Lundi 1er février 2016 — Dernier ajout dimanche 31 janvier 2016

Lundi de la 4e semaine, année paire

Ils arrivent auprès de Jésus et ils voient le démoniaque assis, vêtu et dans son bon sens, lui qui avait eu la Légion, et ils furent pris de peur.

2S 15, 13-30 Ps. 3 Mc. 5, 1-20

  • Le lundi 1 février 2016 iCal
    semaine 4 : Lundi de la 4e semaine, année paire

" Ils arrivèrent sur l’autre rive du lac, dans le pays des Géraséniens." Comme Jésus descendait de la barque, aussitôt un homme possédé d’un esprit mauvais sortit du cimetière à sa rencontre ; il habitait dans les tombeaux et personne ne pouvait plus l’attacher, même avec une chaîne

" Voyant Jésus de loin, il accourut, se prosterna devant lui et cria de toutes ses forces : « Que me veux-tu, Jésus, Fils du Dieu très-haut ? Je t’adjure par Dieu, ne me fais pas souffrir ! » Cet homme-là vit en marge, hors des villes et des hameaux, il ne pourrait vivre avec les autres que s’il était enchaîné. Exclu du corps social, cet homme vit aussi hors de son propre corps qu’il n’hésite pas à maltraiter à coups de pierre. Il a perdu son unité : un autre parle à sa place, un autre qui n’est même pas un mais plusieurs : « Mon nom est Légion, car nous sommes plusieurs »." Il y avait là, du côté de la montagne, un grand troupeau de porcs en train de paitre. Les esprits impurs suppliaient Jésus en disant : « Envoie-nous dans les porcs pour que nous entrions en eux ». Jésus permit aux esprits impurs d’entrer dans les porcs. Ils sortirent du possédé, entrèrent dans les porcs et le troupeau se précipita du haut de la falaise dans la mer. " Les gens des villes et des hameaux vinrent voir ce qui s’était passé. " Nous pouvons encore nous plonger dans ce mystère de souffrance humaine, elle est répandue dans le monde. Nous avons là comme l’extrême de la souffrance humaine, du "mystère d’iniquité," ainsi que l’appelle l’apôtre Paul, à l’œuvre dans la vie d’un homme. Tout ce qui peut être infligé par la méchanceté, par la perfidie du menteur à l’humanité est intolérable ! Jésus, le Sauveur du monde est venu nous en libérer. C’est la coupe de malédiction que Jésus absorbera dans son agonie et sa Passion ! Dans son cœur de Dieu, Jésus en fera surgir une coupe de bénédiction : le sang du Christ qui nous purifie et qui nous pacifie.

"Jésus lui disait : « Esprit mauvais, sors de cet homme ! » Et il lui demandait : « Quel est ton nom ? » L’homme lui répond : « Je m’appelle Légion, car nous sommes beaucoup. » Et ils suppliaient Jésus avec insistance de ne pas les chasser en dehors du pays." Les démons demandent d’entrer dans les porcs parce qu’ils ont bien l’intention de ne pas laisser échapper leur mainmise sur le pays ! Ce sont eux qui rendent l’homme impur, ce sont eux qui l’excluent des vivants et le font vivre avec les morts. Jésus veut les chasser du possédé dans lequel ils s’abritent, ainsi, ils resteront aux portes des lieux habités, toujours prêts à exercer leurs pouvoirs maléfiques sur ce pays. Mais ils sont floués, car, en se précipitant dans la mer, les porcs les emmènent hors du pays. Voilà nos démons sans lieu où habiter. Ils ne peuvent plus continuer à régner dans l’ombre. Etrange pays assurément que ce pays de l’autre côté de la mer. On y trouve des porcs, bêtes impures, en troupeau, gardés par des humains. Ainsi donc un homme habite avec les morts et des hommes vivent auprès de bêtes impures que d’autres hommes sans doute mangeront. Jamais une telle chose ne se verrait dans le pays que Jésus a quitté pour traverser la mer. Le porc est un animal impur qu’on n’élève pas, et les cimetières sont des lieux pour les morts qui rendent impurs.

"Arrivés auprès de Jésus, les habitants voient le possédé assis, habillé, et devenu raisonnable, lui qui avait eu la légion de démons, et ils furent saisis de crainte." Les témoins leur racontèrent l’aventure du possédé et l’affaire des porcs. Alors ils se mirent à supplier Jésus de partir de leur région. Comme Jésus remontait dans la barque, le possédé le suppliait de pouvoir être avec lui. Il n’y consentit pas, mais il lui dit : « Rentre chez toi, auprès des tiens, annonce-leur tout ce que le Seigneur a fait pour toi dans sa miséricorde. » Alors cet homme s’en alla, il se mit à proclamer dans la région de la Décapole tout ce que Jésus avait fait pour lui, et tout le monde était dans l’admiration." Cet évangile nous manifeste quelque chose des souffrances intérieures de l’humanité, quand elle fait corps avec le mal-être, la douleur qui l’étreint : Ces victimes sont encore là, aujourd’hui dans notre monde. C’est si souvent que j’entends dire :"Je suis moche, si vous saviez comme je suis moche," en Jésus, nous pouvons l’entendre pour le lui remettre afin d’obtenir la guérison. Cet homme est devant Jésus, il ne se déchire plus avec des pierres et il est habillé, comme un vivant ; il a retrouvé possession de son esprit, lui qui était possédé par des esprits. Jésus l’envoie vers les siens : « Va dans ta maison auprès des tiens et rapporte-leur tout ce que le Seigneur a fait pour toi dans sa miséricorde ». " Jésus a chassé les démons du pays, dans la lutte qui les a opposés, ils ne sont pas renvoyés dos à dos, c’est Jésus qui gagne, il laisse quelqu’un au pays, quelqu’un qui habitera sa maison et qui rapportera aux siens tout ce que le Seigneur a fait pour lui.

Nous demandons la grâce de demeurer si fort en Jésus qu’il puisse aujourd’hui encore faire son œuvre de guérison par nous.