Mardi 7 juillet 2015

Mardi de la 14e semaine, année impaire

« Jésus parcourait toutes les villes et tous les villages, enseignant dans leurs synagogues, proclamant la Bonne Nouvelle du Royaume et guérissant toute maladie et toute infirmité. »

Gn 32, 23-32 Ps 16 Mt 9, 32-38

  • Le mardi 7 juillet 2015 iCal
    semaine 14 : Mardi de la 14e semaine, année impaire

« On présenta à Jésus un possédé qui était muet. Lorsque le démon eut été expulsé, le muet se mit à parler. La foule fut dans l’admiration, et elle disait : « Jamais rien de pareil ne s’est vu en Israël ! »

Mais les pharisiens disaient : « C’est par le chef des démons qu’il expulse les démons. » Jésus chasse les démons, il annonce la Bonne Nouvelle, il guérit les malades et les infirmes. Les signes de Jésus sont l’objet d’une interprétation qui peut être positive ou négative. Nous comprenons que "la foule soit dans l’admiration, et disent : « Jamais rien de pareil ne s’est vu en Israël ! » Cependant nous expérimentons aussi le refus des pharisiens dans ce grand combat du salut du monde : « C’est par le chef des démons qu’il expulse les démons. » Le même évènement ou la même parole peut susciter la colère, engendrer l’indifférence ou retourner complètement le cœur de ceux qui en sont témoins ! Les pharisiens qui contestent Jésus n’ont pas entendu le cri de Dieu dans la première alliance : "J’ai vu, j’ai vu la misère de mon peuple ! Déjà avec Moise nous entendions le cri de douleur de Dieu ! En envoyant Jésus, Dieu vient au secours de son Peuple. Dieu s’engage avec nous au risque de ne pas être reçu, mais ceux qui le reçoivent sont dans l’admiration ! C’est dans l’accueil de l’œuvre de salut de Jésus que nous pouvons être sauvés. Ce salut nous met en route et dans une remise unique de notre être nous demeurons dans le Dieu unique. C’est dans la relation à Dieu par la prière que nous œuvrons avec Jésus qui vit le combat contre les forces du mal dans le mystère de son agonie : « Seigneur non pas ma volonté, mais la tienne. »

"Jésus parcourait toutes les villes et tous les villages, enseignant dans leurs synagogues, proclamant la Bonne Nouvelle du Royaume et guérissant toute maladie et toute infirmité." Nous interrogeons l’ouverture de notre cœur, nous sommes comme la foule qui assiste aux guérisons, elle entend l’annonce de la Bonne Nouvelle et se laisse gagner par l’admiration, capables d’émerveillement devant l’œuvre de l’Esprit au cœur des hommes. Nous nous laissons porter avec gratitude par la multitude invisible de ces hommes et de ces femmes pour qui l’admiration du Christ a changé la vie. Nous apprenons d’eux à Le regarder et à L’entendre d’une manière nouvelle. La compassion habite le cœur de Jésus, avec Lui, nous sommes témoins, nous aussi, de la misère de nos frères. Par sa Présence, Jésus nous aide à être présents à toute détresse ! Nous sommes la Présence de Jésus dans le monde, « Jésus qui parcourt toutes les villes et tous les villages, proclamant la Bonne Nouvelle, guérissant toutes maladies. » La moisson est plus abondante et plus fructueuse quand les témoins de l’Evangile et ceux qui posent des signes du salut sont plus nombreux. Nous nous tournons maintenant vers le Père le suppliant d’envoyer des ouvriers à sa Moisson car cette présence de Dieu qui guérit l’humanité passe désormais par notre propre cœur !

"Voyant les foules, Jésus eut pitié d’elles parce qu’elles étaient fatiguées et abattues comme des brebis sans berger. Il dit alors à ses disciples : « La moisson est abondante, et les ouvriers sont peu nombreux." Priez donc le maître de la moisson d’envoyer des ouvriers pour sa moisson. » Jésus invite ses disciples à prier le Maître qu’il envoie des ouvriers pour la moisson. Nous sommes envoyés avec Jésus qui révèle son mystère d’Amour dans notre fidélité. Toute conversion passe par l’interprétation positive des signes de Dieu dans l’histoire des hommes et dans l’histoire personnelle de chacun, elle est perçue comme un message de Jésus qui me concerne et m’intéresse. Si Jésus a pris chair de la Vierge Marie, c’est pour faire « corps » avec toute notre réalité humaine, il est notre force. Aujourd’hui encore, voyant les foules, Jésus a pitié d’elles, parce qu’elles sont fatiguées et abattues comme des brebis sans berger. » Il nous faut accomplir la volonté de Dieu qui nous donne son Esprit Saint. Dans une grande détermination, avec Jésus, nous donnons notre vie pour que l’œuvre de sanctification de Dieu s’accomplisse dans le monde. La prière de Jésus nous accompagne tout au long de nos jours, et nous entrons dans « la suite de Jésus. » Nous nous remettons à l’Esprit Saint de Dieu, dans tout ce que nous avons à vivre, alors nous tenons bon dans le combat de chaque jour, Dieu est là pour sauver l’humanité !

Nous demandons la grâce de nous offrir avec Jésus pour accomplir l’œuvre de notre Père.