Lundi 12 juin 2017

Mardi de la 10e semaine, année impaire

Vous êtes la lumière du monde.

2 Co. 1, 18-22
Ps. 118
Mt. 5, 13-16

  • Le mardi 13 juin 2017 iCal
    Semaine 10 : Mardi de la 10e semaine, année impaire

« Vous êtes le sel de la terre. Mais si le sel devient fade, comment lui rendre de la saveur ? Il ne vaut plus rien : on le jette dehors et il est piétiné par les gens.

« Vous êtes le sel de la terre. » Le sel est connu dans le monde entier. À toute nourriture, il donne goût et saveur, il assainit, conserve, vivifie. Nous connaissons bien sa symbolique biblique, il figure la sagesse, exprime l’amitié, traduit partout l’animation, la joie fraternelle, la vie. Il nous donne de savoir ce que nous avons à être et à devenir, ce que nous sommes au plus profond de nous. Il parle au monde de l’Amour dont le Père nous aime et il nous envoie : Personne n’avait parlé ainsi aux hommes : Vous êtes le sel de la terre. Marie est ce bon sel, elle est la première en chemin qui nous aide à comprendre que Dieu peut combler notre vie au-delà de toute espérance. Dans son oui total à l’Annonciation, elle accepte que Dieu puisse la ravir totalement, elle est ce sel de la terre. Notre oui, nous le donnons très vite, mais nous pouvons le reprendre car nous pensons que la créature peut combler notre vie. Nous attendons bien souvent des créatures ce que Dieu seul peut nous donner. Le oui de Marie à l’Annonciation est pourtant une épreuve de Foi, d’espérance et surtout d’Amour, mais elle met Dieu à la première place.

Vous êtes la lumière du monde. Une ville située sur une montagne ne peut être cachée. Et l’on n’allume pas une lampe pour la mettre sous le boisseau ; on la met sur le lampadaire, et elle brille pour tous ceux qui sont dans la maison. « Vous êtes la lumière du monde, » est la deuxième image employée par Jésus qui nous ouvre une perspective immense, presque démesurée. La parole qui nous est donnée chaque jour est une lumière. Une lumière est capable d’éclairer le monde entier ! Nous comprenons que c’est par son Amour que Jésus est Lumière du monde. En vérité, c’est par le Oui qu’il a prononcé une fois pour toute à son Père qu’il est cette Lumière. « Le Fils de Dieu, le Christ Jésus … n’a jamais été que oui dit" l’Apôtre Paul. Et toutes les promesses de Dieu ont trouvé leur oui dans sa personne. » On n’allume pas une lumière pour la mettre sous le boisseau, mais bien sur le lampadaire afin qu’elle éclaire tous ceux qui sont dans la maison. Nous sommes dans le mystère du oui de Jésus, dans le mystère de son Amour infini. Toutes les promesses de Dieu, réalisées dans le Messie, ont trouvé leur accomplissement dans le oui de Marie, dans sa personne. C’est en Jésus que ce oui s’origine et nous aimons magnifier ce oui de Marie. Elle est la mère de celui qui porte tout. Son oui est lumière de toujours à toujours.

De même, que votre lumière brille devant les hommes : alors, voyant ce que vous faites de bien, ils rendront gloire à votre Père qui est aux cieux. Cette lumière du monde se trouve dans notre oui à la volonté sainte de Dieu. C’est dans la nuit de la foi qu’il nous faut dire un oui total à la parole vivante de Dieu. Par ce Oui de Jésus au Père, Jésus sera fait le plus petit des enfants des hommes. Caché dans le sein de la femme et il descendra jusqu’à nous. Jésus dit un oui total à son Père sur la croix. Par sa mort, il vaincra la mort. Descendant dans la mort, son oui sera parfait, il nous délivrera de la peur de la mort. Si Jésus a été abaissé si bas, il a été glorifié d’une manière étonnante. Dans cet abaissement il nous relève pour toujours. Pour être lumière du monde avec Jésus, il nous faut être en communion avec Lui, dans sa personne, dans une communion d’amour permanente. Alors, notre oui réalisera les merveilles de Dieu, c’est le oui de la Résurrection. L’Eucharistie que nous célébrons nous le révèle de la manière la plus forte. En venant communier à son Corps et à son Sang, en participons à la Pâque du Seigneur Jésus, nous lui demandons de faire de notre vie un « oui », un oui d’amour. Le oui de Jésus est dans son silence éternel d’amour pour son Père, il est total.

Nous demandons la grâce que notre oui soit vraiment oui, quoi qu’il nous en coûte.