Dimanche 17 avril 2016 — Dernier ajout vendredi 15 avril 2016

Lundi de la 4e semaine de Pâques

« Jésus dit : je suis la porte. Si quelqu’un entre par moi, il sera sauvé ; il entrera et sortira, et trouvera un pâturage. »

Ac. 11, 1-18 Ps. 41 Jn. 10, 1-10

  • Le lundi 18 avril 2016 iCal
    4e semaine de Pâques : Lundi de la 4e semaine de Pâques

"Je suis le bon pasteur ; le bon pasteur donne sa vie pour ses brebis.

Le mercenaire, qui n’est pas le pasteur et à qui n’appartiennent pas les brebis, voit-il venir le loup, il laisse les brebis et s’enfuit, et le loup s’en empare et les disperse. C’est qu’il est mercenaire et ne se soucie pas des brebis." Celui qui entre par la porte, c’est lui le pasteur, dit Jésus. La rencontre se révèle authentique parce qu’il n’y a aucune effraction, elle se fait dans la douceur. Jésus me parle simplement, naturellement, il ne force rien en moi. Sa parole est patiente, légitime, simple, douce. Toute autre parole serait de fait rejetée, parce qu’elle ne respecterait pas la nature, nous sortant de nous-même, et nous perdant. Les images du « bon pasteur, » et de la « porte, » posent des bases concrètes pour suivre Jésus notre bon pasteur, et rejeter ce qui n’est pas de Lui. L’image du berger qui mène paître son troupeau dans les bons pâturages depuis toujours est si belle, les brebis ont le sens de leur berger, si un inconnu pénètre dans le troupeau, il affole tous les moutons ! Dès que le bon berger arrive, de loin les brebis le reconnaissent, elles viennent à sa rencontre. Jésus est l’Agneau de Dieu qui révèle le vrai Berger, le Père invisible ! C’est l’Esprit Saint qui ouvre notre cœur fidèle, l’Esprit Saint habite en nous, il nous donne d’écouter la Parole de Dieu. Pour que l’Amour nouveau apporté par Jésus soit reçu, il nous faut, par l’Esprit Saint, le laisser entrer dans notre vie pour qu’il épouse toute notre existence.

"Je suis le bon pasteur ; je connais mes brebis et mes brebis me connaissent, comme le Père me connaît et que je connais le Père, et je donne ma vie pour mes brebis. Dans cet Evangile, Jésus nous dit comment nous pouvons nous disposer intérieurement à le recevoir. La parole qu’il nous adresse se distingue des autres parce qu’elle ne nous violente pas. Elle nous donne d’aller et venir à notre gré, elle permet à la vie de bouillonner en nous. Il suffit de la recevoir et de la laisser s’unir à notre intime qu’elle se révèle capable d’épouser étroitement. Le pasteur, la porte, sont des images qui posent les bases concrètes d’un discernement, pour suivre le bon pasteur. Marie, depuis le oui de l’Annonciation, a donné sa vie pour Jésus, elle l’a accueilli, elle a reconnu l’Agneau de Dieu dans sa faiblesse. Elle a découvert le mystère de sa vulnérabilité pendant toute sa vie, elle nous accompagne comme elle accompagnait Jésus. Comme le bon pasteur, elle donne sa vie pour ses brebis, elle nous aide encore à revivre le mystère de Jésus dans sa Passion et sa Résurrection en nous. Marie a reçu de Dieu la vie de l’Esprit Saint en plénitude d’une manière étonnante, à la Passion de Jésus, le bon berger l’a conduite aux sources de l’eau vive, il nous a donné à elle, et à sa suite, elle donne sa vie comme le Bon Pasteur, et elle nous apprend la petitesse et l’humilité.

J’ai encore d’autres brebis qui ne sont pas de cet enclos ; celles-là aussi, il faut que je les mène ; elles écouteront ma voix ; et il y aura un seul troupeau, un seul pasteur ; c’est pour cela que le Père m’aime, parce que je donne ma vie, pour la reprendre. Personne ne me l’enlève ; mais je la donne de moi-même. J’ai pouvoir de la donner et j’ai pouvoir de la reprendre ; tel est le commandement que j’ai reçu de mon Père. » Quand Jésus a conduit dehors toutes ses brebis, il marche à leur tête, et elles le suivent, car elles connaissent sa voix. Ce qui nous fait avancer ensemble, c’est la voix, la parole avec sa dimension incarnée, qui est là, présente, unissant le corps de ceux qui suivent. La vie que Jésus nous donne généreusement est sa Vie véritable pour qu’elle soit en nous. Le Christ Ressuscité étend son règne d’amour dans nos cœurs qui le choisissent. Bon Pasteur, il nous inspire, pour que nous puissions le suivre dans le grand mouvement d’amour nouveau qui nous conduit vers le Père. Jésus nous ouvre à la liberté de sa propre vie, une vie qu’il donne généreusement pour que la Vie véritable soit en nous. Jésus manifeste ainsi l’Amour du Père qui donne son Fils à Marie. Elle reconnait dans la nuit de la foi, qu’il est son bon « pasteur » et elle lui fait une confiance infinie.

au Nous demandons la grâce d’entendre la voix de Dieu dans notre cœur, qu’elle nous transforme en enfants bien-aimés du Père.

Vos témoignages