Samedi 21 janvier 2017

Lundi de la 5e semaine de Carême

Jésus lui dit : « Moi non plus, je ne te condamne pas. Va, et désormais ne pèche plus. »

Dn. 13, 1…62
Ps. 22
Jn. 8, 1-11

Quant à Jésus, il s’en alla au mont des Oliviers. Dès l’aurore, il retourna au Temple. Comme tout le peuple venait à lui, il s’assit et se mit à enseigner.

Les scribes et les pharisiens lui amènent une femme qu’on avait surprise en situation d’adultère. Ils la mettent au milieu, et disent à Jésus : « Maître, cette femme a été surprise en flagrant délit d’adultère. Or, dans la Loi, Moïse nous a ordonné de lapider ces femmes-là. Et toi, que dis-tu ? » Jésus nous donne une définition de Lui-même qui remplit de sens la vie de ceux qui, comme nous, veulent Le suivre en dépit de leurs imperfections : « Je suis la lumière du monde. » La personne de Jésus, ses enseignements, sa vie sont une lumière qui éclaire toute notre existence, dans les bons moments comme dans les souffrances et les contradictions. L’Apôtre Saint Jean nous aide à comprendre le Mystère du Verbe Incarné. Dans l’Evangile, la contestation autour de Jésus se fait de plus en plus rude ! Il aurait fallu avoir foi en l’Incarnation de Jésus Fils de Dieu, dans la Divinité de Jésus que Marie garde dans le secret ! C’est l’origine de Jésus, vrai Dieu et vrai homme qui nous donne de connaître notre propre origine. La Parole qui nous est donnée aujourd’hui nous faut revenir à l’origine de notre foi, à notre existence chrétienne.

Ils parlaient ainsi pour le mettre à l’épreuve, afin de pouvoir l’accuser. Mais Jésus s’était baissé et, du doigt, il écrivait sur la terre. Comme on persistait à l’interroger, il se redressa et leur dit : « Celui d’entre vous qui est sans péché, qu’il soit le premier à lui jeter une pierre. » Il se baissa de nouveau et il écrivait sur la terre. La Parole de Dieu aujourd’hui révèle la tension qui se crée autour de Jésus, il se dit « Fils de Dieu, » c’est l’enjeu du combat qu’il mène. « S’il m’arrive de juger, mon jugement est vrai parce que je ne suis pas seul dit Jésus ! J’ai avec moi le Père qui m’a envoyé. » Ce langage est difficile à entendre aux Juifs : « Je sais d’où je viens et où je m’en vais, » dit encore Jésus qui vient du Père ! Nous avons dans l’Évangile, la réponse à nos questions quotidiennes, quelles que soit ce que nous vivons, quelles que soient les circonstances où nous nous trouvons : travail, relations avec les autres, relations avec Dieu, joies et peines. Nous aimons revenir à l’origine de notre foi en Jésus, nous cherchons ce que Jésus ferait dans notre situation. Marie, qui a conçu son Fils dans la Foi avant de le concevoir dans sa chair, est la seule personne qui peut dire le mystère de notre vie chrétienne car elle a porté Jésus dans sa chair ! Il nous faut revenir à l’Annonciation et retenir ces Paroles, les méditer longuement dans notre cœur et y adhérer pour découvrir notre origine dans la Foi : « Montre nous le Père, » Voilà le mystère ! Le Père a envoyé son Fils dans le monde pour qu’Il lui donne la vie.

Eux, après avoir entendu cela, s’en allaient un par un, en commençant par les plus âgés. Jésus resta seul avec la femme toujours là au milieu. Il se redressa et lui demanda : « Femme, où sont-ils donc ? Personne ne t’a condamnée ? » Elle répondit : « Personne, Seigneur. » Et Jésus lui dit : « Moi non plus, je ne te condamne pas. Va, et désormais ne pèche plus. » Pourquoi, Jésus qui fait tant de bien, cumule autour de lui une telle haine ? Nous voulons nous rendre attentifs à ce mystère en affirmant notre foi. Dans le monde qui l’ignore, nous risquons d’être contaminés et de ne plus voir la beauté du mystère de Jésus. Les pharisiens disent : « Il s’est dit Fils de Dieu ! » Ce sera l’objet de sa condamnation. Pour suivre Jésus dans le chemin de sa Pâque, il nous faut comprendre la raison pour laquelle Jésus est mis à mort. Il s’agit du mystère de l’Incarnation, de la venue de Dieu dans la chair. « Moi, dit Jésus, je sais d’où je suis venu. » Après la Passion, Il sera remis debout d’entre les morts. Il ressuscitera pour nous remettre dans la Vie. Nous affirmons que Jésus est remonté vers son Père. Jésus est la lumière, qui le suit « ne marchera pas dans les ténèbres, il aura la lumière de la vie. » Jésus nous invite à être aussi une lumière pour le monde ; A porter la lumière de l’espérance au milieu des violences, de la méfiance et de la peur de nos frères ; A porter la lumière de la foi au milieu de l’obscurité, des doutes et des interrogations ; A porter la lumière de l’amour au milieu de tant de mensonges, de rancœurs et de passions. Le Saint-Esprit éclaire nos intelligences à la réalité du mystère de l’Incarnation, ainsi se trouve éclairée notre Foi. Dans le cheminement de notre vie spirituelle, il nous faut d’abord prendre la mesure du Mystère de l’Incarnation pour adhérer au mystère de Jésus.

06
09

Nous demandons la grâce de nous convertir, de revenir à notre origine.

Vos témoignages

  • Laetitia 14 mars 2016 21:27

    Cette homélie est pour moi fondatrice, je vais la méditer longuement. Vous évoquez des réalités de la foi chrétienne d’une manière qui me parle, de l’Incarnation surtout.
    Je la méditerai pendant la semaine sainte, pour m’aider à prier Dieu Amour qui s’est fait humain pour nous sauver du péché.
    Un très grand merci, Père Gilbert, vos homélies me nourrissent beaucoup dans ma vie de foi, elles sont comme un phare.