Mardi 20 décembre 2016 — Dernier ajout lundi 12 décembre 2016

Lundi de la 7e semaine, année impaire

« Je crois ! Viens au secours de mon manque de foi ! »

Si.1, 1-10 Ps. 92 Mc. 9, 14-29

  • Le lundi 20 février 2017 iCal
    semaine 7 : Lundi de la 7e semaine, année impaire

"Il leur demanda : « De quoi discutez-vous avec eux ? »

Quelqu’un dans la foule lui répondit : « Maître, je t’ai amené mon fils, il est possédé par un esprit qui le rend muet ; cet esprit s’empare de lui n’importe où, il le jette par terre, l’enfant écume, grince des dents et devient tout raide. J’ai demandé à tes disciples d’expulser cet esprit, mais ils n’en ont pas été capables. » Un pauvre homme est là avec son fils possédé d’un esprit mauvais, il demande aux disciples de libérer mais sans résultat ! La détresse dans laquelle se trouve cet homme à propos de son fils est immense. La foule est dans l’attente. Jésus fait face à ce garçon. Une question de Jésus permet à ce père de parler. C’est le premier acte de la guérison. Jésus lui permet de déposer sa souffrance et d’être écouté. Une autre question relance la parole et amène cet homme à crier un appel au secours. Jésus lui a permis de crier son désir car rien ne peut se faire sans désir. Jésus écoute cet homme qui lui emmène son enfant : « L’esprit mauvais s’empare de lui, n’importe où, il le jette par terre, l’enfant écume, grince des dents, il devient tout raide. » Jésus est rempli de tristesse car les disciples n’ont pas libéré cet homme ! « Combien de temps devrai-je vous supporter, dit-il ! » Il nous faut croire vraiment en Jésus qui nous sauve, vivant en nous et agissant pour sauver l’humanité mais nous demeurons aujourd’hui encore dans nos habitudes, avec notre confiance en nous-mêmes !

"Mais si tu peux quelque chose, viens à notre secours, par compassion envers nous ! » Jésus lui déclara : « Pourquoi dire : “Si tu peux”… ? Tout est possible pour celui qui croit. » Aussitôt le père de l’enfant s’écria : « Je crois ! Viens au secours de mon manque de foi ! » Jésus vit que la foule s’attroupait ; il menaça l’esprit impur, en lui disant : « Esprit qui rends muet et sourd, je te l’ordonne, sors de cet enfant et n’y rentre plus jamais ! » « Si tu peux…dit-il ! » Jésus rebondit sur la parole de cet homme. C’est le pouvoir de la foi qui permet à Jésus d’agir : « Tout est possible à celui qui croit. » ne nous aide pas à le déterminer. Nous sommes renvoyés à la foi de Jésus en cet homme qui croit : « Ta foi t’a sauvé. » En ce père est la source de la guérison de son enfant. « Je te l’ordonne sors de lui…le prenant par la main, Jésus le releva et il se tint debout. » Le menteur qui le possède doit sortir de cet enfant, car il l’empêche d’être lui-même. La sortie est douloureuse, elle semble provoquer la mort de ce qui l’empêchait de vivre. Cette guérison est une résurrection. Relever, se tenir debout sont des mots qui disent la résurrection. Jésus rend la vie à cet enfant, sa vie, car c’est pour cela qu’il est venu : « Je suis venu pour qu’on est la vie. » Cet homme repart avec son enfant dans une grande joie. Jésus a mis à notre disposition ce trésor incroyable de guérir l’humanité, ce trésor est celui de son Amour infini.

Quand Jésus fut rentré à la maison, ses disciples l’interrogèrent en particulier : « Pourquoi est-ce que nous, nous n’avons pas réussi à l’expulser ? » Jésus leur répondit : « Cette espèce-là, rien ne peut la faire sortir, sauf la prière. » La prière nous fait habiter le cœur de Dieu et nous met en même temps en compassion avec la détresse de nos frères. Cette prière fait de nous « un peuple de prêtres, de prophètes et de rois. » Habitant le cœur de Jésus, nous pouvons venir au secours de l’humanité. Nous entrons en compassion avec elle, la vie de Dieu peut alors s’épanouir au maximum. La même puissance d’amour et de compassion de Jésus, le même Esprit de tendresse et de miséricorde nous sont donnés. Jésus veut vraiment que la vie divine s’épanouisse en nous. Sa présence nous redonne une espérance et un courage tout nouveau ! Nous aussi nous pouvons dire : "Oui, Seigneur, je crois, mais augmentes ma foi." C’est par nous qu’aujourd’hui Dieu vient au secours de nos frères, la puissance de Jésus est à l’œuvre pour faire la paix et apporter la présence de Dieu qui nous sauve.

Nous demandons la grâce que l’Esprit Saint qui agissait en Jésus, agisse encore en nous.

En rejoignant les autres disciples, ils virent une grande foule qui les entourait, et des scribes qui discutaient avec eux. 15 Aussitôt qu’elle vit Jésus, toute la foule fut stupéfaite, et les gens accouraient pour le saluer. 16 19 Prenant la parole, Jésus leur dit : « Génération incroyante, combien de temps resterai-je auprès de vous ? Combien de temps devrai-je vous supporter ? Amenez-le-moi. » 20 On le lui amena. Dès qu’il vit Jésus, l’esprit fit entrer l’enfant en convulsions ; l’enfant tomba et se roulait par terre en écumant. 21 Jésus interrogea le père : « Depuis combien de temps cela lui arrive-t-il ? » Il répondit : « Depuis sa petite enfance. 22 Et souvent il l’a même jeté dans le feu ou dans l’eau pour le faire périr. 26 Ayant poussé des cris et provoqué des convulsions, l’esprit sortit. L’enfant devint comme un cadavre, de sorte que tout le monde disait : « Il est mort. » 27 Mais Jésus, lui saisissant la main, le releva, et il se mit debout. 28