Dimanche 15 novembre 2020

Ap. 1, 1-5a ;2,1-5a Ps. 1 Lc. 18, 35-43

  • Le lundi 16 novembre 2020 iCal
    semaine 33 : Lundi de la 33e semaine, année paire

"Or il advint, comme Jésus approchait de Jéricho, qu’un aveugle était assis au bord du chemin et mendiait. Entendant une foule marcher, il s’enquérait de ce que cela pouvait être."

On lui annonça que c’était Jésus le Nazaréen qui passait." L’aveugle de l’Evangile pressent au fond de lui un appel vers la lumière. Les réalités de sa vie lui sont insupportables, sa cécité est difficile à vivre, alors il crie : « Jésus, Fils de David, aie pitié de moi. » Mais on veut l’arrêter, le faire taire. Alors il crie plus fort encore ! Jésus, dans sa personne, est la guérison qui nous est offerte, qui nous rapproche de lui. Ce cri vers la lumière se trouve en chacun de nous, mais nous l’étouffons, il est bon de nous en apercevoir pour crier nous aussi vers Jésus : "Jésus, Fils de David, aie pitié de moi !" La vie des saints est toujours marquée par un récit de conversion, une rencontre avec Jésus. La guérison intérieure nous est donnée au jour de notre baptême, c’est le don de la foi, de l’espérance et de la charité. Ces "vertus" sont efficaces dans la mesure où nous en prenons conscience pour les mettre en pratique. Jésus nous donne de devenir un "homme nouveau" qui se tourne librement vers le Sauveur. Alors nous mettons notre confiance en lui et nous nous engageons dans une alliance avec lui pour « le suivre. » Cette décision transforme notre manière d’être et d’agir, la Lumière éloigne la cécité.

"Ceux qui marchaient en tête le rabrouaient pour le faire taire, mais lui criait de plus belle : « Fils de David, aie pitié de moi ! » Jésus s’arrêta et ordonna de le lui amener. Quand il fut près, il lui demanda : « Que veux-tu que je fasse pour toi ? » « Seigneur, dit-il, que je recouvre la vue ! » Comme cet homme, nous avons besoin de Jésus pour nous remettre debout. Jésus écoute notre réalité douloureuse, il s’approche de notre être blessé. Il est le cœur qui sauve l’humanité dans la souffrance : « Que veux-tu que je fasse pour toi ? » Conscient de la misère qui nous habite, nous lui crions nous aussi : « Seigneur, fais que je voie. Seigneur, fais que j’entende ! Seigneur fais que j’écoute ! » Le monde invisible de l’Amour nous est offert par Jésus, dans ses sacrements et dans son Évangile. La foi est une lumière d’en haut qui éclaire notre intelligence, c’est aussi une force divine qui dynamise notre volonté pour nous engager dans la vie. Si nous accueillons le Salut, Jésus nous donne la foi qui nous permet de vivre notre vie chrétienne au milieu d’un monde matérialisé et indifférent. Croire, c’est reconnaître la présence de Jésus ressuscité, « le chemin, la vérité, la vie. » Nous demandons la grâce d’entendre encore la voix de Jésus.

"Jésus lui dit : « Recouvre la vue ; ta foi t’a sauvé. » Et à l’instant même il recouvra la vue, et il le suivait en glorifiant Dieu. Et tout le peuple, voyant cela, célébra les louanges de Dieu." Notre cœur risque de s’émousser, notre esprit de s’affadir, nos occupations reprennent souvent le dessus dans notre vie. Oubliant Dieu, nous oublions l’essentiel, et par le fait nous oublions notre frère qui a besoin de nous ! Elle est vivante la Parole de Dieu, elle est une Parole précieuse, liée à la bouche de Celui qui la donne, elle nous guérit. Nous voulons garder la Parole de Dieu dans notre cœur. Nous désirons rester en contact avec notre Source qui est Dieu. Il nous faut abandonner nos possessions et devenir comme cet homme qui courre vers Jésus, qui lâche son manteau pour être allégé. Dieu vient à notre aide et il nous sauve. Nous voulons nous mettre en route derrière Jésus ressuscité qui est vainqueur de la mort. Il est là, et c’est la relation d’Amour avec Lui qui doit toujours l’emporter dans notre vie. Notre foi peut toujours grandir, Jésus veut que toute l’humanité soit sauvée.

Nous demandons à Jésus de guérir notre humanité afin que nous demeurions dans son amour.

Vos témoignages

  • pierre 16 novembre 2020 08:19

    L’Amour de Dieu pour tous les hommes nous guéris de nos maladies physiques, psychiques et spirituelles.

    En suivant Jésus selon notre perception de son enseignement nous oublions la tendresse de Jésus pour ceux qu’il inclus dans sa suite et nous tendons à baliser des chemins communautaires qui font écrans au plus démuni.

    Mais leur cri vers Jésus est plus digne de Foi que les comportements grégaires qui animent la foule.

    Bartimee l’aveugle immobile mais constant dans sa quête de l’essentiel ne laisse pas passer l’occasion d’exprimer sa demande avec le cri du cœur que Jésus reconnaît parmi le brouhaha de la foule qui le suit.

    Et nous aussi dans la multiplicité des sollicitions de notre cœur par le monde qui nous entoure nous perdons la sincérité vrai de l’aveugle qui ne voit pas « Jésus de Nazareth en marche vers Jérusalem » mais qui a reconnu en Lui « Le Fils de DAVID », l’héritier du Roi d’Amour pour son Peuple, qui s’avance pour inaugurer son Règne.

    Et ce règne est pour Bartimée « ce fils d’un homme honorable » ( étymologie de Bar Timé) par la grâce de Jésus déjà là dans son cœur, il se manifeste déjà bien avant la Résurrection de Jésus à Jérusalem par la guérison de cet homme pour en révéler en Lui ( en Bartimee ponctuellement comme en Jésus définitivement ) l’Amour Divin qui donne le sens de la Vie à tous.

    Quand nous perdons le sens de la Vie, Jésus entend nos gémissements intérieurs, et nous donne ce passage d’Evangile, une bonne nouvelle en chemin pour nous aider à aller plus loin, AVEC TON AMOUR agissant dans le secret des cœurs, à chaque instant.

    Merci Seigneur Jésus tu me (re) donnes encore la joie de te louer, de te rendre grâce avec tout ton peuple [que nul ne peut dénombrer], alors que dans mon aveuglement humain, je m’étais arrêté de cheminer avec les autres, en solitaire et en marge de la vie commune , ressassant un passé à présent sans avenir et aveuglé par ma faiblesse]

  • Denise Brouillette 19 novembre 2018 13:03

    Il s’approche de moi et Il me dit : « que veux tu que je fasse pour toi ? » Une demande si personnelle ’toi’. À moi est adressée cette demande. Quelle sollicitude, aujourd’hui, de la part de Jésus, à mon égard. Ma confiance en ses mots (que veux tu….toi) permets toutes les audaces. Bartimée ose et reçoit la bénédiction de son désir. Le miracle est !

    L’action de Jésus et la foi de l’aveugle. En cela, tout survient pour notre bien. Confiance et ferveur.

  • Pauline 19 novembre 2018 09:59

    Merci tellement Père pour vos paroles si encourageantes qui mènent à la vie de foi, espérance et Amour pour notre vie..

  • Odile 17 novembre 2014 18:17

    merci pour cette belle méditation, qui me fait du bien dans mon quotidien, aujourd’hui. Un encouragement à suivre Jésus jusqu’au bout ! Merci.

    • Lundi de la 33e semaine, année paire 17 novembre 2014 18:33, par Père Gilbert Adam

      Oui Odile,

      Nous voulons nous mettre en route derrière Jésus qui est vainqueur de la mort, qui est ressuscité, nourris de la Parole vivante, liée à la bouche de Celui qui la donne, et qui nous guérit. La Parole de Dieu est une parole précieuse, Dieu, aujourd’hui, vient à notre aide et Il nous sauve. Il est là et c’est son Amour, la relation d’Amour avec Lui qui doit toujours l’emporter dans notre vie.